Accueil du site
> Nutrition & Régimes > Les Actus
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Boissons énergisantes : Boire et déboires
Boissons énergisantes : Boire et déboires
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
11 juin 2012 | 2 commentaires
Auteur de l'article
Jean-Marie Habar, 19 articles (Médecin retraité)

Jean-Marie Habar

Médecin retraité
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
19
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Boissons énergisantes : Boire et déboires

Boissons énergisantes : Boire et déboires

Récemment l’Agence de sécurité sanitaire de l’alimentation (ANSES) a attiré l’attention sur les effets indésirables de certaines boissons énergisantes, dont deux cas mortels par arrêt cardiaque qui leur semblent imputables.

Les boissons dites énergisantes (type Redbull, Monster Energy...) sont directement incriminées. Leur absorption est d’autant plus risquée qu’elles sont associées à une activité physique intense et à la consommation d’alcool. Elles sont en outre réservées à l’adulte et déconseillées aux femmes enceintes.
 
En dehors des cas mortels, « un lien de causalité possible ou probable a pu être établi » entre la consommation de ce type de boisson et des troubles d’ordre cardiologique (tachycardie) et/ou neurologique (crises d’épilepsie, paresthésies, tremblements, vertiges) et/ou psychiatrique (angoisses, agitation, confusion).
Il existe un certain nombre de cas suspects ou, des effets indésirables semblent pouvoir être attribués à des boissons énergisantes en association avec de l’alcool dans un « contexte festif ».
 
Il ne s’agit là que de cas identifiés et rapportés par l’Agence. Mais les incidents non-signalés sont vraisemblablement plus nombreux.
 
Les études montrent que la consommation de ces produits en lien avec une activité sportive est en augmentation. De plus, 27 % des consommateurs de moins de 35 ans associent, « au moins de temps en temps », ces produits à l’alcool.
Ces faits sont préoccupants et de ce fait, l’Agence de sécurité sanitaire de l’alimentation (ANSES) lance un appel aux professionnels de santé pour qu’ils exercent en ce domaine une vigilance particulière.
 
Un autre phénomène décrit par des auteurs américains depuis quelques années renforce singulièrement cette préoccupation.
Il s’agit du « syndrome cardiaque des festivités  » (« holiday heart syndrome »), décrit à propos de patients qui éprouvent des palpitations cardiaques à la suite d’épisodes d’alcoolisation intense, par exemple à l’occasion des fêtes de fin d’année. Les manifestations disparaissent habituellement à l’arrêt de l’imprégnation éthylique.
 
Mais récemment des chercheurs ont pu établir une relation possible entre la consommation d’alcool et des troubles du rythme potentiellement graves, en particulier la fibrillation auriculaire.
« Les personnes qui connaissent des épisodes de fibrillation auriculaire ont un risque multiplié par 4,5 de déclencher un de ces épisodes s’ils consomment de l’alcool », écrit Gregory Marcus, auteur principal de cette étude.
 
Pour notre part nous supposons que les fêtes de fin d’années ne sont pas les seules à donner l’occasion à des alcoolisations massives.
Les troisièmes mi-temps n’incitent pas à la sobriété et pour peu que le consommateur ait aussi abusé de boissons énergisantes....

Prudence donc si on ne veut pas que la fête se termine plus mal qu’elle ne commence.

 

 

JMH
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Commentaires
1 vote
par Franck de Lyon (IP:xxx.xx0.92.162) le 11 juin 2012 a 19H57
Franck de Lyon (Visiteur)

Cela fait partie des produits dont on ne va découvrir les réelles conséquences que dans plusieurs années, comme pour la cigarette (il fut un temps où tout le monde ignorait le rapport tabac/cancer). Le problème c’est que les études de cohortes pour voir les effets de ce genre de produit durent plusieurs années voir dizaine d’année, et pendant ce temps là des personnes consomment. D’un coté personne n’est obligé de consommer le redbull avec de l’alcool, même si le danger était indiquer cela ne changerait en rien l’attitude de certains (regardez pour le tabac encore une fois). Sinon pour garder la forme rien de mieux qu’un peu de sommeil ou sinon un bon café !

1 vote
par trape (IP:xxx.xx7.73.175) le 11 juin 2012 a 23H54
trape (Visiteur)

Red Bull n’a jamais été positionné comme une boisson sportive dite classiquement "énergétique" par le fabricant ; même si , il y a quelques années, du temps de Mm Bachelot, ministre de la santé, le ministère de la santé s’était excité, pour rien, en particulier avec la taurine...parce que certains sportifs en consommaient et que des entraineurs se posaient des questions. Des Antennes de lutte contre le dopage, avaient été questionnées ; et il faut dire que la bibliographie était rare, montrant parfois des arguments positifs pour une supplémentation en taurine, dans des diabètes (1995), des insuffisances cardiaques (1983), ... Si la consommation chronique de ce type de boisson, n’est pas recommandée, au moins par sa richesse en glucides ; il est certain que dans une "vodka-redbull", la vodka est certainement plus toxique pour le cœur.