Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
L’Anses lance une évaluation des bénéfices et des risques nutritionnels des édulcorants intenses
L'Anses lance une évaluation des bénéfices et des risques nutritionnels des édulcorants intenses
note des lecteurs
date et réactions
16 mars 2011
Auteur de l'article
ANSES, 15 articles (Agence Nationale de Sécurité Sanitaire)

ANSES

Agence Nationale de Sécurité Sanitaire
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
15
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

L’Anses lance une évaluation des bénéfices et des risques nutritionnels des édulcorants intenses

L'Anses lance une évaluation des bénéfices et des risques nutritionnels des édulcorants intenses

Dans le cadre de la veille permanente qu’elle exerce, l’Anses a examiné deux nouvelles études portant sur d’éventuels effets sanitaires qui pourraient être attribués à l’aspartame ou à des boissons contenant des édulcorants alimentaires, dont l’aspartame. Dans un avis publié ce jour, l’Agence confirme que ces deux nouvelles publications n’apportent pas de base scientifique suffisante pour une réévaluation de l’aspartame au plan toxicologique, mais indique souhaiter élargir ce travail. L’Anses va ainsi mettre en place un groupe de travail chargé d’évaluer les bénéfices et les risques nutritionnels des édulcorants intenses et la nécessité éventuelle d’élaborer des recommandations pour des populations sensibles qui seraient identifiées au cours de ce travail.

Les deux études examinées par l'Anses portaient d'une part sur les effets de l'aspartame chez la souris et d'autre part, sur la relation entre consommation d'édulcorants intenses (dont l'aspartame) chez la femme enceinte et l'augmentation du risque d'accouchement prématuré. Les motifs ayant conduit l'Agence à considérer que ces publications ne justifiaient pas de ré-évaluation de l'aspartame au plan toxicologique sont distinctes :
La première étude rapporte une augmentation de l'incidence de cancer chez la souris mâle après administration de très fortes doses d'aspartame incorporé dans l'alimentation et tout au long de la vie de l'animal. En raison des incertitudes et des déficiences méthodologiques présentées par cette étude, l'Anses indique qu'il n'est pas possible de transposer les effets observés à l'homme.

La seconde étude a été réalisée chez près de 60 000 femmes enceintes, et établit une association statistique entre la consommation de boissons gazeuses contenant des édulcorants et l'augmentation du risque d'accouchement prématuré. Toutefois, l'Agence considère, comme indiqué par les auteurs eux-mêmes, que ces résultats préliminaires ne permettent pas d'établir de lien de cause à effet entre la consommation de boissons édulcorées et l'augmentation du risque d'accouchements prématurés, et demandent à être confirmés.

En conclusion, l'Anses estime que ces nouvelles études n'apportent pas de bases scientifiques suffisantes pour une réévaluation de l'aspartame au plan toxicologique. Elle partage néanmoins la volonté de l'Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) d'approfondir les enjeux toxicologiques des édulcorants dans le cadre de la réglementation européenne en vigueur, et y apportera son concours.

Au delà de ces interrogations d'ordre toxicologique, la question de l'intérêt nutritionnel des édulcorants intenses est régulièrement posée. Dans ce contexte, l'Anses va mettre en place un groupe de travail chargé d'évaluer les bénéfices et les risques nutritionnels des édulcorants intenses et la nécessité éventuelle d'élaborer des recommandations pour des populations sensibles - parmi lesquelles les femmes enceintes - qui seraient identifiées au cours de ce travail.


Pour en savoir plus

- L'avis du 14 mars 2011 relatif à une publication rapportant les incidences de cancer chez la souris mâle après administration d'aspartame par l'alimentation et une autre publication sur une étude prospective de cohorte chez des femmes enceintes qui rapporte l'association entre la consommation des boissons gazeuses (carbonatées) contenant des édulcorants et le risque d'accouchement prématuré.

- Un dossier sur les additifs

Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté