Accueil du site
> Médicaments & Soins > Les Actus
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Un tiers des français n’a pas les moyens de se soigner
Un tiers des français n'a pas les moyens de se soigner
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
21 octobre 2013
Auteur de l'article
Camille, 453 articles (Rédacteur)

Camille

Rédacteur
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
453
nombre de commentaires
88
nombre de votes
405

Un tiers des français n’a pas les moyens de se soigner

Un tiers des français n'a pas les moyens de se soigner

D’après le dernier baromètre santé d’Europ Assistance, 33% des français renoncent à se soigner ou reportent leurs soins, pour des raisons financières.

L’augmentation des frais médicaux et des assurances santé pour la classe moyenne française a conduit à une accentuation d’une santé à deux vitesses, celle des riches et celles des pauvres.
 
Aussi, la France est le seul pays de l'UE où la renonciation est aussi importante. En 2012, elle a augmenté de 6%.
 
Les premiers concernés sont les femmes avec un taux de renonciation de 41% contre 23% chez les hommes.
 
La deuxième catégorie est celle des jeunes actifs âgés de 18 à 39 ans avec 40% contre 22% des 60 ans et plus. Ils profitent de la jeunesse de leur corps pour renoncer aux soins.
 
Généralement se sont les soins de contrôle et les soins dentaires (25%) qui sont boudés par les français. Ils les reportent ce qui aggrave la situation, les soins futurs seront plus onéreux.
 
Ensuite, ils renoncent ou reportent les achats de lunettes ou de lentilles de correction (17%) qui sont mal remboursées et de qualité parfois médiocre en raison de leur fabrication en Asie du Sud-est.
 
Sont également laissés de côtés les soins courants avec un taux de renonciation de 12%, les achats de médicaments avec un taux de 7% et les soins lourds avec 7% .
 
Enfin, l’augmentation du coup de vie pour les foyers modestes et la classe moyenne, les délais d'attente et l'inégalité d'accès aux soins sont les principaux facteurs de renonciation.

SOURCES

Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté