Accueil du site > Nutrition & Régimes
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter

Etudes Scientifiques

Les cures detox, est-ce du bidon ?

Suivant >>

Aujourd’hui on a de plus en plus, un besoin " inflationniste" de la validation scientifique par des spécialistes pour tous nos actes quotidien, sans quoi on est plus capable de penser par soi-même et de ressentir grâce à notre intuition ou à notre bon sens ou encore par l’expérience, ce qui est favorable ou pas de faire pour soi-même.

Personnellement je ne dénigre pas la Science, bien au contraire car j'ai moi-même fait beaucoup de recherche, mais je me rend compte qu'il arrive un moment ou le recours quasi permanent à la science avec dans bien des cas un raisonnement purement scientifique coupé de l'expérience, amène à des raisonnements erronées.

De plus en plus de spécialistes vous expliquent via internet et youtube que les cures détox c'est du bidon.

Pour cela à grand renfort d'explications scientifique et technique différents d'entre eux vous font leur démonstration.

D'autres encore vous expliquent que si vous vous sentez mieux par exemple après une cure de jus de légumes pendant quelques jours, c'est uniquement parce que pendant cette période vous ne vous être plus alimenté avec des aliments dont vous étiez allergique ou intolérant.

Ceci étant , on peut noter en parallèle dans différents cas, des abus d'allégations par rapport à tel complément alimentaire sensé avoir des vertus DETOX.

On ne peut nier, que le fait de restreindre en quantité et en qualité ( moins de classe alimentaire différentes) son alimentation, nous permet en effet de consommer moins de toxiques via l'alimentation et de supprimer ponctuellement les aliments dont on est allergique ou intolérant.
Mais en arriver à conclure que les seuls bénéfices des cures proviennent uniquement de ces mécanismes est un peu restrictif pour le moins que l'on puisse dire...

Les mono diètes surtout de jus de légumes ou de fruits contribuent à détoxiquer l'organisme, mais non en raison de leur propriété biochimique.
C'est justement en faisant le constat scientifique qu'il n'y a pas de propriétés biochimiques spécifiques à ces aliments permettant d'expliquer le processus de détoxication de l'organisme, que ces cures ou mono diète sont décriés, pour cet objectif avec une telle approche.

Un tel constat est possible lorsque l'on oublie la capacité homéostasique du corps à s'auto-réguler ainsi que la notion "d'intelligence somatique" qui préside au fonctionnement de notre organisme.

Ce n'est pas le jus de carotte ou de betterave ou de pissenlit qui assure la " détox " ; mais la diéte hydrique dans le cas d'espèce, permet de déclencher les mécanismes d'épuration de l'organisme.

Pour comprendre ce qui ce passe dans la diète hydrique il serait intéressant au préalable de voir les mécanismes déclenchés par un jeun à l'eau.
Dès que l'on jeune au lieu de se nourrir par des aliments venant de l'extérieur , on se nourrit de "l'intérieur "par l'autolyse de ses propres tissus qui vont nous apporter tout les nutriments dont on a besoin en terme de minéraux, vitamines, enzymes, lipides, acide aminés, glucose, etc

Mais en même temps que les tissus sont autolysés, bien des toxiques accumulés entre autres dans les tissus conjonctifs, ( parenchyme) , les tissus de soutien et les graisses de l'organisme, vont être remis en circulation pour être éliminés.

De ce processus né une désintoxication de l'organisme qui se déleste ainsi de ses surcharges et de ses toxiques.

(C'est par le même mécanisme que l'on observe que l'urine matinale (après avoir jeûner pendant 8 à 10 heures) et jaune plus foncé ( car chargé en déchets) alors que celle de la journée et blanche ou jaune très clair.

En effet le matin entre 1 h et 3 h du matin va être déclenché une hydrolyse inflammatoire au niveau de l'hypophyse puis relayé par les surrénales grâce à un enzyme l'hyaluronidase qui va remettre en circulation les toxiques accumulés pendant la journée dans les tissus conjonctif pour être éliminé par les reins entre autre.)

Pendant un jeûne on peut constater des vomissements de bile et mucus, urines très chargée, pertes vaginales etc., qui sont en fait des crises d'élimination.

Tout cela est possible grâce à l'économie de l'énergie dispensé normalement pour assurer la digestion et l'assimilation de nos repas quotidiens.
Pendant un jeune on constate l'autolyse des tissus pathologiques ( épanchements, tumeurs, floculats, kystes, tissus sclérosés.

Mais aussi les protéines musculaires et les triglycérides adipocytaires.
Cette autolyse ou cette autodigestion des tissus s'effectue en raison inverse de l'importance des tissus.

Plus le tissu est pathologique, vieilli, sclérosé, tumoral, moins il est important pour la conservation et la continuation de la vie et plu il subit l'autodigestion.
Par contre plus le tissu est noble ( coeur, système nerveux, glandes endocrines etc.), moins il subit ou très peu l'autolyse : le processus est dirigé avec une intelligence surprenante et fantastique. C'est ce qui explique l'autolyse des tumeurs pendant le jeûne.

Provenance du glucose pendant le jeune.

Le foie ne contient que 75 à 150 grammes de glucose en réserve. Dès le second jour de jeune, ces réserves sont épuisées, aussi la néoglucogenèse est elle très active chez le jeuneur.

Chez une homme à jeun depuis deux jours, 60 % du glucose néo-formé provient de la conversion des acides aminés, 25 % des lactates et des pyruvates ( cycle de cori ) et 15 % seulement du glycérol.

Au delà de cinq jours de jeûne, la néoglucogenèse s'effectue principalement à partir des substrats lipidiques.

Dans le jeune prolongé, le cerveau cesse d'être glucodépendant et acquiert la capacité d'utiliser les corps cétoniques qui dérivent de l'oxydation des acides gras par le foie.

Lorsque l'on fait une diète au jus de carottes par exemple , les autolyses et tous les mécanismes expliqués ci-dessus, seront moins importante qu'en cas de jeune stricte à l'eau ; mais le jus de carotte ne contenant pas ou quasiment pas d'acide aminé et d'acide gras en autre, l'organisme sera contraint de réaliser l'autolyse de ses propres tissus.

Et ainsi les mécanismes indirectes de désintoxication de l'organisme seront sollicités.

Les toxiques sont souvent accumulés entre autre, dans les tissus graisseux et libéré lors de l'autolyse ou l'oxydation des graisses.

Il s'avère donc qu'en cas de diète, les processus de désintoxication sont moins intense qu'en cas de jeune, mais pour autant, ils sont loin d'être absent.
Au delà des discours, l'expérience démontre qu'une diète bien faite en prenant soin de choisir l'aliment que l'on utilisera pour effectuer cette expérience et qu'en parallèle on respecte un protocole d'entrée et de sortie de la diète, des améliorations nette et durable de la santé sont souvent constaté sur nombre de personnes.


Eric Darche

Naturopathe spécialisé en nutrition

www.ericdarche.com

Tel : 04 42 96 33 18

A ne pas manquer