Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Régimes : les dangers de la privation
Régimes : les dangers de la privation
note des lecteurs
date et réactions
9 février 2009 | 8 commentaires
Auteur de l'article
Florian Saffer, 57 articles (Diététicien Nutritionniste)

Florian Saffer

Diététicien Nutritionniste
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
57
nombre de commentaires
15
nombre de votes
2

Régimes : les dangers de la privation

Régimes : les dangers de la privation

Beaucoup de personnes souhaitant perdre du poids ou maintenir leur poids s’imposent une alimentation très légère, très restrictive, excluant ou limitant fortement les féculents, le pain, les matières grasses, et les aliments plaisir. Ce comportement de contrôle volontaire de ses prises alimentaires est appelé restriction cognitive.

Il en résulte une absence de prise en compte des sensations alimentaires régulatrices que sont la faim et la satiété. Or, on sait que ce sont des signaux essentiels dans la régulation du poids corporel : ils renseignent le sujet sur son état métabolique et lui permettent d’adapter ses apports alimentaires à ses besoins réels. A la longue la restriction cognitive entraine un dérèglement de ces mécanismes naturels de contrôle du poids.

Cet état de privation permanente entraine une hyper-réaction des systèmes hormonaux de contrôle du poids qui vont augmenter la faim, il devient très difficile de lutter, le sujet en restriction cognitive entre dans un état de frustration constante.

restriction cognitive

En pratique, cet hypercontrôle alimentaire et mental est souvent débordé : il suffit de se laisser tenter par une petite quantité d’aliment interdit pour sombrer corps et âme dans la perte de contrôle et manger sans frein. Puis viennent la culpabilité et le sentiment d’échec et le rétablissement de l’hypercontrôle.

Pour conclure, s’imposer une alimentation très restrictive ne tenant pas compte de la sensation de faim et de satiété et excluant tout aliment plaisir, dans le but de perdre du poids, est voué à l’échec et risque même d’empirer la situation ; l’organisme perd petit à petit sa capacité de contrôle du poids. De plus les frustrations liées aux privations entrainent fréquemment une perte de contrôle associée à une reprise du poids précédemment perdu ; bien souvent la privation a été tellement mal vécu par l’organisme que la reprise de poids est supérieure à la perte.

La restriction cognitive paraît donc être la meilleure solution pour prendre du poids tout en étant dans un état de frustration et d’échec permanent.

"L'idéal diététique n'existe pas : manger équilibré c'est finalement manger avec une succession de déséquilibres"
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Mots-clés :
Aliments Régime TCA
Commentaires
8 votes
par Ronfladonf (IP:xxx.xx7.40.227) le 9 février 2009 a 13H30
Ronfladonf (Visiteur)

Interessant : enfin une vision différente de ce que doit être une perte de poids...

7 votes
(IP:xxx.xx5.113.99) le 9 février 2009 a 17H55
 (Visiteur)

c’est très bien amis il faut faire quoi ? Il y a autant de solutions que de nutritionnistes. ce qui revient à dire qu’il n’y a pas de solution pour perdre du poids sans inconvénients ?

8 votes
par SAFFER (IP:xxx.xx7.148.50) le 10 février 2009 a 17H15
SAFFER (Visiteur)

Pour perdre du poids il faut manger moins et là je crois que tout les nutritionnistes du monde sont d’accord sur ce point.

Mon avis est d’enlever les "trop" ; c’est à dire apprendre à manger à sa faim mais sans excès. L’article sur la zone de confort explique tout cela.

Il faut apprendre à se faire plaisir et briser les comportements automatiques (c’est souvent le problème, nous mangeons plus que notre faim par habitude).

bonne journée

6 votes
par Florence NOEL (IP:xxx.xx1.101.143) le 10 février 2009 a 17H58
Florence NOEL (Visiteur)

Je te retourne le compliment :) Ce que tu écris, c’est ce que je travaille avec mes patients.

Et oui, il n’y a pas de méthode miracle, je crois que c’est à chacun de trouver ce qui lui convient, sans se faire violence.

C’est retrouver des sensations de base : la faim, la satiété, enlever "les petits plus" parce qu’au final ils ne nous apportent pas plus de plaisir alimentaire mais souvent le contraire.

C’est l’écoute du soignant, l’apprentissage/le réapprentissage du patient qui permettent d’avancer.

Et je voudrais aussi rassurer celles et ceux qui voudraient entreprendre une telle démarche : à mon avis les résultats sont forcément durables, puiqu’ils auront senti, appris, pratiqué.

3 votes
par xavier (IP:xxx.xx1.40.135) le 12 février 2009 a 11H43
xavier (Visiteur)

C’est effectivement une approche plus globale, trés interessante, qui prend en compte les souffrances et les dysfonctionnements que peut entrainer une prise en charge trop restrictive et/ou mal conduite.

2 votes
par trape (IP:xxx.xx7.65.251) le 14 février 2009 a 22H20
trape (Visiteur)

La notion de restriction cognitive est bien connu du monde médical, en particuliers des intervenants du secteur qui savent qu’il n’y a pas de régimes miracles et que les statistiques montrent que les pertes de poids dues à la "diététique" oscillent entre 5% et 10% du poids de départ, en cas d’obésité. Rappeler le risque "d’échappement" des diètes, comme le fait Monsieur Saffer, est toujours utile pour éviter "la voie de l’ascèse" qui contrairement à ce que l’on croit dans la civilisation judéo-chrétienne, ne conduit pas là, au "paradis" mais à "l’enfer". Le plaisir alimentaire est d’autant plus recommandé que ce plaisir est en rapport avec la sécrétion d’endorphines par le sujet, lesquelles ont la propriété d’augmenter la dépense énergétique du sujet. Pour maigrir, il faut se faire plaisir...mais avec tact et mesure !!!

4 votes
par Déborah LALOU (IP:xxx.xx4.88.212) le 15 février 2009 a 13H05
Déborah LALOU (Visiteur)

Merci Florian pour ce très bon article.

Tu as été très clair, les régimes stricts et farfelus sont à proscrire. Pourquoi s’interdire des aliments alors que l’on peut se faire plaisir et perdre du poids ?

En tout cas, dans mes patients (je suis aussi Diététicienne), tous sont ravis de pouvoir remanger certaines choses (qu’ils avaient bannis par croyance...) et voir que leur corps se modifie !

Enfin, ça fait du bien de lire un article qui reprend tout ça !!!

2 votes
par docteur Vincent (IP:xxx.xx9.86.37) le 24 décembre 2011 a 09H08
docteur Vincent (Visiteur)

Mes patients sont très surpris quand je débute les conseils par : mangez le matin !!! Faites-vous plaisir, des céréales complètes, des protéines etc. vous aurez moins faim la journée. mais quelque part cela parait trop sympa pour pouvoir marcher et ils ne prennent toujours pas le temps de manger le matin