Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
L’aspartame : ami ou poison ?
L'aspartame : ami ou poison ?
note des lecteurs
date et réactions
31 janvier 2011
Auteur de l'article
Béatrice de Reynal, 207 articles (Nutritionniste)

Béatrice de Reynal

Nutritionniste
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
207
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

L’aspartame : ami ou poison ?

L'aspartame : ami ou poison ?

Un truc chimique, qui rapporte plein de sous à ses fournisseurs, peut-il vraiment être doué d’innocuité ?

Bien sûr que non !

Dans nos pays bien pensants qui ont horreur de la réussite sociale ou financière des gens, surtout lorsqu'ils ne sont pas Français de France, ce succès là ne peut qu'être pavé de malintentionnés qui vont tout faire pour le faire choir. 

Parce qu'enfin ! L'aspartame est la substance alimentaire qui a été la plus étudiée au monde. Bien plus que le sucre, le sel, ou tout autre additif patenté et doté d'un "E" !

Mais comment pourrait-on être sûr et certain de son innocuité sans faille ? C'est un peu comme le cola-cola ! Les Américains nous ont importé ça avec la liberté, sans étude clinique à l'appui !

Si les évaluations ont bien établi un niveau de sécurité pour l'aspartame, ils n'avaient peut être pas prévu que certains fêlés se tapent 3 litres de cola light chaque jour + des sucrettes + encore mille autres petites choses avec le même aspartame. Pour autant, l'aspartame est-il nocif ? Quand on lit les inepties qui courent sur la toile, on ne peut que dire "stop" ! Et nous, nutritionnistes, comment pourrait-on ne pas adhérer au principe de précaution qui ordonne de surtout, ne pas bouger tant qu'on n'a pas une 2e ou 3e certitude de l'innocuité de la chose ?

 Le principe de précaution !!! Ah ! En voilà une invention pertinente du XXIe siècle ! Il vous permet de surtout ne pas vous mouiller. Fini, les tripes ! Terminée la prise de risque intellectuelle. Pouf. Filez dans vos charentaises de précaution !

Après la publication de ces études qui semblent sérieuses, le Réseau environnement santé demande - of course ! - de réévaluer les risques liés aux édulcorants. A l'ANSES française ! Dommage, l'EFSA venait de le faire quelques mois auparavant, sans rien trouver, et ce malgré les publications très très alarmistes de la fondation Ramazzini.

Les Français seront ils plus vertueux que les experts européens ?

En attendant, les scientifiques continuent de lire ces bagarres d'experts en sirotant un cola-cola light.

Bien frappé ! 


Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté