Accueil du site
> Médicaments & Soins > Les Actus
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Un médecin et une infirmière roués de coups dans un hôpital
Un médecin et une infirmière roués de coups dans un hôpital
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
23 juillet 2012 | 8 commentaires
Auteur de l'article
Patrick Rollo, 495 articles (Rédacteur)

Patrick Rollo

Rédacteur
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
495
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Un médecin et une infirmière roués de coups dans un hôpital

Un médecin et une infirmière roués de coups dans un hôpital

La clinique Bouchard, à Marseille, a été le théâtre d’une agression décrite par les témoins de la scène comme étant d’une « violence inouïe ». Suite à un différend tournant autour de la qualité des soins dispensés, une anesthésiste de 45 ans et une infirmière de 25 ans ont en effet été roués de coups par la famille d’un patient le 21 juillet dernier. Blessées, les deux victimes ont fait savoir qu’elles porteraient plainte.

Les personnels soignants font ce qu’ils peuvent pour que tout se passe au mieux dans les établissements de soins. Il arrive malheureusement des imprévus. Et l’imprévu de ce week-end a laissé place à une escalade gravissime. Les faits, qui se sont déroulés le 21 juillet dernier, ont d’abord été rapportés par le quotidien La Provence. Trois personnes, dont une jeune femme de 21 ans et un mineur de 14 ans, se sont présentés à la clinique Bouchard, à Marseille. Tout se déroule normalement à l’accueil : « Nous venons voir notre père. Il a 45 ans et est hospitalisé en soins intensifs ». Conduits à l’étage, les choses commencent cependant à dégénérer. Comme le rapporte La Provence, le ton est monté et «  les visiteurs ont reproché à la clinique la qualité de la prise en charge de leur père ».
 
Une femme médecin anesthésiste de 45 ans, qui est accompagnée d’une infirmière de 25 ans, réplique alors aux trois personnes échauffées qu’« elles ne respectent pas le règlement de l’hôpital, puisqu’au maximum deux personnes sont autorisées à entrer dans la chambre d’un patient pour lui rendre visite, pour des raisons d’hygiène et de sécurité ». Les deux personnels de santé sont alors immédiatement rués de coups par les trois visiteurs : La femme de 21 ans donne de violents coups de poings au visage alors que l’adolescent de 14 ans donne des coups de pied. L’anesthésiste se retrouve le nez en sang avec l’arcade sourcilière touchée. Elle est victime d’une légère perte de connaissance. Légèrement moins exposée aux coups, l’infirmière parvient à alerter un kinésithérapeute. Ce dernier, bien que lui aussi exposé aux violences, parvient à rétablir le calme.

Cinq jour d’ITT ont été délivrés à la femme médecin, et l’infirmière s’en est vue délivrer une. Ces dernières ont toutes deux porté plainte, et les auteurs présumés de l’agression seront convoqués devant le tribunal en décembre prochain. Un témoin, encore tout abasourdi, a relaté la scène aux journalistes de La Provence : « Tout cela s’est déroulé dans une violence inouïe, avec un traumatisme psychologique important. Le quotidien des personnels hospitaliers est rythmé par les exigences et parfois les menaces des familles sur fond d’agressivité verbale. Ce qui s’est passé est très grave. Aujourd’hui, on parle trop de rentabilité. C’est l’humain qui passe à la trappe ».

Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Commentaires
11 votes
par Franck de Lyon (IP:xxx.xx0.92.163) le 23 juillet 2012 a 22H01
Franck de Lyon (Visiteur)

Bonjour. Je me demande dans quel monde on vit. Aucun respect pour ces pauvres employés des hôpitaux ou cliniques qui font un travail admirable. C’est à croire qu’aujourd’hui exercer la profession d’infirmiers (ères) est devenu un sacerdoce.

21 votes
par gallard (IP:xxx.xx0.200.58) le 24 juillet 2012 a 15H14
gallard (Visiteur)

bonjour , je serai curieux de voir le facies ou le nom des agresseurs,

11 votes
par Pseudonyme (IP:xxx.xx4.70.54) le 24 juillet 2012 a 19H36
Pseudonyme (Visiteur)

Et si ce ne sont PAS des Arabes, que comptez-vous faire, M. Gallard ?

4 votes
par sofia (IP:xxx.xx1.82.223) le 25 juillet 2012 a 08H07
sofia (Visiteur)

@pseudonyme

et si ce SONT des arabes,que comptez-vous faire ?

plainte aupres de SOS racisme ?

2 votes
par Ricoxy1 (IP:xxx.xx0.86.143) le 24 juillet 2012 a 16H20
Ricoxy1 (Visiteur)

On va faire comme dans les banques et certains grands magasins : il va y avoir un service de sécurité.

9 votes
par Tipol (IP:xxx.xx5.139.103) le 25 juillet 2012 a 03H43
Tipol (Visiteur)

Cette violence n’est pas admissible. Mais tout n’est pas tout beau, tout rose, avec des employés qui donnent sans compter. Il y a de nombreux problèmes d’organisation, de matériels, de mauvaise volonté,...etc. Je viens de déposer ma mère aux urgences, elle perdait du sang. Elle a dû passer par le secrétariat, s’y assoir, et remplir toutes les formalités avant qu’on considère son état. L’an dernier j’ai dû lutter contre la sécurité pour entrer aux urgences avec ma compagne en état d’urgence vitale, avec une hémorragie au pancréas, elle hurlait de douleur, à 1h près elle en mourrait ; la sécurité des urgences de Valenciennes me refusait tout simplement l’entrée avec ma voiture. Ce fut une scène incroyable. Parce qu’à Valenciennes, les urgences, ce n’est pas libre d’accès, c’est sur filtrage de la sécurité !

4 votes
(IP:xxx.xx2.208.179) le 25 juillet 2012 a 11H18
 (Visiteur)

Dans les cas graves, c’est une erreur de prendre sa voiture, sous la panique on pense à tort gagner du temps.

En cas d’urgence il vaut mieux appeler le 15, le temps que vous gagner en voiture l’ambulance le récupére (circulation plus fluide), de plus le véhicule est équipé pour prodiguer les premiers soins et poser un diagnostique qui sera communiqué au service d’urgence avant même l’arrivé de l’ambulance.

1 vote
(IP:xxx.xx3.236.18) le 26 juillet 2012 a 11H24
 (Visiteur)

Ce qui est étonnant dans ce texte, c’est le mot "inoïe". Les gens qui trouvent inouïe cette violence sont bien naïfs et croient que la gentillesse du monde est conforme à l’image idéalisée que nous renvoient les médias...