Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Comment réduire l’inconfort de la détox ?
Comment réduire l'inconfort de la détox ?
note des lecteurs
date et réactions
27 octobre 2015
Auteur de l'article
Pleine santé naturelle, 21 articles (Rédacteur)

Pleine santé naturelle

Rédacteur
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
21
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Comment réduire l’inconfort de la détox ?

Comment réduire l'inconfort de la détox ?

Que vous suiviez un régime en vue de perdre du poids ou de favoriser la détox, il se produit, dans les deux cas, un phénomène : l’élimination.
En effet, l’organisme va saisir cette opportunité de pouvoir excréter des toxines et des déchets issus, notamment, du métabolisme. Malheureusement, ce phénomène va provoquer, dans la plupart des cas, un inconfort certain. D’autant plus, si vous êtes concerné(e) comme de plus en plus de personnes aujourd’hui, par une prolifération de champignons de type Candida Albicans qui produisent des composés toxiques tant au cours de leur existence qu’au cours de leur agonie si vous suivez un régime anti-candida (qui ne fonctionne pas d’ailleurs).
Quelle est la nature exacte de ce phénomène et quel est son principe de fonctionnement ? Existe-t-il des solutions afin de l’endiguer et de réduire l’inconfort qu’il produit ?

 

Pourquoi faut-il accepter de se sentir mal avant de se sentir mieux ?

Au cours d’un régime minceur, l’organisme va puiser dans ses réserves de graisse afin de produire l’énergie que la nourriture apporte de manière insuffisante. Or, l’organisme a procédé, il fût un temps, au stockage de toxines et déchets dans ces cellules graisseuses afin de les neutraliser parce qu’il n’avait pas la possibilité (entre autres) de les gérer en vue de leur excrétion. Ces substances toxiques se trouvent relarguées dans la circulation sanguine et provoquent un phénomène d’inconfort.
Il se passe peu ou prou la même chose dans le cadre d’un régime orienté détox sauf que ce relargage de toxines n’est pas une conséquence mais bien l’objectif visé et on peut l’obtenir via une alimentation spécifique et/ou des plantes et compléments alimentaires.
On assiste donc à une surcharge rapide et brutale de toxines dans le flux sanguin qui provoque des sensations désagréables caractéristiques des symptômes de la détox.

Ceci-dit, réjouissez-vous car cela signifie que le travail s’opère et ceci annonce le mieux-être à venir !

 

Quels sont les symptômes de la détox ?

Symptômes ressemblant à ceux de la grippe : vous pouvez ressentir des frissons ou une élévation de la température. En général, une fatigue intense se produit. Elle peut être accompagnée de douleurs musculaires et de maux de tête.
Acné et furoncles : au cours de ce relargage de toxines, trois des émonctoires (côlon, poumons, reins) et le foie sont sollicités afin de gérer l’excrétion de celles-ci. Cependant, si le relargage est massif, ces organes s’en trouvent saturés et font appel à l’émonctoire de secours : la peau. Ainsi, il en résulte l’apparition d’éruptions cutanées de type furoncles ou acné. Il s’agit là de symptômes bien spécifiques mais il peut plus simplement se produire des phénomènes de rougeurs et d’éruptions cutanées.
Maux de tête : le phénomène de détox se produit dans l’ensemble de l’organisme, y compris dans le cerveau qui en profite pour se décharger des encombrants. Parfois, des toxines relarguées ailleurs dans l’organisme traversent la barrière hématoencéphalique et provoquent des maux de tête ou encore un brouillard mental.
Dépression et anxiété : au sujet de la dépression, elle peut être une conséquence du point évoqué ci-dessus lorsque des toxines se baladent au sein du cerveau. Elles provoquent, fort heureusement de manière temporaire, une baisse de régime et parfois une mélancolie que l’on pourrait apparenter à de la dépression. Apparenter car le phénomène s’estompe une fois la détox achevée.
Au sujet de l’anxiété, il se produit un phénomène identique à celui dont j’ai parlé dans l’article –anxiété chronique, une autre cause possible ? – à savoir une forte mobilisation du système nerveuxdans le but d’évacuer tous ces encombrants et il en résulte de l’anxiété, de l’irritabilité, éventuellement des crispations ou autre tensions. Là encore, le phénomène est temporaire et cesse à la fin de la détox.
Léthargie et forte fatigue : elles sont à mettre en lien avec ce phénomène de brouillard mental dont elles sont une conséquence. Votre organisme vous indique simplement que vous devez absolument privilégier un maximum de repos et de sommeil.
Insomnies : elles sont à relier au phénomène d’anxiété. L’endormissement et le sommeil se trouve perturbés par une surexcitation des nerfs que l’organisme mobilise pour faire bouger les toxines à travers les tissus.

 

Quelles sont les astuces permettant de soutenir l’élimination ?

Mangez chaud ainsi que des aliments prédigérés à l’aide de probiotiques (aliments fermentés) : la chaleur rend les aliments plus faciles à digérer. Ainsi, orientez-vous vers de la nourriture cuisinée plutôt que des aliments crus. Si malgré tout vous souhaitez persister à manger cru, envisagez dans ces cas-là de la nourriture crue cultivée et prédigérée à l’aide de probiotiques, tels les aliments lacto-fermentés.
Incluez systématiquement des aliments fermentés : ceux-ci contiennent des bactéries et des levures bénéfiques qui aident à combattre l’inflammation. Elles sont également des alliés dans la métabolisation et l’excrétion des déchets.
Envisagez éventuellement une hydrothérapie du côlon si vous n’allez pas à la selle au moins une fois par jour : il s’agit là d’une solution efficace qui permet d’évacuer déchets et toxines hors de l’organisme. De plus, la constipation prolonge l’ampleur et la durée des symptômes de détox car le côlon ré-absorbe les toxines et déchets pour les réintroduire dans le flux sanguin. Il peut également en résulter un phénomène aggravé d’excrétion par la peau conduisant à des furoncles.
Focalisez-vous sur les antioxydants et le support de votre foie : le foie transforme les déchets qui peuvent être éliminés. Vous pouvez le soutenir en consommant du Chardon Marie (250 à 500mg par jour de silymarine : le dosage de la quantité de Chardon-Marie variera en fonction de la concentration de cette molécule) ou du Desmodium (1 à 2g de poudre par jour).
Les antioxydants ont pour rôle de neutraliser les radicaux libres émis par les toxines relarguées. Ainsi, un apport massif d’antioxydants est à privilégier. Vous pouvez pour cela consommer des fruits frais et bien mûrs ainsi que des crucifères (choux, chou-fleur). Rien ne vous empêche d’adjoindre des compléments alimentaires aux propriétés antioxydantes tels que la vitamine C (2 à 4g par jour), la vitamine E (200 à 400 UI par jour), le sélénium (200 à 400 mg par jour), la N-acétylcystéine (400 à 800mg par jour) ou le molybdène (150 mcg par jour).
Stoppez ou ralentissez les antifongiques si vous êtes concerné(e) par une prolifération de Candida Albicans : les antifongiques fonctionnent en cassant les membranes des cellules du Candida Albicans ce qui provoque un relargage d’un nombre considérable de toxines que le Candida a produites.
Réduire voire stopper les antifongiques va tout simplement réduire la quantité de toxines relâchées au sein du flux sanguin. Vous pouvez les reprendre ou les augmenter de nouveau dès que vous vous sentez mieux.
Continuez de bannir les aliments à base de sucre non naturel : si vous ressentez une forte envie de sucré, consommez une tasse bien chaude de thé ou d’eau citronnée dans laquelle vous ajouterez un peu de stevia.
– Bougez et transpirez : vous n’êtes pas obligé(e) de vous adonner à une pratique de sport intense. Par exemple, sautiller sur un petit trampoline va stimuler le système lymphatique et supporter vos efforts de nettoyage. En outre, votre organisme va relâcher toxines et déchets à travers la sueur. Procédez simplement et avec douceur.
Alcalinisez votre organisme : ceci permet de provoquer un effet tampon permettant la capture des toxines. Vous pouvez consommer une cuillérée à café de bicarbonate de soude dans un verre d’eau à raison d’une fois par jour (en dehors et bien à distance des repas).
Buvez beaucoup d’eau : la déshydratation retient les toxines dans l’organisme et ferme les canaux d’élimination. Être bien hydraté est une clé dans le support du processus de détoxination.
Pratiquez un exercice de respiration profonde : augmenter l’apport en oxygène au sein de vos cellules ne fait pas que stimuler le système lymphatique et booster le système immunitaire mais stimule également l’énergie et la sensation de bien-être. Aussi, abusez-en et pour le coup, je vous recommande vivement cette fabuleuse technique qu’est la cohérence cardiaque.
Pratiquez le brossage à sec de la peau : le brossage à sec de la peau est une technique visant à stimuler les systèmes circulatoire et lymphatique, ce qui permet d’aider à l’excrétion des toxines et déchets.
Ralentissez et reposez-vous autant que possible : le stress peut affaiblir vos glandes surrénales et réduire les capacités générales de votre organisme. Se relaxer et se consacrer du temps va aider le système immunitaire à jouer son rôle.
Sauna et bains aux Sels d’Epsom : Si vous avez accès à un sauna, profitez-en ! Vous pouvez aussi envisager un bain à base de Sels d’Epsom (ou sulfate de magnéisum, leur autre nom, que vous trouverez en pharmacie ou en boutique bio) : versez de 300 à 500 g de Sels d’Epsom dans une baignoire d’eau bien chaude et restez-y 20 minutes. En plus d’aider à l’excrétion des toxines par la peau, le magnésium vous procurera confort et bien-être.

Gardez à l’esprit que cette période de nettoyage peut être éprouvante physiquement et mentalement.Prenez la avec le plus de détachement possible. Vous pouvez par exemple tenir un journal dans lequel vous relaterez vos sensations. Essayez de vous ménager un maximum de temps calme afin de vous nourrir vous-même au cours de ce voyage de régénération.

 

 

 

Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté