Accueil du site > Nutrition & Régimes
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter

Conso

Besoins en protéines : entre mythes et réalités

Suivant >>

Après nos articles sur les sucres et les matières grasses, il manquait un article sur une troisième catégorie de macronutriments indispensables au bon fonctionnement du corps. Nous avons donc décidé de faire un petit point sur les protéines.

 
Lorsque l’on entend le terme de « protéines » on pense bien souvent à la viande et aux produits animaux. La plupart des gens se disent « Les protéines il faut en manger beaucoup ». La première réaction quand on rencontre un végétarien est aussi de lui demander « Mais, comment tu fais pour les protéines ? ». Pourtant, est-ce si bon pour le corps de manger beaucoup de protéines ? Si oui, où les trouve-t-on ?
 
 

Les protéines

Les protéines sont, avec les glucides (ou sucres) et les acides gras (ou matières grasses), les trois grands groupes qui composent notre alimentation et notre corps. Les protéines jouent le rôle de « briques ». Elles permettent, entre autre, de construire nos muscles.
 
On trouve les protéines sous forme animales ou végétales. De bonnes sources de protéines animales sont la viande, les œufs et le poisson. De bonnes sources de protéines végétales sont les noix (amandes, noisettes…), les graines (graines de tournesol, de sésame…) et les légumineuses (pois chiches, haricots rouge/blanc, lentilles, soja…).
 
 

Un risque de déficiences exagéré

Dans les années 1930, des études scientifiques avaient montré qu’une consommation trop faible en protéines était une cause majeure de malnutrition. Ces études étaient basées sur un régime pauvre en protéines. Les autorités avaient donc recommandé de consommer de très grandes quantités de produits riches en protéines pour éviter tout risque de déficience. L’industrie de la viande et l’industrie laitière se sont emparées de l’information et ont poussé les gouvernements à recommander la consommation importante de produit animaux.
 
Cependant, dans les années 1970, de nouvelles études sont venues contredire les premières. En effet, il a été découvert que les premières études avaient été biaisées par deux facteurs :
  • Les études avaient été réalisées sur des populations qui ne mangeaient pas assez (pas assez de tout). Les problèmes de santé qui avaient été constatés ne venaient pas du fait que ces personnes ne mangeaient pas assez de protéines, mais du fait que ces personnes ne mangeaient pas assez tout court.
  • Le deuxième biais vient du fait qu’une partie de la population étudiée se nourrissait exclusivement de manioc. Or, cet aliment est un des plus pauvres en protéines.
 
Après révision de ces études, les quantités de protéines recommandées ont été divisées par trois. Ces nouveaux niveaux de recommandation signifient que même pour une personne se nourrissant uniquement de pain, pâtes, riz ou pomme de terre, si elle mange assez, elle ne manquera jamais de protéines.
 
Mais cette deuxième série d’études est passée sous silence, notamment grâce aux pressions de l’industrie de la viande. Ainsi, l’idée selon laquelle nous devrions manger beaucoup de protéines pour être en bonne santé perdure dans nos sociétés.
Pourtant, il n’est pas nécessaire de consommer des aliments riches en protéines pour être en bonne santé.
On peut alors se dire « si cela permet d’éviter une déficience, autant en manger beaucoup, ça ne fera pas de mal ». Pourtant…
 
 

Des risques de surconsommation sous-estimés

Les protéines ne dérogent pas à la règle, comme tous les autres macronutriments, si on en mange trop, cela entraîne des problèmes de santé importants :
  • Des risques de déplétion du calcium : des études scientifiques ont constaté qu’un apport trop important en protéines animales (la viande, le poisson, les œufs et les produits laitiers) est lié au rejet du calcium de nos os dans les urines. Les os se retrouvent donc fragilisés. Ce phénomène peut conduire à l’ostéoporose, qui, contrairement à ce que l’industrie laitière veut nous faire croire, n’est pas tant liée au manque de calcium, mais plutôt à la trop grande consommation de protéines animales. Ainsi, plutôt que de manger des tas de produits laitiers pour faire le stock de calcium (ce qui, au passage, augmente à nouveau notre apport en protéines animales), mieux vaut commencer par baisser sa consommation de protéines animales (la consommation de produits laitiers est traitée dans un autre de nos articles). Mais ça, personne ne vous le dira, puisque ça ne rapporterait ni à l’industrie de la viande ni à celle du lait.
  • Une toute nouvelle étude australienne vient de montrer qu’un apport trop important en protéines raccourcit l’espérance de vie.
  • D’autres études ont montré qu’un apport trop important en protéines augmentait les risques de développer des cancers. Ceci vient du fait que les protéines favorisent le développement de notre organisme (ce sont nos « briques » après tout), et donc la multiplication des cellules, y compris les cellules cancéreuses.
 

Le juste milieu

Il est donc important de consommer des protéines, en particulier chez les enfants et les femmes enceintes, mais à tous les âges de la vie aussi, puisque se sont un des trois macronutriments indispensables au bon fonctionnement du corps.
 
Cependant, il est irresponsable de la part des gouvernements et des nutritionnistes de faire croire qu’il y a un risque de manquer de protéines dans une alimentation équilibrée (omnivore ou végétarienne), et surtout, de pousser les gens à manger des protéines majoritairement sous forme animale. Comme nous l’avions déjà discuté ailleurs, cette croyance est, notamment, le fruit d’un long travail de lobbying de la part des industries laitière et de la viande.
 
On espère que cet article vous aura éclairé sur les protéines, et que désormais, pour garder une bonne santé, plutôt que de se soucier de l’apport en protéines, nos lecteurs se soucieront de manger diversifié et équilibré !
 
Pour être mis à jour de la publication des futurs articles, n'hésitez pas à vous abonner en cliquant sur l'onglet "s'abonner". Merci !
A ne pas manquer