Accueil du site
> Médicaments & Soins > Les Actus
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Vente en ligne de médicaments : feu vert de Marisol Touraine
Vente en ligne de médicaments : feu vert de Marisol Touraine
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
21 décembre 2012
Auteur de l'article
Patrick Rollo, 495 articles (Rédacteur)

Patrick Rollo

Rédacteur
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
495
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Vente en ligne de médicaments : feu vert de Marisol Touraine

Vente en ligne de médicaments : feu vert de Marisol Touraine

Le 19 décembre dernier, la ministre de la Santé Marisol Touraine a donné la possibilité aux pharmaciens de vendre des médicaments sur Internet. L’ordonnance, passée en conseil des ministres, devrait faire sous peu l’objet d’un décret d’application. L’ordre des pharmaciens, qui a fait part de sa désapprobation, estime que « le libre accès aux médicaments sur Internet comporte davantage de risques que d’avancées ».

Une directive européenne, adoptée en 2011, autorise les pays membres de l’Union à procéder à la vente de médicaments sur le Net, sous réserve de conditions fixées par les Etats. Il restait donc à la France de s’accommoder avec cette nouvelle donne. Ce qui est en train de se faire. Le 19 décembre dernier, Marisol Touraine, la dame de santé de l’hexagone, a présenté un texte d’ordonnance en conseil des ministres ouvrant la voie à la vente en ligne de médicaments. Le projet, qui vise selon l’intéressée à renforcer la lutte contre les médicaments falsifiés, a été expliqué dans les grandes lignes : « Cette modalité de dispensation de médicaments est réservée aux pharmaciens ayant obtenu une licence pour créer une officine de pharmacie physique. Elle relève de l’entière responsabilité du pharmacien, est limitée aux seuls médicaments en libre accès et est soumise aux règles de déontologie applicables à l’officine ».
 
L’annonce ne manque pas de faire débat. L’Ordre des pharmaciens, n’a pas tardé à réagir. La profession, qui évoque une « décision brutale », estime que le texte comporte « plus de risques que d’avancées ». Pour Isabelle Adenot, présidente du Conseil national de l’Ordre des pharmaciens, il serait en effet question de dangers multiples. Ceux-ci seraient notamment liés à l’absence de carte vitale, la surconsommation médicamenteuse, le dépassement de doses prescrites, le non-respect de la confidentialité ou encore la falsification. Certains pharmaciens ont pourtant d’ores et déjà ouvert des officines en ligne. Et un sondage mené récemment par l’IFOP indique que 9% des Français ont déjà acheté des produits de santé ne nécessitant pas d’ordonnance sur le Net, et que 26% sont prêts à le faire.
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté