Accueil du site
> Dossiers > Les allergies alimentaires
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Allergie alimentaire : qu’est-ce qu’on mange ?
Allergie alimentaire : qu'est-ce qu'on mange ?
note des lecteurs
date et réactions
27 mai 2009 | 3 commentaires
Auteur de l'article
Anne-Laure Jaffrelo, 2 articles (Naturopathe)

Anne-Laure Jaffrelo

Naturopathe
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
2
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Allergie alimentaire : qu’est-ce qu’on mange ?

Allergie alimentaire : qu'est-ce qu'on mange ?

Connaissez-vous les allergies alimentaires ? Parfois difficiles à déceler elle peuvent parfois déclencher de fortes réactions immunitaires comme avec l’arachide. Cet article permet de faire le point sur le sujet ...

Allergie alimentaire : qu'est-ce qu'on mange ?Le temps des fraises arrive et vous voici à redouter le retour des symptômes allergiques. Cet aliment libérateur d’histamine est comme plusieurs autres (voir encadré ) susceptible de déclencher des réactions allergiques : picotement des lèvres, gonflement, crampes abdominales, nausées, poul faible.
 

Allergie alimentaire ou simple intolérance à un aliment ?

La vraie allergie alimentaire provoque de fortes réactions immunitaires qui se produisent à la suite de l’ingestion d’une protéine considérée comme nuisible par le corps. Le système immunitaire fabrique alors des immunoglobulines : IgE. Ce complexe IgE se fixe sur les cellules mastocytes et provoque la libération d’histamine, responsable des oedèmes. Cette cascade immunitaire conduit, dans certains cas, au choc anaphylactique : symptômes respiratoires, cutanés, digestifs, cardio-vasculaires, qui nécessitent une dose d’adrénaline.
 
L’intolérance alimentaire ou « fausse allergie » quant à elle, ne met pas en jeu ce mécanisme immunitaire mais se caractérise par une hypersensibilité à des aliments contenant de l‘histamine et élevant directement le taux déclencheur de réactions allergiques. Cette intolérance est souvent liée à un contexte de détérioration de la flore et d’inflammation des muqueuses intestinales.
 
Un “vrai “ allergique peut également combiner une “fausse” allergie. Dans tous les cas, il est essentiel d’éviter absolument l’aliment déclencheur. Un dépistage par un allergologue (tests cutanés et sanguins) vous permettra de savoir précisément ce à quoi vous réagissez. Cependant, il est toujours bon de se baser sur les symptômes cliniques et le vécu, même si les tests sont négatifs.
 

Quelles allergies sont les plus répandues, quels allergènes sont associés ?

Les allergies les plus fréquentes se font au contact des protéines d’arachide, d’oeuf, de lait de vache, de gluten (blé), de soja, de sésame et de noix. Les produits industriels contiennent une multitude l’ingrédients cachés et une lecture approfondie des étiquettes est indispensable.
 
Les protéines allergènes peuvent emprunter plusieurs noms. Ainsi la protéine de l’œuf peut se décliner sous les noms albumine, lécithine, livétine. De plus, les additifs alimentaires comme les sulfites, amplifient souvent les réactions par leurs effets chimiques, tout comme l’aspirine.
 

Prévention : comment éviter les réactions lorsqu’on est allergique ?

Pour alléger les réactions :
  • Evitez le mélangisme et la diversité, privilégiez le très simple et le bio à faire soi même.
  • Evitez le sucre et les acides qui font flamber les réactions inflammatoires.
  • Favorisez un maximum les anti oxydants présents dans les légumes.
  • Privilégiez le cuit, car un aliment allergisant cru ne le sera pas nécesserairement une fois cuit. Consommez régulièrement de l’huile de nigelle (nigella sativa) connue pour ses propriétés sur le système immunitaire.
 
De manière générale :
  • Eliminez les sources de contamination : utilisez des ustensiles différents, vérifiez la propreté de la vaisselle, réchauffez et cuisez séparément les plats.
  • Eviter les aliments pro allergisants (voir encadré).
  • Utilisez les huiles riches en oméga 3 (colza, noix, chanvre, cameline, périlla). Pendant la grossesse, consommer des huiles de poissons (EPA/DHA) prévient l’apparition d’allergie chez les enfants. Evitez les aliments soufrés (poireaux, oignons).
  • Supprimez le tabac.
  • Consommez régulièrement de la vitamine C naturelle.
  • Privilégiez les produits fabriqués avec précaution : sans lait, ni blé, ni oeuf, ni arachide, ni soja. ( Biscuits Valpiform, site www.allergoora.com)
 
Pour un bébé né de parents allergiques, la maman suivra un régime strict d’éviction aux allergènes et allaitera son enfant pendant 4 mois minimum. Les aliments seront introduits progressivement tout en observant attentivement le moindre signe de réaction et sous surveillance d’un allergologue.
 
Enfin, le système immunitaire hyper sensible de l’allergique pourra réagir de façon croisée à d’autres aliments qui se ressemblent chimiquement :
 
 
 
Si allergique au : réaction possible avec : lait de vâche lait de chèvre, boeuf latex kiwi, banane, avocat noisetier, bouleau poires, abricots, pêches, cerises
 

Alors qu’est ce que l’on mange lorsque le nez coule, les plaques sortent, les lèvres picotent ?

Une liste variée d’ingrédients que vous pourrez utiliser dans vos petits plats maison : quinoa, sarrazin, riz, fécule de pomme de terre, polenta, légumes racines, légumes feuilles , légumes colorés (sauf omébélifères : carottes, céleri, persil), algues, sel gris non raffiné, eau de source, fruits bien mûrs, aromates frais, huile vierge de 1er pression à froid, jus de légumes, lait de riz, graines germées, tisanes sauf agrumes et cinorrodhon.
 
Une foule d’idées recettes vous attendent sur différents blogs :
 
Des forums intéressants sont en ligne sur : www.allergique.org, www.cicbaa.com et www.afpral.asso.fr
 
Pour info :
 
Aliments histamino-libérateurs : Fraise, épinard, tomate, choucroute, champagne non bio, viande rouge, charcuterie, poisson sur glace, coquillage, crustacés, fromage fermenté, levures, roquefort
 
Aliments pro-allergisants : Les aliments histamino-libérateurs, les céréales à gluten (seigle, avoine, blé, orge), les aliments à base de lait de vache, les aliments à base d’arachide (huile, noix) la charcuterie, les poisson sur glace, les fromages fermentés, les levures, le glutamate (E621), les conservateurs, les aliments acides (pamplemousse, citron, orange, vinaigre, café, moutarde).
Anne-Laure JAFFRELO

POST-SCRIPTUM

SOURCES

  • www.allergique.org
    www.cicbaa.com
    www.afpral.asso.fr
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Commentaires
0 vote
par Renisa (IP:xxx.xx3.239.204) le 2 juin 2009 a 12H30
Renisa (Visiteur)

bonjour, j’aimerais avoir d’amples informations sur l’origine des oedemes de Kent, et les trucs à faire pour éviter le déclenchement.

Merci d’avance !

2 votes
par miako (IP:xxx.xx1.86.156) le 24 octobre 2009 a 22H36
miako (Visiteur)

Salut moi aussi je suis allergique, si vous voulez en savoir plus sur les allergies consultez ce site : http://symptomes-solutions-allergie... a+ :-)

0 vote
par SKTV (IP:xxx.xx4.171.35) le 2 avril 2010 a 10H16
SKTV (Visiteur)

Vivre avec des personnes allergiques peut être très compliqué…

Quand vous recevez autour d’un buffet, d’un barbecue ou d’un pique-nique, vous pouvez signaler à vos invités la présence de certains ingrédients dans vos préparations en vous procurant le « kit d’étiquettes spécial buffets » proposé depuis peu par notre boutique en ligne.

C’est un assortiment d’étiquettes alimentaires original et rigolo (piques inox à décor verdure, étiquettes crèmerie + 1 feutre effaçable spécial plastique) à piquer directement dans les plats et qui assure à lui seul la décoration de la table !