Accueil du site > Thematiques > santé dans le monde
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter

Derniers Articles

Les fractures dites de fragilité sont-elles toujours dues à l’ostéoporose ?

Suivant >>

On nous dit souvent que l’ostéoporose entraine des fractures et que le manque de calcium est la cause de l’ostéoporose… est-ce vraiment aussi simple que ça ?

On sait déjà (même si ce n’est pas toujours ce que l’on entend) que l’ostéoporose ne cause pas les fractures. Ce n’est qu’un des nombreux facteurs de risque de fracture. D’ailleurs, selon les données du National Osteoporosis Risk Assessment (NORA) qui suit 149 524 femmes caucasiennes ménopausées âgées de 50 à 104 ans (âge moyen 64,5), 82% des fractures rapportées sont apparues chez des femmes qui ne faisaient pas d’ostéoporose (score T > ?2,5).

Pourtant, lorsqu’un test de densitométrie montre une faible densité osseuse, surtout si le patient est de sexe féminin, le médecin prescrit automatiquement un médicament, habituellement un bisphosphonate (FosamaxMC ou autre). Outre son effet sur la densité osseuse, ce médicament cause des effets secondaires importants et plusieurs personnes ne veulent pas le prendre ou, carrément, ne supportent pas ses effets secondaires.

Ainsi, avant de sauter dans le train de la médication, il faut connaitre les options qui s’offrent à nous et comprendre ce que veulent dire les chiffres de densité (score T ou Z) qu’on nous présente. Lisez à ce sujet : http://www.jydionne.com/osteoporose-comprendre-la-reelle-signification-du-score-t/. J’y explique ce que veulent dire ces scores et leur lien avec le risque de fracture.
Du nouveau

Plusieurs études récentes font un lien entre l’inflammation chronique et le risque de fracture. L’inflammation chronique se mesure grâce à des marqueurs comme la protéine réactive C spécifique (hsCRP), l’interleukine 6 (IL-6) et le facteur de nécrose tumorale (TNF). Dans une étude, les chercheurs ont évalué le risque de fracture en fonction de ces marqueurs de l’inflammation. Chez les femmes qui avaient les taux les plus élevés, comparativement à celles qui avaient les taux les plus bas, le risque de fracture était multiplié par 1,64 (IC 95% 1,09-2,48, p tendance=0,03).(3) Lorsque les chercheurs ont calculé l’impact du TNF seul, le risque était alors multiplié par 2,05 (IC 95% 1,35-3,12, p tendance<0,01).

Dans une autre étude, l’augmentation de l’inflammation se traduit par un accroissement encore plus marqué du risque, soit 2,76 (IC 95%, 1,22-6,25).

Certains pourraient dire que ces marqueurs de l’inflammation ne sont que des indices de la fragilité des personnes âgées. En fait, les chercheurs ont aussi évalué les paramètres de fragilité, et l’inflammation est un facteur de risque indépendant de la faiblesse et/ou fragilité des personnes âgées.
Diminuer l’inflammation et les risques associés

De plus en plus, on reconnait l’inflammation comme cause majeure des maladies chroniques. Sachez que l’alimentation constitue notre première défense contre ce fléau. Assurez-vous de consommer régulièrement des sources de magnésium (amandes, riz complet, chocolat noir, épinards, lentilles, etc.), d’omégas 3 et d’antioxydants (comme le curcuma, le resvératrol, etc.). Ces nutriments sont bien plus importants pour votre santé, tant osseuse que générale, que le sempiternel calcium…

Pour en savoir plus sur l’inflammation et les outils de prévention, voir : http://www.jydionne.com/l&rsquo... et http://www.jydionne.com/inflammation-sourde-des-outils-de-prevention/

Consultez aussi ces deux articles sur l’ostéoporose : http://www.jydionne.com/tout-sur-losteoporose-1ere-partie/ et http://www.jydionne.com/tout-sur-l’osteoporose-2eme-partie/

Santé et longue vie… sans fracture !
Cet article a précédemment été publié ici : http://www.jydionne.com/les-fractur...

Thématiques
A ne pas manquer