Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Four à micro-ondes, aliments et santé
Four à micro-ondes, aliments et santé
note des lecteurs
date et réactions
25 novembre 2009 | 4 commentaires
Auteur de l'article
Dimitri Jacques, 16 articles (Naturopathe)

Dimitri Jacques

Naturopathe
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
16
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Four à micro-ondes, aliments et santé

Four à micro-ondes, aliments et santé

Les micro-ondes n’ont pas que des vertus. Elles suscitent des interrogations qui mettent en lumière des points obscurs.

Principe du micro-ondes

Les aliments sont cuits grâce à une exposition à un rayonnement. La source de ce rayonnement est le magnétron, un dispositif qui convertit le courant électrique du secteur (fréquence de 60 Hz) en un rayonnement électromagnétique de 2 450 MHz. La cuisson est provoquée par l’agitation des molécules d'eau que contiennent les aliments, à une fréquence de 2 450 millions de mouvements par seconde !

Un tel procédé peut-il détruire les précieux éléments nutritionnels des aliments ? Si l’on considère la durée d’exposition à une forte chaleur, les hauts niveaux d'énergie atteints avec un four à micro-ondes permettent de réduire suffisamment le temps de cuisson pour épargner les vitamines. Des études montrent même que la quantité de vitamines présente après une cuisson au micro-ondes est parfois plus importante qu'après une cuisson traditionnelle. Les minéraux quant à eux ne sont pas détruits par la chaleur.

Mais les études scientifiques qui montrent l’innocuité de la cuisson au micro-ondes se bornent à constater que les éléments nutritifs sont conservés. Elles ne considèrent que l’aspect moléculaire des aliments, et ne prennent pas en compte la dimension énergétique et les phénomènes bioélectriques qui ont une incidence sur notre organisme. Cela en dit long sur la façon dont est perçue la nourriture dans notre société, à savoir davantage un bouche-trou, un coupe-faim, que quelque chose qui nous apporte la vie.

Ce que les aliments nous apportent

Des aliments vivants nous procurent les vitamines, les minéraux et autres cofacteurs enzymatiques dont nos cellules ont besoin pour se renouveler. Mais ils nous transmettent aussi les charges bioélectriques inhérentes à leur équilibre interne, ce que des aliments dont la structure a été altérée ne peuvent nous procurer. L’intention de survie et d’adaptation d’une plante est émise sous forme d’énergie, qui parcoure et imprègne l’eau qu’elle contient et qui la constitue en grande partie. C’est l’équilibre global de son milieu intérieur que la plante transmet à l’homme qui la mange.

La vie ne peut se maintenir que dans un milieu qui lui est favorable, c'est-à-dire suffisamment riche en éléments fondamentaux. Ceux-ci servent à la fois aux êtres vivants à se procurer de quoi se construire et à évacuer ce dont ils n’ont plus besoin. Les différents systèmes de notre organisme travaillent de concert pour assurer un équilibre avec ce milieu, c’est ce qu’on appelle homéostasie. Lorsque cet équilibre est rompu, les échanges entre l’organisme et le milieu dans lequel il baigne sont compromis, et partant, l’existence même de l’être vivant.

Il ne suffit pas de constater la présence de tel ou tel minéral dans le sang, encore faut-il que notre corps puisse l’utiliser. Si les éléments nécessaires à l’assimilation ont été détruits par la cuisson ou altérés par le mode de culture, alors il est illusoire de manger ces aliments en prétendant qu’ils nous apportent quelque chose. Pire, ils peuvent devenir des déchets encombrants que notre organisme ne sait pas nécessairement évacuer.

 

Effets sur les échanges cellulaires

 

Les sels minéraux et oligo-éléments, lorsqu’ils sont dissous dans l'eau de notre corps, se présentent sous la forme d’ions portant une charge électrique positive ou négative. L’équilibre des charges les maintien harmonieusement en suspension dans le milieu extracellulaire. C’est dans ce milieu que nos cellules vont en quelque sorte faire leur marché en éléments nutritionnels. Nos cellules sont protégées par une membrane qui ne laisse passer que ce dont elles ont besoin. Les passages dédiés aux nutriments sont appelés canaux ioniques. Ces canaux sont eux aussi polarisés, et c’est l’inversion des charges électriques qui décide de l’ouverture et la fermeture des canaux, et permet le passage des ions. Il ne s’agit pas d’autre chose qu’un petit courant électrique qui traverse la membrane cellulaire.

 

Il est facile d’imaginer qu’une perturbation de la polarisation de tout ce petit monde risque de poser de sérieuses difficultés à nos cellules pour effectuer leur travail permanent de transformation et de renouvellement. D’autant que la chimie cellulaire est très subtile, il existe sur une cellule à peu près autant de canaux ioniques que d’ions. A l’intérieur des cellules, certaines réactions nécessitent la présence de minéraux, notamment au niveau des mitochondries dont le rôle est de produire l’énergie. Si ces minéraux ne peuvent pénétrer dans la cellule, les processus de respiration cellulaire ne peuvent se faire correctement et c’est tout l’organisme qui risque de manquer d’énergie.

 

Les micro-ondes constituent une véritable agression qui désorganise le milieu extracellulaire, provoque une floculation des minéraux, et les rend indisponibles à nos cellules. Les signaux électriques, et donc les messages destinés à informer nos cellules, ne passent plus. Lorsque l’équilibre des charges des minéraux en suspension est rompu, ceux-ci s’agglutinent et ne sont plus utilisables par nos cellules. Au lieu d’être des facilitateurs de réactions et de communication, ils forment un dépôt sur les tissus qui accélère le vieillissement de notre organisme. Par ailleurs, n’oublions pas que les cellules cancéreuses sont isolées de la communication et ignorent les messages du reste de l’organisme.

 

Des perturbations biologiques sérieuses et nombreuses

 

Il a été observé que les minéraux des légumes sont transformés en radicaux libres. Par la modification de leur charge électrique, ces molécules se retrouvent avec un électron libre, ce qui leur confère une très grande réactivité vis-à-vis des autres molécules qui deviennent neutralisées et inutilisables. Si leur présence dans l’organisme est normale et même nécessaire dans une certaine mesure, leur excès augmente l’oxydation des tissus vivants en s’attaquant notamment aux membranes cellulaires. Une exposition fréquente aux radiations mène à l'épuisement de la quantité normale d'antioxydants dans le corps. Et lorsque notre corps manque d'antioxydants, non seulement le processus de vieillissement s’accélère, mais nous favorisons l’installation d’un cancer.

 

Une oxydation excessive dans le sang risque également de s’attaquer aux molécules de LDL (lipoprotéines à basse densité) qui servent au transport du cholestérol. En se liant avec des radicaux libres, elles abandonnent le cholestérol qui va peu à peu se déposer sur les parois des artères. Cela augmente le risque d’artériosclérose qui peut mener à l’accident cardiaque. Par ailleurs, les micro-ondes dépolarisent les globules rouges du corps, provoquant leur agglomération. Les conséquences sont entre autres une diminution sensible de la quantité d'oxygène disponible pour alimenter le cerveau, avec des symptômes semblables au mal aigu des montagnes (maux de tête, nausée, vertiges).

 

Au niveau neurologique, nous retrouvons une dépolarisation des cellules nerveuses. Il a été démontré que l'exposition aux micro-ondes provoque une baisse de l'acétylcholine, un neuromédiateur impliqué dans la transmission de l’influx nerveux d'une cellule à l’autre. Une insuffisance de ce neuromédiateur est associée à un certain nombre de désordres neurologiques, dont la maladie d'Alzheimer.

 

Des chercheurs ont constaté que le nombre de leucocytes circulant dans le sang augmente après avoir ingéré de la nourriture cuite aux micro-ondes. Or, une telle augmentation des leucocytes correspond habituellement à la réponse de l’organisme à une infection ou une réaction inflammatoire. Cela montre comment notre organisme considère de la nourriture cuite au four à micro-ondes : une attaque qu’il faut repousser. Bon appétit !

Dimitri JACQUES, psychonutritionniste, auteur du livre De l'intestin aux maladies psy
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Commentaires
0 vote
par Gilbert Spagnolo dit P@py (IP:xxx.xx8.210.8) le 30 novembre 2009 a 10H24
Gilbert Spagnolo dit P@py, 7 articles (Rédacteur)

Bonjour,

Dans l’article il est question de cuisson des aliments,, je voudrais savoir s’il le réchauffement des aliments par le micro onde présente les mêmes dangers ?

@+ P@py

0 vote
par racoone (IP:xxx.xx5.45.214) le 27 janvier 2010 a 16H15
racoone (Visiteur)

Je me pose la même question ( je n’ai pas vu de réponse..) sur le réchauffement des aliments au micro-ondes : c’est le seul usage que j’en fais et cela fait un moment que cela m’inquiète...de plus, difficile de s’en passer à moins de manger froid le midi... :-|

0 vote
(IP:xxx.xx5.82.193) le 15 janvier 2013 a 14H55
 (Visiteur)

J’aurais voulu savoir quelles sont vos sources pour cet article ? svp. Je souhaite avoir plus de connaissances sur le sujet dans le cadre de mes études. En vous remerciant par avance.

0 vote
par Dimitri Jacques (IP:xxx.xx9.247.83) le 26 avril 2013 a 20H55
Dimitri Jacques, 16 articles (Naturopathe)

Bonjour, merci de me contacter en privé et nous en discuterons : http://dimitri-jacques.com/emoidevo...