Accueil du site
> Nutrition & Régimes > Les Actus
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
50% de la production alimentaire mondiale est gaspillée
50% de la production alimentaire mondiale est gaspillée
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
15 janvier 2013
Auteur de l'article
Camille, 453 articles (Rédacteur)

Camille

Rédacteur
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
453
nombre de commentaires
88
nombre de votes
405

50% de la production alimentaire mondiale est gaspillée

50% de la production alimentaire mondiale est gaspillée

Un récent rapport de l’Institution of Mechanical Engineers (Imeche) de Londres affirme qu’entre 30 et 50% des 4 milliards de tonnes de nourriture produites annuellement dans le monde « n’atteindront jamais un estomac humain ».

Le gaspillage ne se situe pas dans la chaîne de production, bien maîtrisée par les industries agro-alimentaires qui ne connaissent pas de problèmes majeurs de production, de transport et de stockage dans les pays développés mais au niveau des distributeurs et du consommateur. Toutefois, « 30% de ce qui est récolté dans le domaine agricole n'arriveront jamais sur le marché en raison de la sélection de critères purement esthétiques », fixés par la distribution.

La grande distribution, qui incite par les offres promotionnelles et les remises quantitatives le consommateur a consommer toujours plus, créait par phénomène de cause à effet des achats supérieurs aux besoins. A ce gaspillage se rajoute 30 à 50% de produits jetés à cause d’une mauvaise compréhension par le client des mentions "à consommer de préférence avant" et "date limite de consommation".

Par ailleurs, dans certaines régions pauvres du monde notamment l’Asie du Sud-Est où les pertes en production rizicole représentent entre 37 et 80% du total, le gaspillage est davantage lié à de mauvaises conditions de stockage.

Ainsi, 50% de la nourriture produite chaque année dans le monde est gaspillée après avoir utilisé les ressources en eau et en terre de la planète et laissé près de 860 millions de personnes souffrir de malnutrition dans le monde en 2012.

De ce fait, l'Institut recommande d'améliorer « les procédés et les infrastructures tout en changeant l'état d'esprit du consommateur » afin d'offrir « 60 à 100% de nourriture en plus sans augmenter la production, tout en libérant du terrain et en diminuant la consommation d'énergie. »

On rappellera qu’en 2075, la population mondiale est susceptible d’atteindre 9,9 milliards d'habitants selon l'ONU, soit environ 2,9 milliards de personnes à nourrir en plus.

Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté