Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Huiles : ça baigne !!
Huiles : ça baigne !!
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
10 décembre 2009
Auteur de l'article
Béatrice de Reynal, 207 articles (Nutritionniste)

Béatrice de Reynal

Nutritionniste
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
207
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Huiles : ça baigne !!

Huiles : ça baigne !!

A priori et sans réflexion, on pourrait penser que les huiles végétales utilisées dans l’alimentation, assaisonnement ou cuisson, ne devraient guère faire l’objet d’opinions favorables de la part de tout un chacun. En effet, il est d’actualité de stigmatiser les « graisses », surtout celles venant s’ajouter à celles contenues naturellement dans les aliments. Il est courant d’entendre que ces graisses sont sources de calories inutiles, favorisant ainsi l’embonpoint et les maladies cardio-vasculaires.

Les huiles constituent en fait un paradoxe. Contenant 100 % de graisse et ayant une densité énergétique record de 9 kcal/g, on peut donc se demander à ce titre et à l’heure où l’obésité prend une allure épidémique si l’on ne devrait pas s’en passer. Et pourtant la réponse est clairement négative. En effet, le PNNS, qui reflète l’avis de l’ensemble de la communauté scientifique, affirme clairement qu’il faut « privilégier les matières grasses végétales, favoriser la variété et limiter les graisses animales ». Toutes ces recommandations visent à limiter la consommation d’acides gras saturés, principal composant des graisses animales au profit des acides gras « insaturés » dont les graisses végétales, donc les huiles, sont les principaux vecteurs.

On estime qu’un bon équilibre qualitatif des apports en graisses est atteint lorsque les acides gras saturés représentent environ un quart de la ration lipidique, les acides gras mono-insaturés une bonne grosse moitié et les poly-insaturés –dits indispensables- autour de 15 %.

En effet, les acides gras mono-insaturés ont un effet hypocholestérolémiant ; quant aux acides gras poly-insaturés, ils sont dits essentiels car leurs carences entraînent de gros problèmes de reproduction, de santé de la peau, de coagulation sanguine, de fonctions rétiniennes… mais ces acides gras sont même qualifiés d’indispensables, car l’organisme humain est incapable e les synthétiser et doit les trouver dans son alimentation, c’est-à-dire principalement dans les huiles végétales (et les poissons).

Au sein des acides gras poly-insaturés on distingue deux familles bien distinctes, les oméga 6 (dérivés de l’acide linoléique) et les oméga 3 (dérivés de l’acide alpha-linolénique). Les oméga 6 sont notamment un facteur de réduction du cholestérol (augmenté par les acides gras saturés) et les oméga 3, ont entre autres des rôles protecteurs face aux maladies cardio-vasculaires.

Les apports conseillés sont de l’ordre de 8 à 10 g/jour pour l’acide linoléique, 1,5 à 2 g/jour pour l’acide alpha-linolénique. Le rapport optimal entre les deux est de l’ordre de 5, alors que dans l’alimentation actuelle, il est plutôt de 15.

Les données de composition révèlent des différences importantes dans la composition des diverses huiles de table. Ainsi, pour l’huile de colza, une grosse cuillère à soupe permet de couvrir à peu près les besoins en acide alpha-linolénique et en acides gras mono-insaturés, mais seulement un tiers de ceux en oméga 6. Au contraire une cuillère à soupe d’huile de tournesol est largement suffisante pour assurer les apports en oméga 6 mais pas du tout ceux en oméga 3. La même quantité d’huile d’olive couvre bien les besoins en mono-insaturés mais pas en oméga 6 et encore moins en oméga 3.

L’idée est donc que si l’on veut à la fois limiter l’apport en acides gras saturés et les calories des graisses tout en respectant les apports conseillés en certains acides gras, l’utilisation d’huiles différentes en alternance ou en association, selon l’usage que l'on en fait, est une bonne stratégie à raison d’une cuillère à soupe par jour.

De plus, ces huiles végétales contiennent des quantités non négligeables de vitamine E, sans parler des saveurs différentes dont elles sont porteuses.

Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Nutrition & Régimes
Mots-clés :
Aliments Huile