Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Un venin mortel pour combattre la douleur
Un venin mortel pour combattre la douleur
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
8 octobre 2012 | 1 commentaires
Auteur de l'article
Henri de Miebenthal, 476 articles (Kinésithérapeute)

Henri de Miebenthal

Kinésithérapeute
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
476
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Un venin mortel pour combattre la douleur

Un venin mortel pour combattre la douleur

Des chercheurs du CNRS et de l’Université de Nice-Sophia Antipolis viennent de démontrer que les substances présentes dans le venin du mamba noir (un des serpents les plus dangereux d’Afrique, proche de la famille des cobras) seraient aussi -voire plus- efficaces que la morphine pour combattre la douleur. Il s’agirait plus spécialement de deux protéines, qui sont appelées mambalgines. Les scientifiques, qui ont effectué des tests avec succès sur des souris, ont déposé un brevet sur les molécules en question.

Se dirige-t-on vers des nouveaux médicaments antidouleur qui auraient comme source le venin d’un des serpents les plus redoutables du continent noir ? Eric Lingueglia, Sylvie Diochot et Anne Baron font partie des chercheurs exerçant au CNRS et à l’Université de Nice-Sophia Antipolis, qui ont découvert que des peptides contenues dans le venin du mamba noir, un serpent des savanes qui figure parmi les reptiles les plus dangereux d’Afrique (sa morsure peut entraîner la mort dans les 20 minutes qui suivent), ont la capacité de supprimer la douleur. Les travaux des intéressés, qui ont été publiés le 4 octobre dernier dans la revue Nature, font état d’expériences menées sur une cinquantaine de venins d’animaux différents.

Une molécule présente dans le venin du mamba noir, figurant au rang des mambalgines, serait un analgésique dont l’efficacité, s’étant hissée au rang des opiacés, serait sans égale. Testé sur des souris, ce composant du venin présenterait même plus d’effets sur le message nerveux lié à la douleur que ne le fait la morphine. Si cela semble bien parti pour que les hommes puissent en profiter, il faudra attendre le verdict de nouvelles études, et en particulier des essais cliniques, qui détermineront si oui ou non cette substance est exempte de tout danger.
 

Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Commentaires
1 vote
par napoleon solo (IP:xxx.xx1.97.54) le 5 novembre 2012 a 12H43
napoleon solo (Visiteur)

En dehors de cette découverte, qu’en est il aujourd’hui de la molécule du nom d’opiorphine développée par l’institut pasteur depuis quelques années ? On annonce régulièrement une panacée de l’anti douleur sans en voir la couleur pour le moment. http://www.pasteur.fr/recherche/RAR...