Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
L’arnaque du faux miel, 30 % de contrefaçon en supermarchés
L'arnaque du faux miel, 30 % de contrefaçon en supermarchés
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
11 décembre 2013 | 7 commentaires
Auteur de l'article
Greg, 23 articles (Rédacteur)

Greg

Rédacteur
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
23
nombre de commentaires
1
nombre de votes
0

L’arnaque du faux miel, 30 % de contrefaçon en supermarchés

L'arnaque du faux miel, 30 % de contrefaçon en supermarchés

Miel de Chine, trafiqué ou synthétique : 300 000 tonnes de faux miel sont écoulées en France. 1/3 des pots de miel bas prix proviennent en effet de Chine sans aucune mention sur l’étiquette. De plus, de nombreux miels sont trafiqués à l’eau sucrée et d’autres sont simplement créés synthétiquement.

Miel de Chine

En Chine le miel est 100% industriel car les chinois estiment que les abeilles ne sont pas assez rapide, ils fabriquent donc le miel en mélangeant tous les ingrédients chimique. Ce faux miel est ensuite exporté partout dans le monde et donc dans l’hexagone puisque la demande des consommateurs français se fait plus grande et que les apiculteurs ont du mal à augmenter leur production. L’avantage de ce miel c’est qu’il est moins cher, mais ce n’est plus du miel et les fournisseurs de cette mélasse chimique le savent bien car ils n’indiquent jamais que le miel vient de Chine.

Miel d’origine CE ou hors CE

Avez-vous déjà regardé les étiquettes sur l’origine des miels vendus en grandes surfaces ? A part les pots de miels mis en pot par l’apiculteur du coin, ou parfois ceux d’Espagne, très rares sont ceux qui mentionnent une origine précise. Pourquoi ? Simplement par la faute d’un décret de 2003 qui précise que l’on peut indiquer une provenance en Communauté Européenne ou hors CE, sans avoir l’obligation d’y inscrire un pays en particulier.
Certains miels affichent des provenances complétement fausses comme pour ce miel prétendu Espagnol, qui après analyse du Cetam, contenait du pollen de cotonnier, alors que ce type de pollens est inexistant en Espagne, mais bien présent en Chine. Certains fabricants, encore plus malins, incorporent des algues microscopiques qui permettent d’effacer toutes traces d’origine.

Et le miel français ?

Les faux miels restent marginaux, cependant on se souvient tout de même de ce miel de pin de Normandie, dont le pollen attestait qu’il provenait en réalité de Turquie ou de Grèce, ou celui vendu près du Mont-Saint-Michel où l’on avait ajouté du sucre, ou encore l’exemple de cette apicultrice savoyarde, vendant son miel sur les marchés locaux, qui vient de se faire démasquer par la répression des fraudes alors qu’elle vendait une partie d’un lot de miel industriel de 15 tonnes dans ses petits pots estampillés d’un drapeau savoyard.

Arnaque aux faux miels

 

Paul Schweitzer du Centre d’études techniques apicoles de Guénange en Moselle (Cetam), une association qui analyse 3000 échantillons par an, et déniche les faux miels des industriels et fabricants qui trichent pour coller à la législation européenne et au fameux décret de 2003. Résultat de ces analyses, plus de 30% des miels bas prix, dont la provenance reste très douteuse, sont des faux miels, même si ces faux miels ne sont pas dangereux pour la santé, le consommateur est trompé.

 

Chaque année, Paul Schweitzer analyse 3 000 échantillons de miel

Comment faire pour choisir un bon miel ?

Première chose, éviter les bas prix, cherchez un apiculteur du coin ou vous pourrez visiter ses ruches et voir ses abeilles, ainsi que les conditions dans lesquelles le miel est récolté.
Si vous n’avez pas les moyens de vous rendre en campagne car vous vivez dans un grand centre urbain, vous avez peut-être des producteurs locaux qui viennent sur des marchés pas loin de chez vous. Posez des questions et vérifiez les étiquettes des pots de miel, ils doivent mentionner obligatoirement « Récolté en France – Mis en pot par l’apiculteur »

Quels sont les moyens pour tester le miel ?

Dans le cas d’ajout de sucre et d’eau dans le miel, celui-ci peut présenter un dépôt granuleux au fond du pot. Pour tester si du sucre a été additionné, chauffer une cuillerée de miel avec un briquet. Si le contenu de la cuillerée se cristallise, le miel a été trafiqué avec du sucre. Même chose s’il se cristallise au réfrigérateur. Le miel frelaté avec de l’eau peut aussi être reconnu avec une autre méthode ; trempez une allumette dans du miel, puis frottez la, si elle ne s’allume pas c’est que le miel contient de l’eau.

Et le miel bio, une arnaque aussi ?

Le miel Bio est plus une utopie qu’une réalité, si certaines zones géographique permettent plus aisément l’obtention d’un classement en miel bio, dans la grosse majorité des cas ce sera une course entre classement et déclassement, l’apiculteur devra sans cesse transhumer ses ruches pour pouvoir rentrer dans le cahier des charges. N’oublions pas que les abeilles butinent ou bon leur semble dans un rayon moyen de 4 à 5 km autour de la ruche. Il faudra donc que l’apiculteur surveille constamment que dans ce rayon tout soit bio, sinon son miel sera déclassé par les organismes certificateurs, en particulier si du pollen de colza est détecté dans son miel…

Les consommateurs se posent souvent la question de la réalité « biologique » du nectar récolté, mais ce qu’ils oublient c’est que pour produire du miel, l’apiculteur élève ses colonies. Les apiculteurs sont des agriculteurs avant tout, et certains n’hésitent pas à bourrer leurs ruches d’antibiotique chimique. D’autres vont également gaver leurs colonies d’abeilles avec du sirop de glucose, d’autres encore récoltent leur miel en appliquant un linge imbibé de benzène comme répulsif pour faciliter la récolte.

Mais si certains visent une production intensive, la grande majorité des petits apiculteurs offrent une production de qualité…

A voir également :

Greg du BonCoinSanté - Le blog qui dénonce
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Mots-clés :
Aliments Nutrition Miel
Commentaires
0 vote
par Marchaux (IP:xxx.xx6.115.125) le 11 décembre 2013 a 15H54
Marchaux, 94 articles (Rédacteur)

Il faut toujours se méfier de tout de nos jours !.

0 vote
par michele ledoux (IP:xxx.xx4.255.68) le 12 décembre 2013 a 17H01
michele ledoux (Visiteur)

c est scandaleux de leurs part ,d ailleur comme laisse t on faire ca ,

5 votes
par artemisia (IP:xxx.xx4.118.226) le 13 décembre 2013 a 15H34
artemisia (Visiteur)

C’est bien vrai que certains miels surtout sans mention sont plus du sirop de glucose que du vrai miel, mais cet articles semble tout mélanger joyeusement. "bourrer" les abeilles d’antibiotiques chimiques ,ha ha on mets des lanières antivarroa sur une période de 6-8 semaines après avoir récolté le miel. Et on nourrit les abeilles au glucose pendant l’hiver pour assurer une bonne hibernation des ruches, étant donné qu’on leur prend une partie de leurs provisions, elles sont loin d’être gavées.

1 vote
par Jb guermonprez (IP:xxx.xx4.146.249) le 15 décembre 2013 a 01H18
Jb guermonprez (Visiteur)

Méfiez vous des imitations, mangez du miel local ! En tant qu’apiculteur, je précise à tous que la cristallisation du miel est naturelle. Le miel n’étant qu’un dérivé du nectar des fleurs, il est constitué de fructose et de saccharose. Tôt ou tard, selon la nature des fleurs qui ont été butinées, le miel va cristalliser. Seule un analyse chimique (et votre bon sens) vous permettrons de choisir des produits de qualité.

2 votes
par Jaja (IP:xxx.xx7.51.207) le 28 mars 2014 a 10H51
Jaja (Visiteur)

Les pots de miel portent des étiquettes. Ces étiquettes indiquent des marques ; Ces marques sont-elle à ce point puissantes et juridiquement armées qu’on ne puisse les signaler par leur nom ? En effet cet article ne comporte aucun nom de marque. C’est d’ailleurs le cas de pratiquement tous les articles et émissions qui nous disent de faire attention aux contrefaçons mais ne nous indiquent jamais quelles sont les marques dont les produits,correctement testés, sont frelatés. Un "bon point" aussi aux autorités européennes qui font preuve de beaucoup de laxisme notamment pour l’affichage, mais pas seulement, et interdisent aux autorités des pays de prendre des mesures plus rigoureuses ; Apparemment ce sont les lobbies qui font la loi.

0 vote
par Mickachou (IP:xxx.xx6.50.152) le 4 avril 2014 a 16H54
Mickachou (Visiteur)

Effectivement qu’il faut rester vigilant.

Pour ma part je le vérifie de cette façon. Je prends une cuilliere à soupe de miel avec un verre d’eau. Je mets la cuillère dans l’eau et si vous voyez le miel se dissoudre c’est que le miel est impur par contre si vous voyer que le miel reste compacte au fond du verre c’est que c’est du vrai miel.

C’est l’apiculteur Baudat http://www.mielbaudat.com qui m’avait parler de cette astuce

1 vote
(IP:xxx.xx2.76.132) le 3 janvier 2015 a 14H04
 (Visiteur)

Bonjour, mais énormément d’ânerie sont glissé dans ce reportage. En effet, je suis apiculteur en Guyane française, notre miel est 100% naturel, et lorsqu’on le met au frigo certain miel de fin de saison cristallise. Donc arrêtez de dire tout et n’importe quoi, cela ferai plaisir à la profession même si les miel chinois sont évident inconsommable pour qui veut un bon produit.