Accueil du site
> Médicaments & Soins > Les Actus
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Une puce dans la chaussure, pour lutter contre les infections nosocomiales
Une puce dans la chaussure, pour lutter contre les infections nosocomiales
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
15 avril 2015
Auteur de l'article
Camille, 453 articles (Rédacteur)

Camille

Rédacteur
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
453
nombre de commentaires
88
nombre de votes
405

Une puce dans la chaussure, pour lutter contre les infections nosocomiales

Une puce dans la chaussure, pour lutter contre les infections nosocomiales

 A l’hôpital nord de Marseille (Bouches-du-Rhône), le personnel soignant teste actuellement un nouveau système de sensibilisation à l’hygiène, avec une puce glissée dans la chaussure permettant de vérifier si le personnel s’est bien lavé les mains.

Ce système utilisé notamment dans le service des maladies infectieuses et tropicales, a pour objectif de lutter contre les infections nosocomiales. En effet, chaque année quelque 800.000 de ces infections sont contractées en France, lors d’une hospitalisation, provoquant plus de 10.000 décès par an.

Ainsi, cette puce permettant la traçabilité du respect des règles d’hygiène en milieu hospitalier par le personnel soignant, a été attribuée à chaque membre du personnel et placée dans la semelle des chaussures. Elles sont connectées avec des tapis de sol installés devant les diffuseurs de solution hydro-alcoolique (SHA).

Ce système laisse agir le soignant normalement et ne le perturbe pas dans son travail. En effet, soignant la puce envoie automatiquement un signal enregistré dans une base de données, lorsqu’il se positionne sur le tapis pour se laver les mains.

« Le système fournit en temps réel des données sur la friction hydro-alcoolique des mains, et évalue le taux de SHA utilisé par chaque agent » selon une infirmière en 3e année de doctorat à l’hôpital Nord, qui a publié une étude sur ce dispositif dans le Clinical Microbiology and Infection. Ce dispositif « a été testé et perfectionné par les soignants pendant deux ans. Cela a pris du temps, et va permettre la mise en place d’actions ciblées afin d’améliorer les taux de compliance ».

Dans le futur, si une infection nosocomiale était signalée, ce système permettra de vérifier si l’ensemble de la chaîne de soins a bien observé les mesures d’hygiène.

Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté