Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Une patiente meurt de froid dans un hôpital parisien
Une patiente meurt de froid dans un hôpital parisien
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
21 janvier 2013 | 1 commentaires
Auteur de l'article
Henri de Miebenthal, 476 articles (Kinésithérapeute)

Henri de Miebenthal

Kinésithérapeute
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
476
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Une patiente meurt de froid dans un hôpital parisien

Une patiente meurt de froid dans un hôpital parisien

Une patiente de 90 ans a été retrouvée morte de froid au matin du 18 janvier dernier dans les jardins de l’hôpital Sainte-Périne, à Paris. Hospitalisée dans cet établissement du 16ème arrondissement, la vieille dame avait pris un somnifère puis a quitté sa chambre en échappant à la surveillance du personnel. La CGT, qui a annoncé la nouvelle, a appelé à un rassemblement dans le hall de l’hôpital pour « dénoncer des dysfonctionnements liés à un manque d’effectifs ».

Le froid a fait une nouvelle victime le 18 janvier dernier. Une dame de 90 ans, admise au service SSR (soins de suite et réadaptation) en gériatrie aiguë de l’hôpital Sainte-Périne (spécialisé dans la prise en charge des personnes âgées atteintes de la maladie d’alzheimer), dans le 16ème arrondissement de Paris, est passée de vie à trépas dans l’enceinte de l’établissement. La malheureuse a été retrouvée morte de froid tôt dans la journée par des soignants dans un espace peu visible, en dénivelé, dans le parc de l’hôpital. La vielle dame avait été vue pour la dernière fois la veille, à 21h30. Elle prenait alors des somnifères dans sa chambre.
 
Une infirmière avait constaté sa disparition un peu plus tard dans la soirée. Le personnel s'était alors mis à sa recherche et la police avait été alertée. La directrice de l’hôpital, Isabelle Dufour, précise que la patiente, « de petite taille et recroquevillée sur elle-même », a été admise dans l’établissement le 14 janvier dernier. Souffrant de troubles cognitifs, « elle recherchait le contact humain ». Mais, ajoute la responsable, « elle ne sortait pas du bâtiment, bien qu’elle avait tendance à aller dans d’autres unités ».
 
La directrice de l’AP-HP, Mireille Faugère, a diligenté une enquête interne afin de « pouvoir identifier les événements qui ont conduit à ce drame ». La CGT, qui a annoncé que le gendre de la victime « va porter plainte contre l’hôpital », a appelé à un rassemblement dans le hall de l’établissement, qui doit se tenir en ce 21 janvier après-midi. Selon le syndicat, « cet événement grave et tragique traduit l’insuffisance des effectifs dénoncées depuis des mois par une partie du personnel ». Un communiqué rendu par la CGT fait état, tout particulièrement, « d’un manque d’aides-soignantes et d’infirmières ».
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Commentaires
0 vote
par d (IP:xxx.xx9.150.51) le 23 janvier 2013 a 10H19
d (Visiteur)

Pour la CGT, elle dénonce des dysfonctionnements liés à un manque d’effectifs. Pure démagogie ! Peut-on placer un surveillant derrière chaque patient ? Serait-ce donc le retour du modèle des blocs de l’est avec plus de "surveillants" que de population ??? Ce genre de réaction "stérile" et démagogique ne fait que desservir ce mouvement syndical qui déjà ne représente plus "rien" ... La solution avec des patients aussi âgés et probablement atteints de perte de mémoire/conscience ne serait-il pas de mettre en place le système éprouvé de surveillance des nourrisson dans les maternités (bracelets+portiques) ?