Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
L’abricot et la pêche, fruits des longs jours d’été
L'abricot et la pêche, fruits des longs jours d'été
note des lecteurs
date et réactions
25 juin 2013
Auteur de l'article
Loïc, 28 articles (Manger Cru)

Loïc

Manger Cru
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
28
nombre de commentaires
2
nombre de votes
1

L’abricot et la pêche, fruits des longs jours d’été

L'abricot et la pêche, fruits des longs jours d'été

Ce sont les fruits du solstice d’été. Ils arrivent avec les premières chaleurs et chassent les fruits rouges du printemps. Ils sont populaires et appréciés de tous, notamment des enfants, il s’agit de l’abricot et de la pêche. Deux fruits de la même famille, celle des prunus et originaire de l’Empire du Milieu. L’abricotier est un arbre vigoureux. Il existe encore à l’état sauvage en Asie centrale et dans diverses régions de Chine ainsi qu’en Corée et au Japon, alors que le pêcher, probablement originaire du Tibet, n’existe plus vraiment à l’état sauvage, hormis quelques très rustiques variétés échappées d’anciennes cultures dans les provinces chinoises de Gansu, Hebei et Shanxi.

La consommation de pêches en Chine remonte aux périodes préhistoriques. Lors de fouilles archéologiques dans la province chinoise de Zhejiang, des noyaux de pêches sauvage ont été découverts datant du Néolithique. D’autres noyaux datant d’époques plus récentes ont été retrouvés dans les régions du sud de la Chine. Ils confirment la culture de ces deux arbres fruitiers en Asie et en Chine depuis plusieurs millénaires. A partir du néolithique, ces arbres se sont répandus progressivement, à la faveur des échanges commerciaux, dans tous les pays traversés par la route de la soie, Pakistan, Iran, Syrie, Turquie et jusque dans les régions tempérées de l’Europe. Le pêcher arrive en France dès l’époque gallo-romaine alors que l’abricotier n’y fera son apparition qu’à partir du 15ème siècle. Cette colonisation remonte à des temps si anciens qu’on avait oublié l’origine Asiatique de ces fruits. On a ainsi longtemps cru que l’abricotier était originaire de l’Arménie et le pêcher d’Iran. C’est pourquoi leur nom latin sont respectivement « Prunus armeniaca » pour le premier et « Prunus persica » pour le second.
 
Alors que les variétés d’abricot diffèrent essentiellement par leur grosseur et leur couleur variant du jaune au rouge-orangé, les variétés de pêches sont beaucoup plus disparates tant par leur aspect que leurs couleurs. Elles donnent lieu à des appellations particulières, comme les nectarines ou les brugnons dont la pelure est lisse. Pêches et abricots contiennent des fibres et sont riches en vitamines et oligo-éléments. Vitamines B3, B5, C et K pour l’abricot auquel s’ajoute une teneur exceptionnellement élevée en vitamine A, d’où sa couleur orangée. C’est cette vitamine qui fait de l’abricot un fruit bon pour la peau et pour la vision nocturne. Vitamines B3, C et E pour la pêche, notamment dans la pelure. Ces deux fruits sont aussi de bonnes sources d’oligo-élément comme le magnésium, et le potassium pour l’abricot, le cuivre et le fer pour la pêche et le phosphore pour les deux. Bien évidemment, il est préférable de consommer ces fruits crus pour profiter pleinement de leur potentiel nutritif. Ils peuvent aussi être séchés, si possible à une température inférieure à 40°C pour éviter la perte de nutriments et l’apparition de composés toxiques comme l’acrylamide.
 
Contrairement à la pêche qui poursuit sa maturation après cueillette, l’abricot doit être cueilli à point. Ce n’est malheureusement pas souvent le cas dans le commerce, surtout en début de saison et c’est la raison pour laquelle l’abricot a la réputation, injustifiée, d’être un fruit acide.
Loïc
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Mots-clés :
été Fruits