Accueil du site
> Nutrition & Régimes > Risques
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Fumeurs : L’effet fromage
Fumeurs : L'effet fromage
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
28 septembre 2011 | 4 commentaires
Auteur de l'article
David Rofé-Sarfati, 14 articles (Psychanalyste)

David Rofé-Sarfati

Psychanalyste
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
14
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Fumeurs : L’effet fromage

Fumeurs : L'effet fromage

Du vin, de la peine, du Boursin et une cigarette.

Des études récentes en neuro-sciences ont identifié des risques mais aussi des bénéfices à combiner la cigarette avec la consommation de certains aliments comme le fromage, le curcuma, les haricots, les cornichons, la bière et le vin.

Lorsque les anti-dépresseurs IMAO (inhibiteurs de monoamine oxydases) ont été introduits sur le marché, ils ont présenté des effets secondaires délétères, y compris létaux lorsque les patients consommaient un des ces aliments.

Ces effets secondaires furent nommés l’effet fromage.

L’effet fromage est du et à la capacité des anti-dépresseurs à bloquer l’enzyme MAO et aux niveaux élevés de l’acide aminé tyramine dans le fromage, la bière ou le vin. Normalement, la tyramine est métabolisée et inactivée par la MAO dans le corps et le cerveau. Lors de la prise d’antidépresseurs, la MAO est inhibée, la consommation de ces aliments devient nocive et occasionne des troubles de la tension artérielle, des nausées, des céphalées, des éruptions cutanées, des vertiges, des palpitations cardiaques, et des vomissements.

La cigarette, à l’instar des antidépresseurs, inhibe la MAO. Plus une personne fume, plus grande est l’inhibition de cette enzyme essentielle. L’effet fromage guette le fumeur qui décide de prendre un verre de vin ou de bière avec son fromage ou ses crackers. En reflet à ses effets sur la MAO, le tabagisme active une enzyme dans le cerveau qui convertit la tyramine en dopamine. Et la nicotine est, elle aussi un déclencheur de la libération de dopamine. Or le plaisir déclenche une libération de dopamine dans des zones dédiées de notre cerveau.

A gros traits, la dopamine est responsable de tout ce qui nous permet de ressentir du plaisir.

Les fumeurs peuvent donc s’attendre à des réactions chimiques très intéressantes lors de leur prochaine dégustation de vin et de fromage. Leur dépendance physique à la cigarette est garantie par une dépendance secrète mais prépondérante à l’appariement cigarette-nutrition. La nicotine et le tabac agiront ensemble pour produire de la dopamine supplémentaire à partir du contenu de l’alimentation et pour inciter le cerveau à libérer un excédent de dopamine au sein du centre du plaisir.

Une double ration de plaisir, en quelque sorte ! Sauf que fumer, boire du vin et manger du fromage conjointement apparait comme formidable voire magique, mais demeure doublement dangereux !

David Rofé-Sarfati, Psychanalyste, Maisons Alfort.
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Commentaires
3 votes
par closra (IP:xxx.xx4.167.182) le 29 septembre 2011 a 19H22
closra (Visiteur)

ça fait peur ça !

Mais quelle idée de fumer en mangeant du fromage avec une gorgée de vin !

Je ne voudrais pas en faire un fromage mais j’espère bien que là-dedans, il y a un peu des salades...

0 vote
(IP:xxx.xx2.146.28) le 30 septembre 2011 a 13H11
 (Visiteur)

je suis un peu surpris que l on s attaque continuellementcer aux fumeurs il y a n as marre de ses gens qui se disent medecin ou scientifique. je fume depuis 50 ans la pipe et j ai eu des malheurs dans ma vie par des décés concerant ma famille qui ne fumaient pas et qui sont morts de cancer et actuellement mon frere cadet qui a eu 3 cancers et qui a toujours travaillé comme plombier et la soudure n as rien arrangé. me concernant je ne peux etre soigne de l oesophage n y opéré car je n ais pas d argent pour payer l opération alors le professeur me dit que la medecine ne pouvait rien faire je suis devenu un zombie car je peux m ourrir n importe quand VOILA. ALORS QUE L ON ARRETE DE DIRE AUX FUMEURS QUE VOUS risquez le cancer.VOYANT D ABORD LE PARCOUR DES GENS

0 vote
par JO (IP:xxx.xx8.233.18) le 30 septembre 2011 a 23H33
JO (Visiteur)

j’aime bien cet article —il me va bien et... tan-pis pour ceux qui ne veulent pas y goutter .

0 vote
par schuss (IP:xxx.xx2.217.100) le 2 octobre 2011 a 23H40
schuss (Visiteur)

Bonjour, personnellement , je n aime pas ce genre d article ou le mélange iconoclaste des genres est susceptible d apporter une solution originale ! On ne doit pas dire n importe quoi, fut ce t il sur le ton de l humour... Fumer en mangeant n ’est pas une bonne chose car le tabac annule le goût des aliments. Fumer pour contre-carrer un effet secondaire indésirable de certains aliment est un non sens absolu . il vaut mieux arrêter de manger le produit en question. Cela me fait penser aux personnes qui fument pour maigrir... bien sûr que ça marche, mais le prix à payer est énorme alors qu’il suffirait dans ce cas d’un peu de discipline ! Les explications "scientifiques" de l article me laisse songeur... avoir la prétention d expliquer ce qui ce passe dans le cerveau de chacun d entre nous comme si nous étions tous fait de la même mouture montre à quel point la science ignore les cas particuliers. Et pourtant nous sommes 7 Milliards d individus, tous très différents. A ce que je sache , nous ne sommes pas encore des clones. Ce qui fait de nous des êtres différents ce n est pas tant nos particularités anatomiques, puisque nous appartenons à la même race, c ’est l histoire différente de chacun d entre nous qui fait la diversité de la race humaine. Sur terre, il n y a pas deux personnes qui ont vécu la même chose ! De ce point de vue, les 7 Milliards d êtres humains que nous sommes ne peuvent alors donner la même réponse à une même stimulation, car nous ne sommes pas des robots issus des chaines de montage de l industrie. La science devrait tenir compte du fait que l homme n a pas été créé par lui même et qu’il est un produit en pleine maturation indépendamment de sa volonté. ce qui est bon pour Paul ne l’est peut être pas pour Pierre. Ce qui vaut pour Pierre est une hérésie pour Jacques,etc... Arrêtez de penser que vous devez tout contrôler pour être bien, c’est exactement l inverse. Arrêtez de penser, sentez , vous vivrez mieux.