Accueil du site
> Nutrition & Régimes > Les Actus
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Diététique de la mémoire
Diététique de la mémoire
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
27 mai 2014
Auteur de l'article
Bien-être et santé, 172 articles (Magazine Santé)

Bien-être et santé

Magazine Santé
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
172
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Diététique de la mémoire

Diététique de la mémoire

Les troubles de la mémoire inquiètent souvent les seniors qui craignent la dégradation de leurs capacités mentales, mais aussi les plus jeunes.

 
Il faut bien différencier les troubles de la mémoire et ceux de l’attention. Pour mémoriser, il faut d’abord être attentif. Les informations voyagent dans le cerveau en passant d’une cellule nerveuse, ou neurone, à l’autre, un événement chasse l’autre, et notre mémoire a du mal à faire le tri, à les enregistrer, à les classer au fur et à mesure et à les conserver convenablement. Son paroxysme, la dépression empêche de retrouver les informations qui ont été stockées. Le stockage requiert la création de nouvelles connexions entre les neurones et le renforcement des connexions existantes. Les vrais troubles de la mémoire sont ceux du stockage et de la conservation.
 
 

Ce qui fait oublier

À 40 ans, ne plus se souvenir du titre d’un film, oublier où l’on a posé ses papiers, ce ne sont pas des signes d’un trouble sérieux. Repérer les petits bugs de la mémoire signifie que vous êtes conscient de son fonctionnement. C’est bon signe.
 
En dehors de l’âge, différents facteurs affectent notre capacité à mémoriser  : anxiété, émotions excessives, mauvaise alimentation, prise de certains médicaments, notamment ceux de la famille des benzodiazépines, mais aussi repli sur soi, isolement, routine, état des artères cérébrales et, si redoutée, maladie d’Alzheimer. Si les troubles perturbent le quotidien et s’accompagnent de troubles du jugement, il faut absolument consulter.
 
 

Aliments à ne pas oublier

Une alimentation saine, riche en produits frais et en matières grasses de bonne qualité et surtout variées apporte les nutriments essentiels pour
renforcer notre capital mémoire. Huiles de noix, de soja et de colza (riches en acides gras de la famille oméga 3) sont bons pour les artères et les neurones, comme les poissons gras (saumon, sardines, thon, hareng).
Les fruits à coque comme les noix, les amandes, les noisettes, ainsi qu’en graines, apportent une grande quantité d’acides gras essentiels et d’antioxydantspour mieux résister au stress. Contrairement à une idée reçue, l’effet bénéfique du phosphore sur la mémoire n’a jamais été prouvé. Le premier ennemi du neurone est le stress prolongé, mais l’autre menace est l’exposition aux toxiques  : alcool, tabac, drogues.
 
 

Atouts mémoire

  • Vitamine B12 cobalamine
Elle intervient dans la production d’énergie à l’intérieur des cellules et dans le fonctionnement du système nerveux. Une carence provoque chez le sujet âgé troubles de l’humeur, du raisonnement et de la mémoire. Elle provient de la flore intestinale et des aliments, viande, abats, volaille, poisson, produits laitiers etœufs.
 
  • Acides gras oméga 3
Les extraits d’huiles de poisson sont importants dans le développement du système nerveux et le fonctionnement du cerveau, lequel est composé en majeure partie de lipides et de graisses qui isolent électriquement les neurones les uns des autres.
 
 

DEUX PLANTES MAJEURES

 
- Ginkgo biloba. Symbole de la longévité et de la résistance, un modèle de vieillissement réussi. Il est antioxydant, vasodilatateur, oxygénateur des tissus,anti-inflammatoire, potentialisateur des neurotransmetteurs, modulateur du stress.
Il stimule la croissance des terminaisons des neurones (dendrites), leur permettant de meilleures connexions. Il a démontré son efficacité sur les performances cognitives des seniors.
 
- Petite pervenche, Vinca minor. Elle agit sur l’irrigation et l’oxygénation cérébrales et les neurones eux-mêmes (effets antisclérose cérébrale). Cassis, grenade, myrtille et resvératrol riches en flavonoïdes antioxydants complètent
l’action de la pervenche.
 
 

CONSEILS DE PHARMACIEN

 
Activités routinières et monotones, manque de communication ou de sollicitation intellectuelle, désintérêt pour des activités quotidiennes peuvent hâter les troubles de la mémoire. Pour continuer à fabriquer votre réserve cognitive et renforcer votre capacité à mémoriser, lisez, pratiquez des jeux de réflexion, apprenez des poèmes, lancez-vous dans de nouveaux apprentissages, nouez des relations sociales de qualité… Les neurones ont aussi besoin d’oxygène  : ayez une bonne hygiène de vie, pratiquez une activité physique même modérée, ayez un bon sommeil pour que le cerveau récupère et fixe les informations accumulées pendant la journée.
 
Christelle Piat
 
Cet article est extrait en exclusivité du magazine Bien-être & Santé - Tous droits réservés

SOURCES

  • www.bienetre-et-sante.fr
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Mêmes thématiques
Mots-clés :
Diététique Mémoire