Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Un médicament contre l’alcoolisme ?
Un médicament contre l'alcoolisme ?
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
19 février 2010 | 3 commentaires
Auteur de l'article
Loreline Robbe, 61 articles (Rédacteur)

Loreline Robbe

Rédacteur
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
61
nombre de commentaires
0
nombre de votes
40

Un médicament contre l’alcoolisme ?

Un médicament contre l'alcoolisme ?

Incroyable histoire que celle du Dr Olivier Ameisen. En 2000, ce cardiologue américain épuisé par les nombreuses cures de désintoxication pour soigner en vain son alcoolisme lit dans le New York Times l’histoire d’un malade atteint de sclérose en plaque auquel on prescrit du baclofène. Ce patient qui s’avère être également cocaïnomane ne ressent plus le besoin de se droguer suite au traitement. En cherchant sur le net, le docteur Ameisen trouve alors des publications scientifiques relatant une action du baclofène à la fois sur l’addiction à la cocaïne, mais aussi à l’alcool (ici). C’est pourquoi il décide de tester ce médicament sur lui, dès mars 2002. L’effet restant modéré, il multiplie par 5 les doses recommandées en janvier 2004 et parvient alors à une indifférence totale face à l’alcool.


Le baclofène est un vieux médicament myorelaxant (relaxant les muscles) peu coûteux et habituellement prescrit aux malades atteints de sclérose en plaque et aux paraplégiques souffrant de spasmes musculaires. Des experts souhaitent donc la mise en place d’essais thérapeutiques afin de vérifier l’action « anti-alcoolisme » de ce médicament via des tests cliniques. Le Pr Renaud de Beaurepaire, chef du service de psychiatrie révèle qu’il a lui-même prescrit du baclofène à deux patients alcooliques suite à leur demande et qu’ils ne boivent plus actuellement. Mais il précise que ces prescriptions hors AMM (Autorisation de Mise sur le Marché) sont très délicates, c’est pourquoi des essais thérapeutiques sont justifiés à ses yeux. D’autres, comme Michel Reynaud, chef du service addictologie à Villejuif, estiment que le produit offre sûrement des possibilités, mais qu’il est nécessaire de rester prudent, car aucune donnée n’est actuellement disponible sur la sécurité du produit prescrit aux doses élevées nécessaires pour contrer l’addiction (ici ou ). 

Loreline Robbe Sciences et ...

POST-SCRIPTUM

  • Articles Le Figaro ici, Le Point ici et un autre , alcool et santé ici.

Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Mots-clés :
Médicaments Santé Alcool
Commentaires
0 vote
par lucide (IP:xxx.xx8.201.202) le 21 février 2010 a 23H03
lucide (Visiteur)

Ensuite, on devient addict au baclofène ; non ? Vous me direz, on connaît le remède : c’est de boire du pinard

0 vote
par Arlesia (IP:xxx.xx3.250.164) le 23 février 2010 a 02H49
Arlesia (Visiteur)

Je confirme, je connais quelqu’un qui a utilisé ce médicament pour soigner son addiction à l’alcool et cela a très bien fonctionné dans son cas.

Il a effectivement été difficile de trouver un médecin prenant la responsabilité de le prescrire sans AMM...

Les autorités compétentes n’ont pas l’air pressé d’effectuer les tests allant dans ce sens. Est-ce du au fait que la molécule concerné est vieille de + de 10 ans et qu’elle serait donc moins exploitable commercialement ?

@lucide Le baclofène prescrit pour cette usage ne provoque apparemment pas de phénomène de dépendance. Apres c’est comme toute désintoxication, si on est pas réellement décidé a stopper dès le départ, on replonge...

0 vote
(IP:xxx.xx6.185.125) le 18 mars 2011 a 17H41
 (Visiteur)

combien de temps a t il pris ce médicament merci ?