Accueil du site
> Nutrition & Régimes > Les Actus
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Boire des sodas rendrait violent ? Pas sûr...
Boire des sodas rendrait violent ? Pas sûr...
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
7 décembre 2011
Auteur de l'article
Léa Belleval, 97 articles (Rédacteur)

Léa Belleval

Rédacteur
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
97
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Boire des sodas rendrait violent ? Pas sûr...

Boire des sodas rendrait violent ? Pas sûr...

Une consommation élevée de sodas serait liée, chez les adolescents, à des comportements violents. C’est la révélation étonnante d’une étude menée par des scientifiques américains qui, à l’origine, voulaient enquêter sur le rapport entre les sodas et l’obésité.

Une étude menée par des scientifiques de Boston, aux Etats-Unis, a abouti à une découverte assez surprenante : L’abus de sodas (clairement, les boissons gazeuses sucrées) chez les adolescents pourrait expliquer des comportements décalés, voire violents. L’enquête déclarative en question a été effectuée auprès de 2 725 élèves des collèges publics de Boston. Et voici les principaux enseignements : Une consommation excédant 14 canettes de sodas par semaine mènerait, chez l’adolescent, à une augmentation de 9 à 15% de risque de conduites agressives avec, dans 43% des cas de surexcitation, un port d’armes blanches ou d’armes à feu et, dans près de 60% des cas, des actes de violence à l’encontre d’autres jeunes.

Les auteurs de l’étude, qui ne citent aucune marque, précisent que seules les boissons pétillantes seraient en cause, reléguées, donc, quasiment au même rang que le tabac ou l’alcool pour ses effets comportementaux. Serait-ce en raison des sucres rapides qui agiraient comme des excitants ?

L’initiateur de cette enquête, David Hemenway, qui est professeur et spécialiste des directives sanitaires à l’Université de Harvard, évite de faire des raccourcis précipités : « La relation peut être causale, mais il est aussi possible que ce ne soit qu’un marqueur d’autres problèmes, que des enfants violents, pour quelque raison que ce soit, aient tendance à fumer plus, à boire plus d’alcool, à boire plus de sodas. Nous ne savons pas à l’heure actuelle »… d’autant que la consommation de sodas est trop courante chez les jeunes pour parvenir à formuler une conclusion dans cette direction. Et le doute est clairement mis en avant chez les nutritionnistes, qui n’ont pas manqué de critiquer l’étude pour « vilipender davantage les sodas, déjà épinglés pour leur mauvais profil diététique ou leur fort contenu en sucre et en caféine ». L’enquête suit son cours.
 

Inscrivez-vous à la newsletter !
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté