Accueil du site
> Nutrition & Régimes > Les Actus
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Charentes : coquillages impropres à la consommation
Charentes : coquillages impropres à la consommation
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
22 mars 2010
Auteur de l'article
Rim, 51 articles (Medecin)

Rim

Medecin
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
51
nombre de commentaires
14
nombre de votes
1

Charentes : coquillages impropres à la consommation

Charentes : coquillages impropres à la consommation

Les huîtres et autres coquillages du littoral charentais sont interdits à la consommation depuis quelques jours, diagnostiqués porteurs de toxine amnésiante à des taux anormalement élevés. En effet, vendredi, la préfecture de la Charente-Maritime a interdit la consommation de tous les coquillages, notamment les huîtres, en provenance du littoral charentais. La même interdiction pour les coquillages issus du littoral de Vendée, annoncée vendredi soir par le ministère de l’agriculture.

La toxine amnésiante est produite par des algues microscopiques. Celles-ci seraient remontées à la surface lors de la tempête Xynthia, brassées par les remous, et peuvent s’avérer dangereuses pour l’Homme. Le lien direct avec n’est pas encore formellement établi par les deux préfectures, mais la zone concernée est la même que celle touchée par la tempête.

Les infections alimentaires causées par cette toxine entraînent des troubles digestifs dans un délai de deux à 24 heures après la consommation des coquillages contaminés. Les premiers cas d’intoxications amnésiantes se sont déclarés fin 1987 au Canada. Les personnes intoxiquées présentèrent des troubles digestifs, neurologiques et surtout une perte de mémoire. Parmi ces victimes, quatre personnes sont mortes et d'autres ont présenté des séquelles neurologiques permanentes.

Plusieurs molécules sont responsables, mais l’acide domoïque reste le chef de file. Celui-ci est absorbé par la muqueuse gastro-intestinale et atteint lentement sa cible au niveau du système nerveux central où il se fixe sur un des récepteurs de l'acide glutamique (au niveau des cellules nerveuses). En mimant le rôle de ce dernier, il aboutit, dans certains cas, au dysfonctionnement de ces cellules voire leur mort.

Les premiers symptômes, de type gastro-intestinal, surviennent dans un délai de 2 à 24 heures après consommation des moules contaminées. Ils sont caractérisés par des crampes abdominales, des nausées, vomissements, diarrhées (ou simple accélération du transit). Les signes neurologiques apparaissent plus tardivement, entre 24 et 48h, et se manifestent par une désorientation, une confusion, une perte de mémoire, des dommages cérébraux pouvant conduire à des convulsions voire au coma et à la mort. A noter que la gravité de l’intoxication s’observe notamment chez les enfants et les personnes âgées.

Ces symptômes peuvent durer plusieurs jours. Il n’existe pas d’antidote à cette toxine et le reste symptomatique (calmer la douleur par des antispasmodiques, hydratation). Devant le moindre signe alarmant : douleurs importantes, diarrhée profuse, signes neurologiques, il est impératif de consulter rapidement un médecin.

Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté