Accueil du site > Thematiques > equilibre nutritionnel
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter

Derniers Articles

Le préservatif ne fait pas perdre l’érection ? Non, mais la peur de l’échec oui

Suivant >>

"C’est la faute du préservatif", est une excuse que les hommes ne pourront plus utiliser, d’après une étude. Publiée dans "The Journal of sexual medicine", celle-ci avance que les hommes mettant leurs soucis d’érection sur le compte du préservatif connaissaient les mêmes difficultés sans en porter. Mais ne doit-on pas chercher les causes ailleurs ? Décryptage du sexologue Ronald Virag.

 

Une étude récente publiée dans la revue "Journal of sexual medicine" exonérerait, d'après plusieurs articles, le préservatif de toute responsabilité dans sa non utilisation lors des rapports sexuels au prétexte qu'il ferait perdre l'érection... Ce serait la faute exclusive du pénis, s'il reste "flanelle" dans ces circonstances.

À y regarder de plus près, on reste confondu devant la pauvreté des enseignements tirés d'une telle étude financée par le National Health Institute et dont les principaux signataires viennent du célèbre Kinsey Institute.

Des statistiques bien éloignées de la réalité

Que représentent les 479 sondés dans l'océan des utilisateurs de préservatifs dans le monde ? Et encore, ils ne concernent que des hétérosexuels jeunes, ayant des partenaires multiples et très majoritairement "blancs". Les difficultés d'érection rapportées sont minimes en intensité et en pourcentage, et de surcroît peu significatives statistiquement. Le taux de dysfonctionnements érectiles importants est inférieur à 1,5%. N'apparaît pas dans l'étude le pourcentage de sujets ayant utilisé des médicaments pour aider l'érection.

Conclusions de la publication : si vous perdez vos érections quand vous utilisez le préservatif, c'est que vous êtes malades et/ou que vous ne savez pas vous en servir, et cerise sur le gâteau, on vous envoie chez le psycho-sexologue. À croire que les auteurs ne compilent que des statistiques bien éloignées de la pratique quotidienne.

Le préservatif en cause, mais pour ce que l'on croit

Un fait incontournable : le préservatif reste un outil irremplaçable dans la prévention des MST, et aussi le seul contraceptif masculin réellement efficace permettant à chacun de gérer son potentiel reproductif.

Or cette même étude recèle un chiffre intéressant : dans ce groupe de sujets jeunes, seuls 38,4% n'ont jamais de problèmes d'érection quand ils utilisent le préservatif. En clair, presque trois hommes jeunes sur quatre en ont alors que moins de 2% de cette population pourrait avoir des lésions péniennes avérées. Conclusion : c'est bien le fait de mettre le préservatif qui est en cause.

Le mettre ne nécessitant pas d'avoir fait polytechnique, il faut chercher les causes ailleurs.

Angoisse de l'échec, émotivité : des facteurs psychologiques

Émotivité, peur de l'échec sont les raisons principales chez ces sujets jeunes, peu expérimentés, de même que leurs jeunes partenaires.

 Rappelons que l'érection est fragilisée lorsqu'il y a dans l'organisme une trop grande quantité d'adrénaline qui circule. Les artères qui apportent le sang au pénis se contractent et les veines se ferment mal empêchant la verge d'être rigide, d'où la difficulté de mettre le préservatif. Et cela peut se produire même si le pénis est indemne de toute anomalie. J'ai aidé des centaines de jeunes victimes de cette angoisse de l'échec. Et bien évidemment, la nécessité de mettre le préservatif accentue le phénomène même s'il n'en est pas la cause principale.

"Sortir couvert" s'adresse à toutes les classes d'âge. Et le phénomène décrit ci-dessus s'amplifie avec le vieillissement, accentué des facteurs de risque connus que sont le tabac, le diabète, l'excès des graisses. S'y ajoutent les facteurs psychologiques liés aux changements de partenaires. Ce que j'entends quotidiennement de mes patients au-delà se la cinquantaine ? "Mettre en préservatif dans ces conditions, c'est pas la peine d'essayer..."

Pas de honte à s'entraîner ou à se faire aider

Que faire alors ? Pour les plus jeunes, leur conseiller de rester cool. Manipuler le préservatif seul. S'assurer qu'on sait le mettre. La copine peut aider. Se rappeler que la sexualité, ça doit demeurer ludique, tout en restant prudent. Quand on fait de la moto, on met un casque. Une fois protégé, être patient. Ne pas s'alarmer si l'érection fléchit un peu après s'être équipé. L'érection repartira de plus belle lors des préliminaires. Et puis un échec initial n'est pas la mort... on s'y remet et on assure.

 

Et si malgré tout des problèmes subsistent, on consulte. Il y a des solutions efficaces. C'est le cas également pour les seniors. L'occasion, quand ces difficultés se produisent, d'une révision complète. Dans tous les cas, on pourra vous donner la rigidité suffisante pour vous protéger.

Thématiques
A ne pas manquer