Accueil du site
> Nutrition & Régimes > Les Actus
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Dans votre caddie : Des pâtes, des céréales et des biscuits aux pesticides
Dans votre caddie : Des pâtes, des céréales et des biscuits aux pesticides
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
20 mars 2013
Auteur de l'article
Patrick Rollo, 495 articles (Rédacteur)

Patrick Rollo

Rédacteur
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
495
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Dans votre caddie : Des pâtes, des céréales et des biscuits aux pesticides

Dans votre caddie : Des pâtes, des céréales et des biscuits aux pesticides

A l’occasion de la 8ème édition de la semaine pour les alternatives aux pesticides organisée par l’association Générations futures, une étude vient de révéler, en ce 20 mars, que les produits alimentaires à base de blé comme les biscuits, le pain de mie ou encore des pâtes contiendraient des pesticides. 75% des douze aliments testés par l’association contiendraient des traces de perturbateurs endocriniens.

Les spaghettis que vous mangez seraient-ils toxiques ? A en croire une étude portée par l’ONG environnementale Générations Futures sur une douzaine d’aliments, et relayée en ce 20 mars à l’antenne de France Info, il y a des chances. Les produits à base de blé comme les pâtes, les céréales, les biscuits, le pain de mie ou même certains petits gâteaux contiendraient des traces de pesticides à faible dose. Les auteurs sont eux-mêmes surpris des résultats obtenus : « On imaginait que seuls les agriculteurs étaient concernés par l’exposition aux pesticides. Mais nous avons découvert que les salariés de l’agroalimentaire pouvaient être intoxiqués par des insecticides de conservation pulvérisés à fortes doses dans des entrepôts de stockage des céréales ».
 
La contamination, pour ce qui est des aliments, aurait lieu avant que le blé ne soit transformé, quand il est stocké dans les silos. Ces derniers sont en effet traités contre les champignons. Générations Futures est ainsi catégorique dans son rapport : « Il est question d’une utilisation intensive de substances chimiques, qui a pour conséquence une exposition des consommateurs puisque nombre de ces substances se retrouvent dans les céréales non-bio ».

En clair, 75% des douze aliments testés contiendraient des traces de perturbateurs endocriniens. Cette révélation vient confirmer une tendance mise à jour au fil des semaines : Un rapport de l’Autorité européenne de sécurité publique, en date du 12 mars dernier, avait en effet révélé que 39% des légumes et 65% des fruits sont contaminés à faible dose par des pesticides à l’échelle du continent. Et en France, premier consommateur de pesticides en Europe, l’utilisation de ces produits chimiques a augmenté de 2,5% en 2011. Pour François Veillerette, porte-parole de Générations Futures, il faut prendre les choses en main : « Il est urgent d’agir dès aujourd’hui pour réduire au maximum l’exposition du public à ces substances nocives ».

Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté