Accueil du site
> Médicaments & Soins > Les Actus
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Un médecin pakistanais et une fausse campagne de vaccination pour trouver Ben Laden
Un médecin pakistanais et une fausse campagne de vaccination pour trouver Ben Laden
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
12 juillet 2011
Auteur de l'article
Henri de Miebenthal, 476 articles (Kinésithérapeute)

Henri de Miebenthal

Kinésithérapeute
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
476
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Un médecin pakistanais et une fausse campagne de vaccination pour trouver Ben Laden

Un médecin pakistanais et une fausse campagne de vaccination pour trouver Ben Laden

En recrutant un médecin pakistanais, les services secrets américains ont organisé une fausse campagne de vaccination à Abbottabad, au Pakistan. Le but ayant été de trouver des traces d’ADN de la famille du terroriste le plus recherché du monde.

La traque menée par les services secrets américains, et qui a abouti à la mort d’Oussama Ben Laden le 2 mai dernier, s’est faite en partie grâce au concours du monde médical. La CIA aurait commencé par localiser un messager de Ben Laden dans la ville d’Abbottabad, située au nord du Pakistan. Mais une incertitude totale demeurait quant à la cachette de l’ennemi public numéro 1. A Abbottabad, les services secrets américains ont donc eu l’idée d’organiser une fausse campagne de vaccination contre l’hépatite B. L’objectif était le suivant : Récupérer des traces d’ADN des villageois dans l’espoir de mettre la main sur des membres de la famille de Ben Laden.

Car, selon les responsables de la CIA, la probabilité d’un présence du terroriste serait forte si certaines personnes de sa famille s’y trouvaient. Ainsi en mars dernier, soit deux mois avant l’opération commando contre Ben Laden, un médecin pakistanais du nom de Shakil Afridi avait été recruté par les forces américaines pour organiser cette vaccination. Ce professionnel de santé était au préalable en charge des questions médicales dans la province de Khyber, à la frontière afghane. Le docteur s’est "arrangé" avec les services de santé de la ville en soudoyant plusieurs employés municipaux.

Et ces derniers l’ont par la suite aidé à distribuer les vaccins contre l’hépatite B, sans être au courant du but de la manœuvre. Afin de lancer cette campagne le plus discrètement possible, il avait été décidé d’administrer la première dose de vaccins dans un quartier pauvre de la ville, Nawa Sher. Mais pour la deuxième dose, le lieu avait subitement changé : Les médecins l’ont administré dans les environs directs de la luxueuse résidence susceptible d’abriter l’ancien chef d’al-Qaida, à Bilal Town. C’est là, comme l’indique le quotidien britannique The Guardian, qu’ « une infirmière, du nom de Mukhtar Bibi a réussi à pénétrer dans l’enceinte du complexe de Ben Laden ».

Mais il n’est pas certain que cette intrusion, comme l’indique le New York Times cette fois, ait pas permis de recueillir directement l’ADN de la famille de Ben Laden… ni que celui-ci ait été vacciné par l’infirmière. L’opération commando se soldant par la mort du cerveau des attentats du 11 septembre aurait ainsi été orchestrée sans la certitude que ce dernier se trouvait effectivement dans la résidence. Ayant eu vent de cette opération secrète, les enquêteurs pakistanais ont arrêté le médecin ayant organisé la fausse campagne de vaccination, pour cause d’ « intelligence avec un pays étranger ». Les Etats-Unis, en représailles, ont suspendu une partie de l’aide militaire accordée à Islamabad.

Photo : La résidence qu'occupait Ben Laden à Abbottabad

Inscrivez-vous à la newsletter !
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté