Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Consommer 3 à 4 laitages par jour...
Consommer 3 à 4 laitages par jour...
note des lecteurs
date et réactions
27 juillet 2012 | 20 commentaires
Auteur de l'article
Patricia Pacaut, 10 articles (Rédacteur)

Patricia Pacaut

Rédacteur
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
10
nombre de commentaires
25
nombre de votes
8

Consommer 3 à 4 laitages par jour...

Consommer 3 à 4 laitages par jour...

Ce message ne repose sur aucune preuve scientifique...
Les études scientifiques qui prouvent que le lait et les produits laitiers ne sont pas le bonus que l’on croit pour notre santé ne manquent pas.

Le lait c’est pour les veaux

Et si consommer un produit laitier par jour c’était suffisant…

Alors pourquoi sommes nous harcelés par l’industrie laitière (Danone, Nestlé…) et poussés par le plan national de nutrition à consommer 3 ou 4 laitages par jour pour être soit disant en bonne santé, pour prévenir l’ostéoporose… Des allégations santé soutenues par aucune preuve scientifique.

Si le lait et les produits lactés sont devenus synonyme de calcium, d’os solides, on peut se demander pourquoi les grandes consommatrices de lait sont en première ligne concernant l’ostéoporose ?

On ne peut plus ignorer aujourd’hui tous les ouvrages qui traitent de ce sujet et qui s’appuient, eux, sur de nombreuses études scientifiques indépendantes de l’industrie laitière qui veut absolument nous faire croire que le lait est bon pour la vie, bon pour les os, bon pour la santé.

Ne s’intéresse-t-elle pas plutôt à ses profits qu’au profit de notre santé quand à grand renfort de spots publicitaires, elle nous persuade de ses bienfaits et nous fait croire que ces aliments sont indispensables ?

La seule certitude c’est que le lait est un aliment parfait pour les veaux comme le lait maternel est parfait pour le nourrisson.

Il serait peut-être temps d’en prendre conscience et sans les supprimer, de consommer lait et produits laitier avec modération, pour le plaisir pour ceux qui les aiment.

Zoom sur le lait

Composé à 86,6% d’eau, le lait de vache comprend 4,1% de graisse, 3,6% de protéines, et 5% de lactose. Il contient également 0,7% de minéraux, dont le calcium (132 mg/100g).

Le lactose, c’est le sucre du lait qui doit normalement être dissocié, par une enzyme « lactase », pour être digéré correctement. La mauvaise digestion du lactose fait qu’il reste dans l’intestin, il endommage ses parois, ce qui est à l’origine de la production de gaz, de diarrhées, de ballonnements, de douleurs

Le lactose il y en a partout, dans les entremets, les gâteaux, les laitages sucrés, les gratins (béchamel)… Il n’y en a pas par contre dans les fromages car il est transformé lors de la fermentation.

Si le lait était si bon pour la santé, vous êtes vous demandé pourquoi on commercialise aujourd’hui des laits allégés en lactose ?

La caséine, c’est la protéine du lait qui pose aussi problème au même titre que le gluten (protéine des céréales mutées). L’intestin humain ne contient pas la présure des veaux qui leur permet de « cailler » la caséine. Le lait de vache, particulièrement riche en caséine (5 fois plus que le lait humain) n’a aucun intérêt pour l’organisme passé l’âge de 3 ans puisque l’organisme ne dispose plus de l’enzyme (L-caséase) nécessaire à sa bonne digestion.

Passé cet âge, il devient donc petit à petit de plus en plus allergisant et difficilement assimilable par l’organisme. Il est à l’origine de certaines formes d’asthme, de problèmes cutanés (eczéma, psoriasis…), et d’allergies diverses.

Que reproche-t-on au lait ?

Les raisons pour lesquelles les produits laitiers pourraient être nocifs sont multiples…

Consommés à raison de 3 ou 4 par jour et plus, les laitages apportent notamment :

Trop de pesticides, de protéines antigéniques, d‘hormones (estrogènes, insuline) et de facteurs de croissance.

Les produits laitiers sont soupçonnés depuis longtemps de poser un certain nombre de problèmes et d’être incriminés dans plusieurs pathologies : maladies chroniques, dégénératives et cardio-vasculaires, troubles digestifs, intolérances et allergies alimentaires, cancers…

Depuis plusieurs années, des études mettent en lumière les possibles connexions avec le diabète, les cancers du sein, ovaires, testicules et prostate.

Le lait de vache contient une hormone appelée IGF-1 (Insulin-Like Grown Factor-1). La même hormone est présente naturellement dans l’organisme humain pour stimuler la croissance des nourrissons et décline quand l’enfant grandit. Même si une petite quantité de cette hormone dans le sang est normale, un taux élevé augmenterait les risques de cancer. Des expériences ont montré que le IGF-1 du lait de vache encourage la multiplication des cellules cancéreuses. Lorsque des femmes pré-ménopausées ont une augmentation du IGF-1 dans leur sang, leur risque de cancer du sein serait multiplié par 7.

Pour en savoir + lire :
L’alimentation ou la troisième médecine du Docteur Seignalet, décédé en 2003 qui conseillait déjà aux malades qui venaient en consultation, de supprimer le lait : http://www.seignalet.fr/ ; l’ouvrage de Thierry Souccar : Lait, mensonge et propagande … et d’autres comme Vivons sans lait pour vivre mieux ; Lait de vache blancheur trompeuse ; Ce lait qui menace les femmes.

Le conseil de Patricia

Vous souffrez de troubles digestifs, de maladies autoimmunes (polyarthrite rhumatoïde, lupus, basedow, hashimoto…), de maladies dites d’élimination (colite, RGO, eczéma, urticaire, psoriasis, asthme…), de maladies d’encrassage (fibromyalgie, arthrose, ostéoporose, migraine…

Et si vous commenciez à vous intéresser à votreperméabilité intestinale et à diminuer votre consommation de lait et de produits laitiers (pendant au moins 3 à 6 mois) si vous êtes gros consommateurs… Vous pourriez vous faire votre propre avis !

N’oubliez pas, si vous avez peur de manquer de calcium qu’il est apporté aussi par les végétaux : légumes secs, légumes verts, crudités, fruits secs et fruits frais.

Patricia PACAUT Tel: +33 6 65 72 37 89 Nutrition & Épigénétique En lui donnant les bons nutriments, notre corps est capable de performances exceptionnelles. « Le médecin du futur ne donnera pas de médicaments ; il formera ses patients à prendre soin de leur corps, à la nutrition et aux causes et à la prévention des maladies ». Thomas A. Edison https://www.facebook.com/Patricia.Pacaut.Reliv
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Polémiques & Débats
Commentaires
7 votes
par Romain Desbois (IP:xxx.xx1.134.64) le 27 juillet 2012 a 18H17
Romain Desbois (Visiteur)

Contrairement à ce qui est communément avancé, la consommation de laitages aggrave l’ostéoporose ; Des études largement publiées en font état mais sont ignorées volontairement.

5 votes
par TZ (IP:xxx.xx2.200.23) le 27 juillet 2012 a 23H36
TZ (Visiteur)

Vous avez malheureusement raison.

1) Passée l’adolescence, nous sommes sevrés et n’avons plus besoin de laitages. Aucun mammifère autre qu’humain ne continue à consommer du lait après le sevrage ;

2) Le lait est un aliment lourd à digérer (essayez d’en boire avant un effort intense, vous ne serez pas déçu). Il participe donc de la fatigue intestinale si fréquent chez l’homme/la femme moderne ;

3) Le lait industriel, surtout pasteurisé, est une aberration : http://www.marianne2.fr/Guerre-des-... et http://www.realmilk.com/rely-on-raw...

2 votes
par Patricia Pacaut (IP:xxx.xx1.185.80) le 29 juillet 2012 a 19H04
Patricia Pacaut, 10 articles (Rédacteur)

Effectivement Romain une consommation excessive de produits lactés accélère l’ostéoporose...

Ce sera le sujet de mon prochain article.

7 votes
par Sylvie (IP:xxx.xx3.4.99) le 27 juillet 2012 a 21H05
Sylvie (Visiteur)

Le lait c’est pour les veaux. Primo c’est ta phrase cultissime, ma chère Patricia !

Secundo, le lait... Je me souviens des petits matins de mon enfance où je voyais ma mère me préparer avec amour un grand bol de lait bien crémeux avec la peau que mon père allait chercher chez une sympathique fermière de Lyonnie. Horreur... Oesophage, pylore et estomac se révulsaient rien qu’à la vue de ce breuvage dont les vapeurs, outre les spasmes, me faisaient m’exclamer, en lyonnais dans le texte :

J’y aime pas !!!

Et pour cause, je ne le digérais pas puisque je m’arrêtais sur le chemin de l’école pour le...

Dégobiller !!! (encore une autre expression usitée par les gones de Lyonnie).

J’ai rusé à de nombreuses reprises, genre je fais semblant de le boire, et hop direct dans l’évier... Mais ma mère savait déjouer cette ruse... Jusqu’à ce que je fasse des crises d’urticaire géantes et que le Docteur House de Lyonnie intime à ma mère l’ordre de remplacer l’infâme breuvage par une soupe de légumes du potager paternel , une rigotte de chèvre et une pomme.

Sans interdire à mes enfants les bombes à glucose lait + chocaboum, je me suis débrouillée pour leur proposer d’autres alternatives savoureuses qui leur ont forgé un palet gourmet. Je reconnais que j’adore transgresser les pseudos bons conseils diététiques assenés du matin au soir par les médias, régimes compris.

Lorsque Patricia s’est penchée sur mon cas (colites et syndrôme douloureux), j’ai eu la surprise d’entendre parler d’hyperperméabilité intestinale... Et de me voir proposer une assiette sur mesure. L’assiette de Patricia, j’y aime.

Pour preuve, j’ai 55 ans, je ne mange pas les 3 produits laitiers mes ennemis pour la vie, et pas d’ostéoporose à déplorer.

1 vote
par Patricia Pacaut (IP:xxx.xx1.185.80) le 29 juillet 2012 a 19H20
Patricia Pacaut, 10 articles (Rédacteur)

Oui c’est vrai Sylvie, c’est ma phrase cultissime...

Ce n’est pas tout de répeter et de rerépéter encore faut il être entendue.

Tu fais partie des fidèles de Pharmasurf depuis des années et je te remercie pour ta fidélité

5 votes
par gaijin (IP:xxx.xx2.231.75) le 27 juillet 2012 a 22H44
gaijin (Visiteur)

mais comme l’a dit quelqu’un les français sont des veaux ....... blague a part le meilleur remède contre l’ostéoporose c’est : l’exercice. Les tensions exercées par les muscles amènent les os a se renforcer. Après 45 ans il convient de préférer des sports lents comme le taijiquan et la marche ( il est bien évident que pour que cela soit efficace il ne faut pas attendre d’être grabataire ....et qu’une alimentation par ailleurs normale et variée est indispensable )

les campagnes pour la consommation de produits laitiers " les produits laitiers sont nos amis pour la vie " n’avait au départ qu’un objectif : écouler les excédents de lait .... aujourd’hui c’est uniquement faire du fric : en guise de démonstration regardez la taille du rayon yaourts etc dans votre supermarché .......

1 vote
par Patricia Pacaut (IP:xxx.xx1.185.80) le 29 juillet 2012 a 19H09
Patricia Pacaut, 10 articles (Rédacteur)

Je dirais plutôt... des moutons de panurge.

Mais comment les blâmer... La pression "Pro produits laitiers" est vraiment très très lourde.

Il faut alerter et sensibiliser le plus de personnes possible. Il y a du boulot

2 votes
par radmos (IP:xxx.xx4.136.73) le 28 juillet 2012 a 10H32
radmos (Visiteur)

Des études scientifiques ? Ils font pas en parler car elles prouvent le contraire de ce que ces Lobbys avancent mais CHUT il ne faut pas le dire !

L’aluminium vaccinal est un vrai danger pour le cerveau des enfants et des personnes agées. Agissons vite pour des vaccins sans aluminium, signez et faites signer la pétition SVP ; http://www.myofasciite.fr/?page=pet...

1 vote
par Patricia Pacaut (IP:xxx.xx1.185.80) le 29 juillet 2012 a 19H17
Patricia Pacaut, 10 articles (Rédacteur)

L’aluminium c’est un autre sujet... quoique

Effectivement l’aluminium est un produit neurotoxique et il faut quand même savoir qu’il y en a dans les poudres de laits infantiles, ce qui est un scandale... c’est l’anti agglomérant

L’aluminium, il y en a partout et pas seulement dans les vaccins.

- L’eau potable est clarifiée par l’aluminium
- Conservateurs dans charcuteries et plats préparés
- Colorants dans les confiseries
- Levant dans…pains, gâteaux et viennoiseries industrielles
- Agent de blanchiement du pain, du pain de mie
- Anti agglomérant…pour le sel
- Additifs alimentaires… les E……colorants, arômes…

3 votes
par France (IP:xxx.xx4.23.183) le 28 juillet 2012 a 11H54
France (Visiteur)

Très bon article, plein de bon sens ! Juste un point sur lequel je ne suis pas d’accord : quand vous écrivez "Il serait peut-être temps d’en prendre conscience et sans les supprimer, de consommer lait et produits laitier avec modération, pour le plaisir pour ceux qui les aiment."

Cela démoli votre argumentaire : selon mon expérience, et selon le docteur Seignalet, la dose optimale de produits laitiers (fromages compris), c’est ZERO ! Mes enfants (alors âgées de 6, 8 et 10 ans), ont vu leurs problèmes ORL chroniques disparaître en 2 ou 3 semaines sans aucun produit laitier. Les fortes odeurs corporelles dont était affligé mon fils jusqu’à l’âge de 8 ans, (odeurs de pieds insoutenables) ont également disparu avec la suppression des produits laitiers. Après plusieurs mois de ce sevrage, un seul yaourt, ou un seul morceau de fromage pris chez des copains suffisait à faire réapparaître ces problèmes, ou à provoquer diarrhée ou vomissement (réactions variables selon les individus et les époques).

Il n’y a pas de consommation anodine de produits laitiers : l’absence de réaction immédiate et désagréable à une faible et régulière consommation, prouve seulement un état de tolérance de même nature que l’état de tolérance d’un fumeur qui fumerait une seule cigarette par jour. Le corps, mâté par cette consommation régulière, fait l’impasse sur la nécessaire élimination des toxines. Le régime Seignalet ne préconise pas la diminution de la consommation des produits laitiers, mais sa complète et définitive suppression, condition indispensable à la formidable efficacité de ce régime.

1 vote
par Milu (IP:xxx.xx3.249.159) le 28 juillet 2012 a 13H40
Milu (Visiteur)

mon mari a des migraines chroniques épouvantables, depuis qu’il ne consomme plus aucun produit laitier, c’est fini ! Du coup toute la famille s’y est mise et les crêpes au lait d’avoine, c’est très bon ! Et du lait et ses dérivés, méfiance, il y en a partout, dans les charcuteries type saucisson, dans le chocolat, et surtout dans les enrobages des médicaments !

0 vote
par Patricia Pacaut (IP:xxx.xx1.185.80) le 29 juillet 2012 a 19H27
Patricia Pacaut, 10 articles (Rédacteur)

Je suis d’accord avec toi France mais tu sais depuis des années que j’essaie de faire passer ce message qui va à contre courant de tout ce que l’on peut lire ou entendre

Si déjà les grands consommateurs diminuaient leur consommation quotidienne et si les consommateurs de 3 à 4 produits laitiers passaient à 1... ce serait déjà une immense victoire.

Tu es sensibilisée à ce sujet et j’en suis ravie...

1 vote
par France (IP:xxx.xx3.19.51) le 1er août 2012 a 16H46
France (Visiteur)

Oui, Patricia, manger peu de produits laitiers vaut mieux qu’en manger beaucoup ! mais pas beaucoup mieux, c’est là le problème : si vous dites à quelqu’un qui souffre d’une maladie quelconque qu’il se portera mieux avec une consommation plus limitée de produits laitiers, et si cette personne vous croit, et , par exemple, divise pas 4 sa consommation de produits laitiers, en n’en prenant qu’un seul par jour (alors que les pouvoirs publics recommandent d’en consommer 4), il est très probable qu’elle ne verra aucune différence sur sa santé. Car cette consommation quotidienne maintiendra son système immunitaire en tolérance sur les produits laitiers, ce qui empêchera son organisme de passer en mode ’élimination" qui seul peut améliorer sa santé de manière visible et parfois spectaculaire. Donc cette personne, après quelques mois de ce régime "basse consommation" se lassera et conclura que ça ne vaut pas la peine de se priver, puisque ça ne fait pas vraiment de différence. C’est pourquoi je persiste à dire que conseiller de réduire sa consommation de produits laitiers (par exemple à un par jour, ou même à un par semaine) est contre-productif. Pour voir une différence, un minimum d’un mois sans AUCUN produit laitier (même caché dans un biscuit au beurre) est nécessaire. A la suite de cet essai, on peut pour se convaincre, reprendre une consommation massive (4 produits laitiers par jour) pour voir ce que ça donne. Et il y a toutes les chances pour que la leçon porte !

2 votes
(IP:xxx.xx3.125.183) le 28 juillet 2012 a 13H55
 (Visiteur)

c’est encore pire car il y a au moins 3 hormones de croissance la IFG-1facteur de croissance insulinique qui agit sur les glandes et au niveau cartilage, l’hormone EGF qui stimule la peau, le système digestif, le coeur et les poumons, système nerveux, glande mammaire et l’hormone TGF qui agit sur les tissus osseux, articulaires et musculaires mais aussi intestins et tout cela agit sur les cellules souches tumorales !!! à lire le livre du professeur JOYEUX éminent cancérologue de Montpellier qui ose révéler ce que les autres taisent ou ignorent en ne remettant pas leur savoir en question : "changer d’alimentation " Jean SEIGNALET était un de ces collègues. MF.MONTANERA infirmière, naturopathe

0 vote
par France (IP:xxx.xx4.23.183) le 28 juillet 2012 a 17H15
France (Visiteur)

Dans les méfaits des produits laitiers, il faut donc ajouter des désordres hormonaux !

0 vote
(IP:xxx.xx5.55.146) le 29 juillet 2012 a 17H11
 (Visiteur)

Avant de lancer de ces conseilles, il serait bon de vérifier la qualité du lait, car en un demi siècle, cela est devenue un ersatz agroalimentaire.

0 vote
par Patricia Pacaut (IP:xxx.xx1.185.80) le 30 juillet 2012 a 19H43
Patricia Pacaut, 10 articles (Rédacteur)

Oui Sylvie l’hyperperméabilité intestinale est un sujet dont on ne parle pas suffisamment... voire pas du tout.

Les conséquences de l’hyperperméabilité intestinale : troubles digestifs, fatigue permanente, troubles de l’humeur, infections à répétition, douleurs ostéo-articulaires et musculaires, problèmes cutanés (eczéma) ou migraines.

Les causes : le stress, les déséquilibres alimentaires, les états inflammatoires qui perdurent, le déséquilibre de la flore intestinale sont autant de facteurs qui vont altérer l’étanchéité de la paroi intestinale et la rendre perméable à des bactéries, à des nutriments...

L’hyperperméabilité intestinale est associée à un risque de dysfonctionnement immunitaire.

Le gluten (des céréales), la caséine (du lait)... mal digérées passent, dans certaines conditions, dans le sang sous forme de peptides opiacés... ce qui peut provoquer des dégénérescences dans l’organisme

0 vote
par Patricia Pacaut (IP:xxx.xx1.185.80) le 30 juillet 2012 a 19H45
Patricia Pacaut, 10 articles (Rédacteur)

Crêpes au lait d’avoine et à la farine de sarrasin...

c’est une bonne pioche, sans gluten ni caséine

0 vote
par trape (IP:xxx.xx7.81.125) le 4 août 2012 a 14H57
trape (Visiteur)

"lait est un aliment parfait pour les veaux"

Avec le concept nutritionnel qu’il y derrière cela, on peut décliner d’autres aphorismes du type : "la viande de zebu, c’est pour les carnivores de la savane" et la salade du jardin, c’est pour les herbivores" etc

Il y a une grande différence entre se poser des questions, sur le mode de production, la qualité des produits de l’industrie agro-alimentaire, le risque toxique environnemental, envisager des sensibilités différentes des sujets à des nutriments,...etc, que de faire, ce qui peut être vrai pour un individu avec l’émergence de pathologies, une règle générale comme vous le faites car je serais curieux de savoir sur quoi vous fondez la conception nutritionnelle de l’omnivore. Les anglo-saxons ont réduit à 2 fois par jour, la consommation de produits laitiers, dans leurs recommandations ; ce n’est pas le cas de la France, mais le domaine nutritionnel intéresse peu (pas) les médecins français. S’il m’est arrivé, en consultation, de recommander à un patient de faire un test d’exclusion des laitages, pour sa pathologie, je n’en fais pas une règle générale comme vous.

0 vote
par la fraise tagada (IP:xxx.xx3.143.40) le 7 août 2012 a 13H25
la fraise tagada (Visiteur)

Et oui, on nous ment pour continuer à vendre des laitages ... mais ce n’est malheureusement pas nouveau ... Et c’est vrai que vu ce qu’on nous bonbarde en publicité, difficile de rester objectif et de conserver son bon sens. Peu de publicité par contre pour les médecins qui s’insurgent contre ces priorités de santé publique ... Merci pour cet article qui a le mérite de remettre les pendules à l’heure.