Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Entomophagie : Les insectes sont nos amis, il faut les manger aussi…
Entomophagie : Les insectes sont nos amis, il faut les manger aussi…
note des lecteurs
date et réactions
29 août 2011 | 2 commentaires
Auteur de l'article
Léa Belleval, 97 articles (Rédacteur)

Léa Belleval

Rédacteur
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
97
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Entomophagie : Les insectes sont nos amis, il faut les manger aussi…

Entomophagie : Les insectes sont nos amis, il faut les manger aussi…

Nous sommes en 2040, et notre bon vieux beefsteak s’est transformé en brochette de criquets grillés… Rien que de penser à des grillons, tarentules, larves d’abeilles, scorpions, ou œufs de fourmis, cela vous met l’eau à la bouche… Non vous n’êtes pas dans le sordide univers de Beetle Juice et vous ne vous êtes pas réincarné en Puumba, le célèbre phacochère du Roi Lion qui se nourrit d’asticots !

Les humains ont simplement changé leur alimentation. La viande trop chère, trop grasse, peu écologique à produire, a été progressivement remplacée par nos amis les insectes, sources de protéines bien plus saines pour la santé, et à l’empreinte écologique restreinte pour la planète. Manger des insectes vous paraît-il une expérience insurmontable ? Peut-être devriez-vous revoir votre jugement, car les insectes pourraient bien devenir la nourriture du futur…

 

Le cheval de bataille de la FAO

 
Taboue en Occident, l’entomophagiela consommation d’insectes- peine à s’implanter dans l’alimentation en Europe et aux Etats-Unis. Pourtant, cette pratique existe chez d’autres cultures depuis des milliers d’années, agrémentant les repas de quelques 2.5 milliards de personnes en Afrique, Asie et Amérique Centrale.
 
Pour autant, les défenseurs insectivores ne baissent pas les bras, et prédisent que « Le jour viendra où les gens qui mangent des insectes seront plus nombreux que ceux qui mangent de la viande » comme déclarait l'entomologiste Arnold van Huis, au cours d'une récente conférence aux Pays-Bas. Le « Bug Mac » ( bug : punaise en anglais) pourrait ainsi détrôner le célèbre Big Mac selon lui.
 
Afin de sauvegarder cette pratique ancestrale contre l’appétit avide du prédateur Mac Donald, la Food & Agriculture Organisation a fait de l’entomophagie son cheval de bataille depuis 2008. "Nous soutenons cette pratique avant qu'il ne soit trop tard. Car elle s'affaiblit en raison de l'influence des cultures occidentales. Cette nourriture est pourtant plus riche en protéines que la plupart des animaux. Notre rôle est de promouvoir cette gastronomie et de lutter contre la vision qui considère que l'entomophagie est un tabou" explique Paul Vantomme, spécialiste des forêts à la FAO.
 
L’occidentalisation du monde incite de plus en plus de gens à manger de la viande, tendance peu viable à long terme, lorsqu’on considère les 9 milliards d’êtres humains prévus en 2050, la diminution simultanée des surfaces arables disponibles -30 % occupé par l’élevage-, le manque de ressources en eau, la production de gaz à effets de serre et de méthane par le bétail, et bien d’autres inconvénients liés à l’élevage à grande échelle.
 
Au-delà de sa préservation, la consommation d’insectes pourrait constituer un moyen prometteur de lutter contre les famines dans les pays pauvres. Dans le meilleur des mondes possible, les invasions d’insectes se transformeraient alors en de véritables festins si on imagine les 400 000 tonnes que peuvent représenter ces milliards de bestioles réunies… En Utah, les indiens peuvent ramasser jusqu’à 8 kg de criquets pèlerins en seulement une heure … Pour autant, l’entomophagie ne devrait pas rester réservée aux personnes souffrant de malnutrition.
 
Certaines espèces d’insectes auraient même des vertus médicinales, et sont déjà utilisés par la médecine Chinoise sous diverses formes. Le thé noir « Chongcha » par exemple, facilite la digestion, soulage la diarrhée, et traite les saignements d'hémorroïdes. Ce thé médicinal est fabriqué à partir de minuscules chenilles (Hydrillodes moroses) qui produisent de l’acide ellagique, substance réputée pour ses propriétés anti-oxydantes et antiprolifératives. Le vin à base des fourmis « Polyrhachis » est également populaire en Chine, l’acide formique et les divers minéraux chez les fourmis étant réputées efficaces contre l'hépatite B et les rhumatismes. Enfin, plus généralement, la forte teneur protéinique des insectes aiderait enfin à réduire considérablement la tension artérielle.
 
 

L’Entomophagie : L’essayer c’est l’adopter ?

 
Pour la majorité d’entre nous, il est impensable de manger des insectes. Pourtant, saviez-vous que vous en mangez déjà 500 grammes chaque année à votre insu  ? De nombreux vers sont en effet dissimulés dans les fruits, farines, et autres denrées alimentaires que nous mangeons quotidiennement.
 
Pour autant, manger des criquets grillés entiers peut véritablement devenir une épreuve psychologique. Malgré la curiosité que l’entomophagie suscite, elle peine à s’imposer en tant que véritable habitude alimentaire dans nos pays. Il est en effet difficile de surmonter nos croyances occidentales selon lesquelles les insectes sont sales et vecteurs de maladies. Complètement faux selon Marcel Dicke, entomologiste, car les caractéristiques génétiques des insectes sont tellement éloignées des nôtres qu’il est peu probable que la transmission de maladies soit possible. En réalité, tout dépend de la manière dont ils ont été élevés, en particulier dans les pays étrangers. Il faut donc bien s’assurer de la source où l’on achète des insectes comestibles afin d’éviter l’éventuelle présence de pesticides ou fongicides, transmis par l'environnement.
 
En France, malgré un public réfractaire, des initiatives se développent pour intégrer les insectes dans notre gastronomie. Le site français InsectesComestibles, propose de vous fournir des insectes prêts à manger, et offre des formations pour apprendre à les cuisiner. Une vingtaine de recettes originales sont proposées comme la quiche aux ténébrions, raviolis de criquets, salade cricri ou sucette au scorpion. Cela fait deux ans qu’Alexis Chambon, restaurateur breton, a rajouté les insectes à son menu et propose des menus dégustation à 15 euros. Et les amateurs reviennent. « Nous cuisinons surtout des grillons, des phasmes, des crickets, des teignes de ruche, parce qu'on les trouve en Europe. Nous avons nos propres élevages et proposons toutes sortes de produits, bonbons, sucettes ou pizzas. C'est une véritable gastronomie. Nos produits sont frais et nous cherchons toujours à innover. »
 
 
 
Toutefois, le frein psychologique demeure si fort en Occident, que la solution réside certainement dans la transformation des insectes pour les rendre invisibles dans notre nourriture. Pour Marcel Dicke, le but est de pouvoir extraire les protéines afin de ne plus avoir à manger l’insecte en entier. Aux Pays-Bas, unique pays européen où l’élevage d’insectes est déjà développé, le ministère de l’agriculture a financé un projet de recherche d’un million d’euro sur 4 ans, afin de d’intégrer les insectes dans notre menu quotidien. Les 70 scientifiques de l’Université de Wageningen, travaillent sur trois problématiques : identifier les types de déchets de l'industrie alimentaire pourraient être utilisés comme aliments, développer un moyen de traiter des protéines extraites des insectes et de les transformer en aliments à grande échelle, et enfin connaître les valeurs nutritionnelles de chaque espèce, dans la qualité des protéines qu'elles produisent, et la présence potentielle d'allergènes dans leur chair.
 
 
Pour ceux tentés par l’aventure entomophage, il n’existe malheureusement pas de restaurant offrant cette gastronomie exotique à Paris. Le plus simple est encore de cuisiner vous-même vos insectes en les commandant sur Internet. Vous ne serez pas à cours d’idées recettes, de nombreux sites en propose. Beaucoup moins réfractaires que les adultes, les insectes grillés pourraient faire le bonheur de vos enfants. Ceux d’Angelina Jolie et Brad Pitt ont remplacé leurs doritos ( chips) par des grillons grillés depuis leur récent voyage au Cambodge.
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Commentaires
0 vote
par Entomovore (IP:xxx.xx6.38.95) le 11 mai 2013 a 23H01
Entomovore (Visiteur)

Je suis même content de voir qu’il y a de plus en plus de site qui en parle. J’y ai gouté et c’est pas si problématique que cela. Les insectes comestibles sont mêmes plutôt pas mal en fait. Tout dépends de l’assaisonnement. Et on trouve aussi plein de blog (comme http://crokfun.com/manger-insolite/) qui en parle souvent.

0 vote
par virginie (IP:xxx.xx4.233.238) le 29 mai 2013 a 05H21
virginie (Visiteur)

Bonjour j ai gouté moi aussi il n y a pas très longtemps, je prefere les cuisinés moi meme et les accompagnés dans de nombreux plats ( quiche, pates, ..) je commande sur ce site ( http://www.multivores.com/20-insect... ) . Il y a pas mal de choix .

Virginie