Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Le végétarisme : bienfaits et inconvénients
Le végétarisme : bienfaits et inconvénients
note des lecteurs
date et réactions
21 octobre 2008 | 7 commentaires
Auteur de l'article
Béatrice de Reynal, 207 articles (Nutritionniste)

Béatrice de Reynal

Nutritionniste
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
207
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Le végétarisme : bienfaits et inconvénients

Le végétarisme : bienfaits et inconvénients

Encore une question de Valérie : Que pensez-vous du végétarisme ? Est-ce une alimentation carencée ou pour des raisons économiques, ou autres un régime tout à fait acceptable ?

JPEG - 45.2 ko
vegetarisme

Le végétarisme est un régime alimentaire orienté vers le monde végétal, auquel sont ajoutés les productions animales ne nécessitant pas la mort de l’animal : oeufs de volatils (mais pas oeufs de poissons), lait et laitages, fromages, miel.

Est ce que alimentation carencée ? Tout dépend pour qui et pour quoi.

Une alimentation végétarienne bien équilibrée convient aux adultes, sans souci. en revanche, elle ne convient pas aux enfants, ni aux femmes enceintes et allaitant, ni aux personnes convalescentes ou âgées.

Pourquoi ? Non, ce régime ne manque pas de protéines : il vous suffit de prendre modèle sur les spécialités de quelques régions lorsqu’elles affrontèrent les périodes de disette : chez nous, haricots et pain (blé) ; là bas, rie et soja ; plus loin, haricot rouge, maïs et blé... il suffit donc de marier légumineuse et céréales pour être à peu près sûr d’avoir assez de bonnes protéines.

Alors quelles carences ?

Ce qui vous guette le plus, c’est la carence en fer. En effet, seul le fer héminique (venant de l’hème, le coeur de l’hémoglobine) es bien assimilé. Le fer contenu dans les végétaux l’est environ 20 à 30 fois moins. Même sur un organisme carencé, l’assimilation sera médiocre. C’est donc pour le fer que le végétarisme est fortement déconseillé pour les enfants, les femmes enceintes ...

Pour le reste, un Nutritionniste pourra vous guider dans la bonne pratique du végétarisme.

De "5 par jour" au "Végétarisme" : la voie verte.

Alors que les Nutritionnistes des pays riches recommandent de consommer plus de fruits et légumes, plus de céréales et de légumes secs, les adeptes du végétarisme semblent de plus en plus nombreux. Mais où est le juste milieu ?

5 par jour
La recommandation est récente ! Jusqu’alors, on entendait plutôt les mamans dire « finis ta viande ! «  .. Il est vrai que le « mange ta soupe » est séculaire, mais en voie de disparition depuis que les nuggets ou la pizza sur mobilette ont remplacé le pot mijotant dans la cheminée. En 2000, changement radical  : on ne parle plus que de fruits et de légumes. Et effectivement, nous n’en mangeons plus assez. Fini le Moyen Âge où la chair était rare et la disette fréquente. Il faut maintenant redevenir raisonnable et «  diluer » au mieux les riches calories des viandes, des matières grasses plus ou moins cachées et autres sucres parfois peu détectables.

Les bienfaits du végétal
N’en doutons pas ! Le principal intérêt des végétaux est son pouvoir rassasiant – il prend de la place dans l’assiette et dans la bouche, permet un menu copieux, calme la faim, remplit l’estomac, assure le transit intestinal normal et tout ce que ça implique de positif pour la santé.
Au point qu’il suffit d’ajouter des fruits et des légumes à presque n’importe quel menu pour qu’il devienne équilibré, même les menus les plus terribles !
Mangez plus pour manger équilibré ! Voilà la bonne devise.

Vers le végétarisme ?
De là à sauter le pas du végétarisme, pourquoi pas ? Composé de tous les végétaux, et des productions animales comme œufs, laits et fromages, ce type d’alimentation, même s’il peut convenir à des adultes, n’est jamais recommandé aux enfants.
En effet, il faut déjà une très bonne connaissance nutritionnelle pour suivre un régime végétarien sans risque de carence. Alors pour les enfants et adolescents, l’exercice est périlleux et a déjà fait suffisamment de victimes.
En revanche, pourquoi ne pas aller vers …le vert !

La voie verte
Car nos modes d’alimentation moderne sont bien trop raffinées, excessives en certains nutriments (graisses saturées, sucres, sel, protéines) et déficients en d’autres (fibres, glucides complexes, bonnes graisses, vitamines, minéraux…)
Alors sans aller vers le végétarisme, choisissez de suivre la voie verte, vous et toute votre famille :
• Des céréales à tous les repas, sous forme de pain complet, et d’autres céréales au choix
• Mettez les légumes secs à l’honneur : lentilles, pois chiches, fèves, haricots. En salade ou en plat, ils seront le régal de tous
• Et consommez tous les fruits et légumes que vous voulez, en alternant crus et cuits sous toutes sortes de recettes.
• Consommez toujours une portion de viande ou de poisson par jour, 3 laitages ou fromages par jour, de l’huile de colza (1 c. à soupe par personne et par jour),
• Et toujours privilégiez la variété !

Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Nutrition & Régimes
Mots-clés :
Diététique Nutrition
Commentaires
9 votes
par Actias (IP:xxx.xx6.181.5) le 21 octobre 2008 a 15H29
Actias (Visiteur)

Oh non ! la "nutritionniste et très attachée à l’éthique" a encore frappée !

Bon ce coup ci elle est un peu moins a la masse que la moyenne de ses collègues FRANCAIS. Le végétarisme, comme l’"omnivorisme", et comme tout régime alimentaire, doit etre équilibré, sinon les carences apparaissent tot ou tard. Logique. A partir de la se pose la question de la difficulté a équilibré son régime, qui est normalement fonction de notre environnement. En ce qui concerne les occidentaux* (au moins), la difficulté est fonction de ce qu’ils trouvent dans leur supermarché. Les supermarchés etant entièrement orienté vers l’"omnivrisme", tout comme le marketing à la télé, il est normal que se soit un tout petit peu plus difficile pour un végétarien (en fait la difficulté consiste essentiellement a évité les produits contenant un animal mort que de trouver des ""substitut""). Par contre c’est très (très) difficile pour un végétaLien (mais pas impossible). L’analyse de notre diététicienne est donc conditionnée par des paramètres sociaux et marketing qui l’éloigne de l’objectivité scientifique qui devrait être sienne.

Didactiquement parlant la seule difficulté réelle (et non imaginaire comme les carences en protéines ou en fer etc) est pour les végétLiens qui peuvent développer des carences en vitamine B12, tout le reste c’est de l’ignorance.

La référence la plus adaptée pour soutenir mes propos (je ne suis pas diététiciens, juste curieux et ouvert d’esprit) serait vous renvoyer vers l’association Américaine de Diétique (institution de référence en la matière de diététique, 70000 membres etc ..) qui ne dit rien d’autres que ce que je viens de dire (d’ailleurs l’auteur pourra être interressée par le paragraphe sur le fer).

http://www.vegetarisme.fr/Articles/...

Ce n’est pas personnel mais moi aussi je peux exploser a force d’entendre rabâcher de vielles inepties par ceux là même qui feraient bien de se pencher sur la question sérieusement.

*D’ailleurs les occidentaux omnivores en soutenant les activités liés a l’exploitation animale pour leur lubies gastronomiques (les végétaRiens en font aussi partie mais dans une proportion nettement moins violente) provoquent un véritable problème ETHIQUE. J’invite l’auteur a se renseigner sur le sujet en lisant des bouquins d’éthique qui traitent de la question plutôt que de se cantonner a la définition du petit robert.

9 votes
par tomazi (IP:xxx.xx0.21.196) le 21 octobre 2008 a 21H36
tomazi (Visiteur)

Le coût environnemental de la viande est exorbitant : eau, sol, air, produits chimiques, méthane rejeté par les animaux, etc. A-t-on vraiment besoin de tuer 1 milliard d’animaux par an en France pour se nourrir ? Des millions de gens sont végétariens sur Terre. Protéger la planète commence par son assiette ;)

6 votes
par Cath (IP:xxx.xx6.87.78) le 26 octobre 2008 a 21H26
Cath (Visiteur)

Je cite un commentaire que j’ai lu dans un autre article :

’’Pour moi, il n’y a qu’une bonne raison d’être omnivore, celle du plaisir gustatif... Pour moi, il y a deux inconvénients quand on est végétarien : on a rarement le choix au resto et il faut sans cesse expliquer et justifier ses choix.’’ :-p

Je ne suis pas nutritioniste ni diététiste, mais je peux affirmer que devenir végétarienne a changé ma vie pour le meilleur en améliorant grandement ma santé. Je suis maintenant au top de ma forme et je n’ai pas touché al viande depuis l’age de 14 ans. Pas uniquement parce que j’ai cessé de manger de la viande, mais parce que le végétarisme m’a ouvert de nouveaux horizons face a l’alimentation et m’a fait découvrir beaucoup de nouvelles nourritures santé, ce qui fait que je mange maintenant beaucoup plus varié. Mon alimentation est maintenant composée en grande partie d’aliments sains et d’origine végétale.

6 votes
par stephanie ul haq (IP:xxx.xx9.42.176) le 27 octobre 2008 a 18H10
stephanie ul haq (Visiteur)

Bonjour, Je suis végétarienne depuis plus de 19 ans et depuis déjà plus d’une année végétalienne et, pourtant, je donne mon sang (total ou plaquettes, cela dépend de mes dispos). Le médecin qui fait l’entretien pré-don me complimente sur haut taux d’hémoglobine et est toujours ravi quand je lui dis que je ne suis jamais malade. Les carences en fer sont la cause d’une mauvaise alimentation que l’on soit omnivore ou végétarien. Je précise que je ne prend pas de compléments alimentaires hormis la vitamine B12 (indispensable aux végétaliens). Bien cordialement, Stéphanie

2 votes
par grmie (IP:xxx.xx0.109.147) le 6 mars 2010 a 16H04
grmie (Visiteur)

Ma femme et moi sommes végétariens depuis bientôt 2 ans. Entre temps, nous avons eu un enfant qu’elle allaite toujours (5 mois). Elle n’a pas pris de compléments en fer et pourtant la grossesse s’est très bien passée, l’allaitement aussi. Notre fille se porte très bien et nous de même. D’autre part, nous sommes en meilleure forme qu’avant et avons même décidé de passer au végétalisme il y a 2 semaines. Le tout en nous nourrissant d’aliments bio, très variés, des céréales complètes, des graines que nous faisons germer, etc. Notre cuisine est beaucoup plus inventive et savoureuse que quand nous mangions de la viande, les végétaux ne servant alors souvent que d’accompagnement et ne procurant que bien peu de plaisir gustatif. Merci aux dététitien/nes de réviser un peu leurs classiques et surtout d’expérimenter avant de sortir des théories toutes faites déconnectées des réalités.

0 vote
par Lola (IP:xxx.xx0.12.173) le 7 décembre 2010 a 21H14
Lola (Visiteur)

Végétarienne depuis 24 années, et végétalienne depuis 4 ans je suis en pleine forme. Grossesse sans aucun problème. Bébé en pleine forme végétarien. La seule précaution à prendre : se supplémenter en B12, fer et vitamine D, et manger équilibré (céréales, légumineuses, légumes, graines, huiles végétales bio, fruits secs, fruits...) http://www.vegetarisme.fr/_pdfs/Pos...

0 vote
(IP:xxx.xx5.185.155) le 15 janvier 2011 a 03H46
 (Visiteur)

Ce texte est à moitié démago ! Le végétarisme s’adapte aussi bien aux enfants qu’aux adultes et femmes enceinte. Affirmer le contraire est la preuve que vous ne maîtriser pas le sujet !