Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Boire en mangeant : On dit que ça fait maigrir...
Boire en mangeant : On dit que ça fait maigrir...
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
3 septembre 2008 | 1 commentaires
Auteur de l'article
David Elia, 34 articles (Gynécologue)

David Elia

Gynécologue
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
34
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Boire en mangeant : On dit que ça fait maigrir...

Boire en mangeant : On dit que ça fait maigrir...

Boire en mangeant ou non ? That is the question !

Il s'agit bien évidemment de la question de l'eau qui serait favorable, ou au contraire défavorable, lorsque absorbée pendant les repas.

Fort heureusement, il n'est encore venu à personne l'idée de recommander de "ne plus boire du tout", ce qui aurait très rapidement de très fâcheuses conséquences sur notre santé !

Les farouches partisans du boire en mangeant font valoir leurs arguments : pendant qu'on boit de l'eau on ne mange pas, voire même on espace les bouchées. (Faible !) D'autre part l'eau, se mélangeant aux aliments, augmente le volume du contenu gastrique ce qui a pour conséquence de calmer quelque peu la faim. (Mieux !)

Les défenseurs du boire en dehors des repas supposent parfois que c'est une façon de diminuer ainsi l'absorption de l'eau et donc de " faire du bien " à votre poids. (Ouh ! que c'est stupide !) D'autres, plus sérieux, arguent qu'un repas sans eau est plus difficile à ingérer et que cette difficulté a un retentissement favorable sur la diminution des calories qui seront finalement ingérées. (La différence de quantité de nourriture doit être à mon avis fort mineur et où est le plaisir dans tout ça ?)

Je reste, quant à moi, un chaud partisan du boire en mangeant et entre les repas, bien entendu selon vos besoins. Car c'est ce que nous faisons tous de façon spontanée, en dehors de toute idée de régime, et que la quantité dérisoire de calories éventuellement épargnée ne me paraît pas être suffisamment payée en retour par la contrainte ainsi imposée.

Le sauna, le hammam, ça fait maigrir ?

Il faut les voir pour les croire, les adeptes de l'amaigrissement par la chaleur. Non seulement elles (ils aussi...) passent des heures dans ces endroits de haute chaleur mais elles (ils) s'affublent de super sudisette archi-nylon garantie, de ceinture de mousse particulièrement " étudiée " pour faire perdre la graisse " là où il faut ", c'est-à-dire bien entendu sur le ventre, les hanches chez les messieurs et un peu plus bas chez les dames.

Le hammam et le sauna sont à vrai dire de merveilleux outils de relaxation et de détente. J'en suis un chaud partisan (c'est le cas de le dire) mais, grand dieu, ne leur prêtez pas des vertus amaigrissantes ! D'ailleurs, faites une expérience : plutôt que de vous peser immédiatement après la séance et de comptabiliser ainsi le nombre de grammes d'eau volatilisés dans votre sueur — et de vous réjouir alors si vous avez réussi " à perdre " 100 ou 200 g sur votre balance —, je vous propose plutôt de ne vous peser que le lendemain après que vous vous serez correctement restaurée, en particulier lorsque vous aurez absorbé votre quantité de boisson habituelle. Vous risquez alors de comprendre à quel point vous vous leurrez.

Lutter contre le froid ou le chaud, ça coûte cher en calories ?

Notre température de base est 37 oC. Mais nos cellules fabriquent de la chaleur au fur et à mesure qu'elles consomment de l'énergie. La température peut subir des extrêmes contre lesquels il faudra lutter afin que la température de base reste constante. Tout ceci est réalisé grâce à un système très sophistiqué de thermorégulation. En l'absence ou en cas de faillite de ce système nos cellules seraient obligées de vivre à des températures extrêmes (en dessous de 35 oC ou au-dessus de 42 oC) qui les léseraient de façon souvent irréversible. Pour une température extérieure de 22 oC/24 oC, nous ne dépensons strictement aucune calorie pour maintenir notre température corporelle à 37 oC.

Mais lorsque la température s'abaisse, notre système de thermorégulation se met en route, alerté par les thermorécepteurs de notre peau sensibles au froid qui communiquent l'information à notre hypothalamus dans sa partie antérieure (l'hypothalamus est une partie de notre cerveau).

Dès que l'hypothalamus est averti, il active toutes sortes d'hormones dont l'action principale se traduit par ce que l'on appelle la vasoconstriction des vaisseaux : le diamètre des vaisseaux sanguins — en particulier ceux situés sous la peau au contact même du froid — se rétrécit pour garder au mieux la chaleur du sang qui circule à l'intérieur en diminuant leur surface au contact du froid. L'épaisseur du tissu graisseux présent sous la peau rend la chose plus facile et surtout plus économique en termes de dépense calorique. Car tout ce système fonctionne à l'énergie chimique et dépense des calories.

Le frisson est une façon très astucieuse de créer de la chaleur : un certain nombre de muscles (membres, face, abdominaux...) se contractent et se relâchent à grande vitesse.

Et lorsque la température s'élève, au contraire, les thermorécepteurs de la peau, sensibles au chaud, avertissent les centres de l'hypothalamus (dans sa partie postérieure) qui lui-même, ici aussi par voie nerveuse, met en route le système de thermorégulation qui, par exemple dans ce cas, fait intervenir ce qu'on appelle la vasodilatation des vaisseaux (les vaisseaux sanguins cutanés, au contact de l'air, se dilatent de telle manière qu'un maximum de chaleur puisse être évacué. Mais c'est surtout l'évaporation qui est le système le plus efficace de lutte contre la chaleur (évaporation par l'intermédiaire de l'air que nous expirons de nos poumons, mais surtout par voie cutanée). Les glandes sudoripares (glandes à sueur) évitent au corps une montée trop importante de la température. Le corps peut fabriquer 1,7 litre de sueur maximum en une heure. Et la fabrication d'un litre de sueur coûte 580 calories. Ainsi perdre 100 millilitres de sueur dans un sauna représente une perte de 34 calories et de 100 g sur votre balance, que vous allez récupérer à la prochaine ingestion de liquide. 34 calories pour 20 à 30 minutes dans un sauna à 100oC, on ne peut pas dire que l'opération soit fabuleuse en termes de rentabilité. À titre d'exemple, je vous rappelle que c'est approximativement ce que vous auriez dépensé en marchant tout simplement... .

Tous les articles du docteur David Elia sur www.docteurdavidelia.com
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Mots-clés :
Régime Eau
Commentaires
1 vote
par FenêtreOuverte (IP:xxx.xx6.135.99) le 11 septembre 2008 a 10H28
FenêtreOuverte (Visiteur)

Question à l’auteur :

J’ai entendu un jour un autre argument contre l’absorption d’eau pendant les repas. L’eau aurait comme effet de noyer les sucs digestifs, ce qui n’optimiserait pas la digestion. Trouvez-vous cet argument valable ?