Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Des habitudes alimentaires sexuellement transmissibles
Des habitudes alimentaires sexuellement transmissibles
note des lecteurs
date et réactions
26 janvier 2010
Auteur de l'article
Béatrice de Reynal, 207 articles (Nutritionniste)

Béatrice de Reynal

Nutritionniste
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
207
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Des habitudes alimentaires sexuellement transmissibles

Des habitudes alimentaires sexuellement transmissibles

C’est bien ce qu’il se passe dès que l’on vit en couple, paxés, mariés ou simplement concubins : les habitudes alimentaires font vases communicants... C’est net : les hommes grossissent dès qu’ils se marient. C’est tentant d’avoir table dressée à tous les repas, à la cantine puis à la maison. Et les femmes aiment tenir leur homme "par les deux bouts" disait Diane de Poitiers, la bouche et le cul.

Et oui, ce fut déjà le cas au XVIème siècle...

Et il n'y avait pas la télé ! Ni les ordi, ni les blackberrys, ni rien. Les pauvres, comme ils devaient s'ennuyer au coin du feu !

Mais revenons à nos habitudes alimentaires. Votre mari est yougoslave ? Vous vous mettez à la saucisse fumée et à la slibo. Votre époux est antillais ? A vous le boudin, les accras et le punch qui va avec. Et tutti quanti.

Bien sûr, le menu n'est pas toujours aussi exotique. On peut aussi avoir "vol au vent, gigot d'agneau et tarte aux amandes..."

La panoplie alimentaire du célibataire change radicalement avec celle du couple. C'est ce qu'on appelle la transmission des habitudes alimentaires, et les enfants - s'il y en a - profiteront de cette mixité pour prendre un peu des deux cultures. 

Manger plus ou moins : dans la plupart des cas, à deux, on mange toujours plus qu'à un tout seul. C'est sympa de partager le repas, d'en faire un moment de partage général dans les pensées, les mots, les projets. C'est pourquoi les veufs (qui sont d'ailleurs souvent des veuves) perdent du poids lorsqu'ils se retrouvent seuls. 

Certains au contraire, tentent de trouver dans le fond du plat un peu de réconfort. Alors les kilos s'installent. 

S'isoler pour perdre du poids ? Oui, c'est possible ! Mais triste et sans lendemain. Car il vaut mieux 3 kg de plus avec le sourire et des amis que 3 kg de moins mais personne pour les contempler !

Photo : Brochettes de scorpions

Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté