Accueil du site > Nutrition & Régimes
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter

Tests & Quiz

Le curcuma, de la cuisine à la santé

Suivant >>

Le curcuma est à peine sorti de l’actualité ces jours-ci, mais est-ce vraiment le remède miracle sur tout ce qu’il promet de prévenir ? La réponse pourrait être oui.

Le curcuma (Curcuma longa), une plante herbacée vivace, fait partie de la famille du gingembre (Zingiberaceae). La plante pousse à une hauteur de trois à cinq pieds et est largement cultivée en Asie : Inde, Chine et d’autres pays avec un climat tropical.

Le curcuma se caractérise par une forme allongée aux feuilles pointues et produit des fleurs jaunes en forme d’entonnoir. Mais c’est la racine qui est utilisée en cuisine et en médecine en général sous forme de poudre.

Le curcuma est largement utilisé dans les aliments à la fois pour sa saveur et sa couleur. Il donne à la poudre de cari, sa couleur jaune assez caractéristique. Cette racine s’inscrit dans une longue tradition d’utilisation dans la médecine chinoise et ayurvédique pour le traitement des flatulences, la jaunisse, les difficultés menstruelles, l’hématurie, l’hémorragie, et les coliques. Elle peut également être appliquée par voie cutanée comme des cataplasmes pour soulager la douleur et l’inflammation.

En raison de sa couleur brillante, le curcuma a été aussi traditionnellement utilisée comme un colorant non seulement pour les aliments mais aussi pour les cosmétiques, le papier, le bois et les tissus (y compris les robes d’or portés par les moines bouddhistes thaïlandais).

Alors que les études sur les humains sont rares, les études en laboratoire donc sur les animaux suggèrent que le curcuma et la curcumine ont des avantages thérapeutiques réels.

La recherche actuelle a porté principalement sur l’antioxydant du curcuma, ses propriétés anti-inflammatoires et anticancéreuses, en plus de son utilisation dans les maladies cardiovasculaires et les troubles gastro-intestinaux.

Ces propriétés proviendraient de la curcumine, le principal polyphénol trouvé dans le curcuma.

Antioxydant et anti-inflammatoire

La curcumine est également un antioxydant puissant, comparable aux vitamines C et E. Les antioxydants aident à combattre les radicaux libres qui sont souvent en cause dans diverses maladies.

Le curcuma est également un anti-inflammatoire puissant qui agit pour soulager la douleur et l’inflammation d’une manière similaire aux inhibiteurs de la COX-2, qui sont un type de médicament anti-inflammatoire non stéroïdien (AINS), sans toutefois avoir le même risque d’effets indésirables au niveau cardiovasculaire.

Certains éléments concernant cette formule ayurvédique combinant curcuma, cerise d’hiver (Withinia somnifera), boswellia (Boswellia serrata) et le zinc diminuait la douleur et l’invalidité chez les patients souffrant d’arthrose. Il est difficile de savoir si le soulagement de la douleur était dû au curcuma seul ou à la combinaison des ingrédients.

Certains ont également émis l’hypothèse que les effets anti-inflammatoires du curcuma sont une des raisons du taux le plus bas au monde en terme de patients atteints de la maladie d’Alzheimer dans les villages en Inde.

Les problèmes digestifs

La curcumine stimule la production de bile par la vésicule biliaire, ce qui peut aider à améliorer la digestion. La Commission E allemande (qui détermine que les plantes peuvent être prescrites en toute sécurité en Allemagne) a approuvé le curcuma dans les problèmes digestifs. Une étude en double-aveugle contre placebo a constaté que le curcuma réduit les symptômes de ballonnements et de gaz chez les personnes souffrant d’une indigestion.

La curcumine peut également être utile dans le traitement de la maladie inflammatoire de l’intestin comme la rectocolite hémorragique (RCH) et la maladie de Crohn. Dans une étude en double-aveugle contre placebo, les personnes dont la colite ulcéreuse était en rémission ont pris soit de la curcumine ou un placebo, avec un traitement médical conventionnel, pendant 6 mois. Le taux de rechute pour ceux qui ont pris la curcumine était beaucoup plus faible que pour ceux qui ont pris le placebo, ce qui conduit les chercheurs à conclure que la curcumine est un « médicament prometteur et sûr pour maintenir la rémission » dans les colites ulcéreuses.

Le curcuma pourrait aussi aider à guérir les ulcères gastriques. Dans un essai portant sur 45 patients présentant un ulcère gastrique diagnostiqué par endoscopie, 25 ont reçu 600 mg de poudre de curcuma cinq fois par jour. Après quatre semaines, les ulcères ont complètement guéri chez 48% de ces patients. Le taux de réussite a augmenté au fil du temps, pour arriver un taux de 76% après 12 semaines de traitement.

Cancer

Beaucoup de recherches sur les propriétés anti-cancéreuses du curcuma ont été effectuées. Une revue scientifique suggère que la curcumine a un potentiel comme traitement anti-cancer. Une étude menée sur de nombreux animaux, in vitro et in vivo a pu démontré des effets anti-carcinogènes du curcuma et de son flavonoïde, la curcumine contre les cancers du côlon, du sein, de la prostate ainsi que le mélanome.

Une petite étude humaine de 25 personnes ayant des lésions pré-malignes à différents endroits a noté une amélioration histologique chez 1 patient sur 2 qui avaient subi une chirurgie pour enlever les premiers signes de cancer de la vessie, 2 patients sur 7 présentant des signes précoces de cancer de la bouche (leucoplasie orale), 1 patient sur 6 présentant des signes précoces de cancer de l’estomac (métaplasie intestinale de l’estomac), 1 patient sur 4 présentant des signes précoces du cancer du col (tumeur intra-épithéliale), et enfin 2 patients sur 6 atteints de la maladie de Bowen, une forme précoce d’épidermoïde, cancer des cellules de la peau.

Maladie cardiovasculaire

Les premières études ont suggéré que le curcuma pouvait aider dans la prévention de l’athérosclérose, c’est-à-dire une accumulation de plaques qui peut obstruer les artères et entraîner une crise cardiaque ou un AVC. Parce qu’il empêche les plaquettes de s’agglomérer, le curcuma peut également empêcher la formation de caillots de sang et donc l’accumulation le long de la paroi des artères.

Dans une étude chez l’animal, un extrait de curcuma réduit les niveaux de cholestérol et de permettre au « mauvais » cholestérol (LDL) de s’accumuler dans les vaisseaux sanguins.

Mais, une étude en double-aveugle contre placebo chez l’homme a été menée dans la prise de la curcumine à une dose allant jusqu’à 4 g par jour, n’améliorant pas le taux de cholestérol.

Uvéite

Une étude préliminaire démontre que la curcumine a des effets bénéfiques contre l’uvéite, une inflammation de l’iris de l’œil. Dans une étude menée sur 32 personnes avec une uvéite antérieure chronique, la curcumine a été plus efficace que les corticostéroïdes, le type de médicament habituellement prescrit. Une étude établit sur du long terme et de façon plus large a pu mettre en évidence que la curcumine a permis d’éviter une rechute de la maladie.

Autres avantages

Des études in vitro et in vivo suggèrent de nombreux avantages prometteurs de la curcumine. Elle peut, par exemple, aider à protéger le foie et les reins des toxines chimiques et de l’environnement.

Des études en laboratoire, par exemple, montrent que la curcumine peut avoir des propriétés antibactériennes et antivirales ; mais il n’a pas été démontré comme étant utiles contre le VIH. D’autres études ont montré que cela peut stimuler l’immunité, renforcer et stabiliser les membranes cellulaires et donc augmenter la résistance des cellules à l’infection par des microbes pathogènes.

La curcumine a également montré des résultats prometteurs dans le traitement du diabète. Il a été vu une amélioration de la sécrétion d’insuline chez les personnes en bonne santé et un ralentissement dans l’apparition du diabète de type 2 chez les personnes à risque. Il peut également être utile dans la guérison du psoriasis et des infections respiratoires. En fait, dans le centre du Vietnam, des tranches de curcuma confites sont consommées pour soulager la toux et les maux de gorge.

Et la peau en profite aussi

Il est prouvé que l’extrait de curcuma améliore l’hydratation de la peau par rapport aux crèmes conventionnelles. La production de sébum, qui peut garder la peau jeune et sans tache, a été ainsi améliorée.

En usage externe, il est également prouvé que la curcumine offre une protection contre les dommages causés par les radiations des rayons responsables des coups de soleil (UVB). Elle peut aussi avoir des utilisations pour la cicatrisation des plaies.

Comment utiliser le curcuma ?

Vous pouvez, à certaines périodes de l’année, acheter des racines de curcuma frais, généralement vendu sec ou sous forme de poudre.

Utilisez-le dans votre cuisine pour ajouter de la couleur lumineuse et subtile, dans de nombreux plats de viande et de légumes inspirés d’Afrique du Nord ainsi que dans les chutneys.

Acheter la racine fraîche si vous pouvez et la congeler pour une utilisation ultérieure.

Essayez de faire un thé médicinal en trempant 1 morceau de racine écrasé et broyé avec un peu de poivre noir écrasé dans 175 ml d’eau chaude. En variante, vous pouvez ajouter 1 tranche de citron pour la saveur et/ou avec une infusion de feuilles de thé vert pour renforcer encore plus la valeur antioxydante.

Le poivre noir, ou plus précisément la pipérine du poivre noir, agit en synergie avec le curcuma pour augmenter la biodisponibilité de la curcumine à raison de 2000%.

Le curcuma est également disponible sous forme de suppléments (généralement une poudre dans des capsules, mais aussi dans les comprimés). Optez pour des produits standardisés pour 95% de curcuminoïdes et visent à prendre 400 à 600 mg d’extrait de curcuma 3 fois par jour, ou selon les instructions de dosage du laboratoire.

Regardez aussi les suppléments qui contiennent de l’extrait de poivre noir ou pipérine pour assurer la meilleure biodisponibilité de la curcumine.

Ne pas utiliser le curcuma si vous avez des calculs biliaires ou une dysfonction des voies biliaires. Les femmes enceintes ne doivent pas en consommer sans en avertir leur médecin. Dans de rares cas, l’utilisation prolongée peut provoquer des maux d’estomac ou des brûlures d’estomac. Comme toujours, consultez votre médecin si vous avez des questions ou avez besoin de plus d’informations.

A ne pas manquer