Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Les additifs alimentaires, un risque réel ?
Les additifs alimentaires, un risque réel ?
note des lecteurs
date et réactions
21 octobre 2008 | 5 commentaires
Auteur de l'article
laurence-aboneobio, 25 articles (Site internet)

laurence-aboneobio

Site internet
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
25
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Les additifs alimentaires, un risque réel ?

Les additifs alimentaires, un risque réel ?

Les additifs alimentaires suscitent encore la méfiance. Existe-t-il un risque réel pour la santé ? Quels dangers potentiels sont mis en avant par les détracteurs ?

JPEG - 16.7 ko
additifs

A la cuisine, on voudrait nous faire croire que des exhausteurs artificiels de goût, solutions "chimiques", permettent de concentrer dans un "cube" toutes les saveurs d’autrefois. Simple à ajouter mais finalement derrière le coté pratique, sait-on vraiment ce qui s’y cache ?

La recette de grand mère mijotée au coin du feu, les petits plats préparés pendant des heures, à base d’aromates, d’épices, d’ail, de sel, poivre, vin blanc, persil, ...goûteux et parfumant la maison d’épices ne sont plus qu’un lointain souvenir, faute de temps et de savoir-faire oublié aussi. Dommage !

Les exhausteurs de goût chimiques présents quasiment partout (sauf en bio) ne semblent pourtant pas franchement recommandables. Certes, sur un aliment, la quantité ingérée sera très faible mais au cours d’une journée, on mange plusieurs produits ce qui implique des effets d’accumulation sur l’organisme et d’association "cocktail" (dû au mélange des substances) dont on ne peut aujourd’hui garantir l’absence de danger.

Selon le "Guide des additifs alimentaires"(1), la préoccupation sanitaire n’est pas prioritaire dans la prise de décision de l’AFSSA et autres instances de mise sur le marché des exhausteurs. Si des soupçons pèsent sur un ingrédient, il ne sera pas interdit mais seulement "canalisé", c’est-à-dire que le Comité scientifique de l’alimentation humaine indiquera la dose journalière admissible.

Et le dossier sera réévalué uniquement en cas de nouvelles études quelques années plus tard.

Parmi les additifs exhausteurs de goût, il faut surtout se méfier des glutamates (E 620 à E 625). Selon le docteur JC Houdret, spécialiste de la prévention du vieillissement par l’alimentation et auteur du livre "Les additifs alimentaires, un mal nécessaire"(2), ces glutamates pourraient provoquer des allergies, des maux de tête, des nausées ou des vomissements. Le plus nocif serait le glutamate monosodique (appelé aussi glutamate de sodium, GMS ou encore 621). On le retrouve dans les sauces, les viandes, les plats préparés, les potages, les gâteaux apéritifs...

Selon les instances officielles, cet additif ne représente pas de danger (OMS, FAO, Agence Européenne du Médicament) pourtant on parle du syndrome du restaurant chinois : la recette du canard laqué à base de glutamate de sodium, nuocmâm et sauce soja, pourrait provoquer une sorte d’empoisonnement chez certains clients avec des symptômes de rougeurs, migraines et nausées, voir même aller jusqu’à la crise d’asthme, selon le Docteur Houdret. (Voir aussi le Science & Vie n°899 - août 92).

Alors que se passe-t-il ? Le professeur John W Olney(3), neurophysiologiste a prouvé dès 1969 que le glutamate de sodium était un acide aminé neurotransmetteur du cerveau. Il sert aux apprentissages essentiels. Il peut passer dans le sang et dans ce cas, à forte dose, il excite les neurones et les fait exploser, et par contamination le processus se reproduit comme un suicide collectif. Conséquences possibles évoquées : perte de mémoire, d’audition, crises d’épilepsie, voire même la maladie d’Alzeihmer.

La liste des exhausteurs de goût artificiels est longue. Rien que pour les glutamates : E 622, E 623, E 624, E 625 sont aussi accusés des mêmes effets que le E 621. Les E 626 à E 629 sont considérés comme inoffensifs à dose limitée mais "agissent sur les neurones en empêchant le bon fonctionnement des mécanismes inhibiteurs de l’appétit. En clair, plus on mange, plus ils donnent faim, et plus on a envie d’en manger", selon Laurence Wittner, auteur de "Savez-vous vraiment ce que vous mangez ?"(4)

Alors comment se préserver face à ces incertitudes ? Revenir à la cuisine traditionnelle, fait maison, et/ou manger bio (tous les exhausteurs artificiels sont proscrits).

Pour aller plus loin, je vous recommande de lire le dossier "Exhausteurs, le goût du dopage" de "Quelle Santé" d’ Octobre 2008

A lire aussi sur Abonéobio, "un coup de sel", et le témoignage du Chercheur Pierre Meneton qui nous rappelle qu’il faudrait réduire de 30 % sa consommation de sel.

++ L’alimentation anti-cancer selon David Servan Schreiber ++ Une taxe snacking sur le trop gras et trop sucré

D’autres avis sur la question :

N’ayez plus peur des additifs, sur Doctissimo

Le glutamate de Sodium, sur i-dietetique

Sources :

(1) Guide des additifs alimentaires : Les précautions à prendre de Maria Denil (Auteur), Paul Lannoye (Auteur)

(2) Les additifs alimentaires - Un mal nécessaire ? - Jean-Claude Houdret-Broché-2005

(3) Glutamate monosodique sur Wikipedia

(4) Savez-vous vraiment ce que vous mangez ? - Le vrai mode d’emploi des étiquettes alimentaires - Laurence Wittner- Broché
Paru le : 01/10/2007

Aboneobio, le premier site d'abonnement bio pour les produits du quotidien
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Commentaires
17 votes
par parkway (IP:xxx.xx1.238.209) le 21 octobre 2008 a 13H41
parkway (Visiteur)

A quand un article comme cela à la télé ???

bien évidemment que c’est de la merde !

toutes les études ne sont pas faites parce qu’elles iraient trop loin économiquement pour nos chers laboratoires et industriels, trop soucieux de notre santé... Tout va bien, dormez en paix !

22 votes
par sowhat (IP:xxx.xx2.236.127) le 21 octobre 2008 a 15H54
sowhat (Visiteur)

Tout va bien....... sauf que les allergies alimentaires explosent ! mais ne changeons surtout pas nos habitudes, nous risquerions de mettre sur la paille les mammouths de l’industrie agro qui s’engraissent sur notre dos et nous empoisonnent lentement !!!

Maman de 2 petits allergiques qui a compris sur le tard les méfaits de notre alimentation dite "moderne"

19 votes
(IP:xxx.xx9.74.191) le 21 octobre 2008 a 17H10
 (Visiteur)

Lorsqu’on visite les sites "APEC.FR" ou "CADREMPLOI.fr", on prend l’ampleur des recrutements en court pour l’alimentation de demain : Ingénieurs issus de l’industrie chimique très recherchés pour les postes dans la "sapidité", "les arômes" "les exhausteurs de saveur"...et les salaires proposés sont à la hauteur du "secret défense" et du dicours lénifiant et marketing consensuel qu’on exigera d’eux plus tard ...

L’agro Alimentaire est une voie d’avenir pour tous ceux qui veulent travailler dans "le créatif" ....

Sauf que, avec la crise et le chômage de masse, les femmes redécouvriront peut être le plaisir de cuisiner sain, bon, aromatique, et en sachant ce qu’elles mettent dans leurs plats et avec une réelle "créativité " . Sans conteste mieux que le micro onde et les plats de l’agro alimentaire prêts à réchauffer .

Moins con que de bosser pour un Call Center 20 heures par semaine au salaire horaire SMIC .

La consomm’action, c’est lire les étiquettes, et éviter les saloperies, c’est un réflexe qui se prend très vite .

Thierry SOUCAR a suffisamment démontré dans ses livres à quel point il existait une collusion d’intérêts entre l’AFSSA, ses experts et ceux des grands groupes agroalimentaires qui mangent aux mêmes râteliers .

9 votes
(IP:xxx.xx2.153.23) le 22 octobre 2008 a 11H03
 (Visiteur)

Faîtes gaffe aux OGM*

* conformement à la règlementation en vigueur

11 votes
par Pierrot (IP:xxx.xx1.23.48) le 22 octobre 2008 a 15H18
Pierrot (Visiteur)

Les principaux risques alimentaires sont ceux qui sont constemment dénoncés par les médecins et nutrisionistes à savoir :

- alimentation trop grasse : obésité

- alimentation trop salée : obésité + risque cardiovasculaire

- trop de nitrate (risque de formation de nitrites et nitroamines chez les bébés (estomac à pH neutre et non acide)
- trop de phosphates

Le risque adjuvants alimentaires est quasi négligeable.

Bonne journée.