Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Haro sur le sucre !
Haro sur le sucre !
note des lecteurs
date et réactions
9 mai 2011 | 1 commentaires
Auteur de l'article
Marielea, 39 articles (Rédacteur)

Marielea

Rédacteur
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
39
nombre de commentaires
4
nombre de votes
51

Haro sur le sucre !

Haro sur le sucre !

Pointé du doigt ! Le sucre nourrirait le cancer. Parmi les aliments les plus impliqués dans la promotion du cancer du sein, les sucres raffinés figurent en effet en bonne place. D’après une étude américaine, il y aurait 9,5 fois plus de cas de cancer du sein chez les femmes ayant les plus hauts taux d’hormone IGF-1, qui est secrétée lors de la consommation de sucre, de l’endomètre, de l’estomac, du colon et du pancréas .


C’est le biologiste allemand Otto Heinrich Warburg qui a découvert que le métabolisme des cellules cancéreuses était dépendant du sucre.
D’ailleurs, le scanner PET(ou TEP en français), pour détecter le cancer dans l’organisme, mesure les régions qui consomment le plus de glucose. Si,dans une région, on note une consommation excessive de glucose, il est fort probable qu’ils’agit d’un cancer.

Non seulement le sucre nourrirait les cellules cancéreuses, mais il causerait aussi la croissance de cette maladie. En effet, afin que le sucre soit absorbé par les cellules, le corps sécrète de l’insuline. Et cette sécrétion d’insuline s’accompagne de la libération d’une molécule appelée Insulin-like growth factor-1 (IGF) qui, à son tour, participerait à la croissance des cellules cancéreuses ainsi qu'à leur invasion sur les tissus voisins. De plus, l’IGF augmenterait l’inflammation, un autre facteur qui contribuerait à stimuler la croissance des cellules cancéreuses

Le sucre entraine une baisse de l’immunité :
Le sucre blanc (qui, suite au raffinage, perd ses vitamines et ses minéraux d’origine) appauvrit nos réserves en magnésium, en calcium, en chrome, en cuivre et en oligo-éléments anti-infectieux.
- Selon DSS " Qu’est-ce qui a changé depuis la Deuxième Guerre mondiale ?L’augmentation de la consommation de sucre. Colossale.On met du sucre dans absolument tout, on ne peut même presque plus acheter de l’eau sans qu’elle soit sucrée ! Toutes les boissons sont sucrées.Il y a du sucre dans toutes les vinaigrettes pour la salade.Quand on voit les femmes faire un régime, elles mangent de la salade, elles mettent de la vinaigrette dessus qui ont du sirop de fructose concentré,qui est au sucre ce que l’héroïne est à l’opium. C’est une espèce de superconcentré de sucre qui a un effet considérable sur la multiplication des cellules graisseuses, mais aussi des cellules cancéreuses.Ça, c’est nouveau depuis la Deuxième Guerre mondiale.". 

Les confiseries favorisent-elles le cancer ?

Les fabricants de confiserie affirment dans leur brochure Sucres et santé : « Aucune donnée n’établit de relation entre la consommation de sucres et la survenue de cancers. » Les confiseurs ont "leur" lecture des données scientifiques, puisque plusieurs études montrent au contraire que la consommation élevée de sucre et d’aliments riches en sucres, comme les confiseries, augmente de manière importante le risque de cancer du côlon. Ce risque est augmenté de 60% dans une étude américaine de 1997, et de 40% dans une étude italienne publiée la même année. Une étude prospective de 1994 portant sur 35 000 femmes trouve un risque augmenté de 80 à 100% chez les gros consommateurs de sucre. Des observationssimilaires ont été faites depuis longtemps chez l’animal.

 

Comment expliquer ce phénomène ?

- Certaines formes de sucre, comme le caramel, sont directement cancérogènes. Par ailleurs, selon Edward Giovannucci (Université Harvard,Boston),le cancer du côlon serait favorisé par les taux élevés d’insuline qui accompagnent la consommation de sucres rapides et d’aliments raffinés. L’insuline incite en effet les cellules de la muqueuse intestinale à proliférer, avec le risque de devenir incontrôlables. (1)

Selon DSS :" Le deuxième aliment procancer, c’est le sucre et le sirop de fructose qui est maintenant dans absolument tout, y compris dans les barres chocolatées, c’est absolument partout. Il faut éviter ça au maximum. le remplacer, si vous aimez le goût du sucré - ce que tout le monde aime évidemment -, le remplacer par des choses acceptables comme le chocolat noir à plus de 70 %, qui est très agréable. On le fait fondre, on en met sur des fruits par exemple ; c’est très sucré, c’est très agréable et ce n’est pas mauvais, ce n’est pas toxique. On peut utiliser aussi du sirop d’agave, cet extraordinaire sirop très, très sucré, plus sucré que le sucre, qui a un goût délicieux, entre le miel et le sirop d’érable, un peu plus léger, et qui ne fait pas monter le sucre dans le sang. C’est miraculeux ! Ça fait grossir quand même, il faut faire attention de ne pas en prendre trop, mais ça ne fait pas monter le sucre dans le sang, ça ne stimule pas d’insuline et l’insulin growth factor 1, IGF1, qui stimule la croissance des cellules cancéreuses chaque fois qu’on prend du sucre.... Aussi, le moins de pain blanc, le moins de bagels, le moins de muffins, le moins de croissants, puisque tous ces aliments...le pain blanc,c’est comme si on mangeait du sucre ! Il faut réduire ça. Aussi,le remplacer par du pain multicéréale, si possible bio, mais déjà,le pain multicéréales complet fera beaucoup moins monter le sucre dans le sang.".........(2)

Quelle est la juste attitude ?

- Manger moins de sucre et de produits qui en contiennent

- Réduire la consommation de sucre blanc dans le thé, le café, les céréales du petit déjeuner, les confiseries, gâteaux, biscuits. Le sucre peut contribuer à activer la voie insuline et élever le niveau de facteurs de croissance comme l'IGF-1 qui est en cause dans les cancers.

- Le fructose ou le sirop de glucose-fuctose ne sont pas de bonnes alternatives au sucre car on les soupçonne eux aussi de conduire à une résistance à l'insuline qui n'est désirable ni en prévention du cancer ni du diabète.

- Limiter les aliments à index glycémique élevé

Les aliments à index glycémique élevé augmentent le taux d’insuline. L’insuline, en trop grande quantité, contribue à la prolifération des cellules et leur division. Une alimentation composée de grains entiers et faible en sucres concentrés est recommandée pour se protéger du cancer.

J'ai banni le sucre - pas difficile, je n'ai pas le bec-sucré- , je suis IG bas pour la vie ;)))

 

Sources : Otto Warburg -(1)source-(2) Anticancer de DSS p 105 -" l'index glycémique bas" du Professeur Brand-Miller

SOURCES


Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Mots-clés :
Cancer Sucre
Commentaires
2 votes
par Marie_SI_LeSucre (IP:xxx.xx3.185.204) le 16 juin 2011 a 15H27
Marie_SI_LeSucre (Visiteur)

Bonjour,

Cela fait des années que des études scientifiques tentent de faire le point sur ce sujet sans apporter de réponses tranchées, sans doute parce que l’on ne peut pas tout résumer en une simple équation : sucre = insuline/IGF1 =cancer.

Déjà en 1997, une revue de quarante études épidémiologiques s’intéressant à la relation entre la consommation de saccharose et les cancers de la sphère digestive soulignait l’absence de preuves.

En 2004, c’est L’AFSSA (Agence française de Sécurité Sanitaire des Aliments) qui concluait à l’absence de relation entre la consommation de glucides et le développement des cancers.

En 2007, le WCRF (World Cancer Research Fund) considère que le facteur de risque important pour les cancers digestifs, est d’avantage l’excès de poids qu’une alimentation riche en sucres. Pour le cancer du sein, on sait que dans les pays les plus touchés, la consommation de glucides est particulièrement élevée. Mais d’autres facteurs de risque sont pointés du doigt : puberté précoce, taille moyenne élevée des adultes… En 2008, une importante analyse scientifique a d’ailleurs conclu à l’absence de lien entre cancer du sein et consommation de sucres (ref 2).

Enfin, récemment, l’ANSES vient de publier une expertise collective sur Nutrition et cancer (ref 3). Le rapport indique 8 facteurs nutritionnels qui augmentent le risque de certains cancers (alcool, charcuteries, excès de poids…), mais pas de mention spécifique des aliments sucrés. Selon l’ANSES, l’excès de poids serait associé au risque de certains cancers car il provoque des dérégulations métaboliques et des perturbations hormonales, précisément au niveau de l’insuline et de l’IGF1. Pour la prévention, l’agence recommande la diversité alimentaires (éviter l’alcool, plus de fruits et légumes, pas trop de produits gras/sucrés) et la pratique d’une activité physique. Pas d’aliment miracle, ni d’autre diabolisé, du bon sens qui fait consensus scientifique…

Marie, service info lesucre.com

Ref 1. WCRF/AICR, Food, nutrition, physical activity and the prevention of cancer : a global perspective, 2007. Ref 2. Mulholland HG et coll., Br J Cancer. 2008 99, 7, 1170-5. Ref 3. ANSES (Agence Française de sécurité sanitaire, alimentation, environnement), Nutrition et cancer, Rapport d’expertise collective, mai 2011