Accueil du site > En savoir plus sur...
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter

Maladies de l’aorte, nouvelles recommandations européennes : Limoges en 1ère ligne

Suivant >>
La Société Européenne de Cardiologie (ESC) vient de publier ses nouvelles recommandations sur la prise en charge des maladies de l’aorte. Un référentiel dont la coordination a été confiée au Pr Victor Aboyans du service de cardiologie du CHU de Limoges et au Pr Raimund Erbel de l’université d’Essen (Allemagne).
 
Ces nouvelles recommandations sur la prise en charge des maladies de l’aorte ont été rédigées à partir d'un travail de synthèse de 2 ans avec une quinzaine de spécialistes européens sur les différentes maladies de l’aorte (cardiologues, chirurgiens cardiaque et vasculaire, radiologues, généticiens, urgentistes). Le document recouvre, pour la première fois, l’ensemble les maladies touchant l’aorte thoracique et abdominale (la dissection aortique, les anévrysmes, les maladies génétiques, l’athérosclérose, les maladies inflammatoires et autres maladies rares).
 
Très attendues par la communauté cardiologique en Europe et internationale, les recommandations issues de la recherche ont été présentées au congrès annuel de l’ESC qui s’est tenu à Barcelone du 30 août au 4 septembre dernier ; un moment déterminant du congrès où sont commentés les nouveaux référentiels de la pratique clinique. Le document officiel, déjà disponible sur http://www.escardio.org/guidelines-surveys/products/pocket/Pages/Aorta.aspx , sera également publié dans le numéro d’octobre de la revue « European Heart Journal », organe d’expression de la Société Européenne de Cardiologie. Le CHU de Limoges déjà reconnu internationalement

En 2012 déjà, les équipes de cardiologie du CHU de Limoges s’était distinguées : 4 de leurs praticiens avaient été mandatés par l’American Heart Association, la société des cardiologues américains, pour rédiger des recommandations sur la standardisation du diagnostic de l’artériopathie des membres inférieurs à partir de la mesure des pressions artérielles à la cheville. Ces recommandations « made in Limoges » servent désormais de méthode universelle de référence pour la mesure de l’index de pression systolique.
Thématiques
A ne pas manquer