Accueil du site
> Médicaments & Soins > Les Actus
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Un ambulancier sauvé par le malade qu’il conduisait à l’hôpital
Un ambulancier sauvé par le malade qu'il conduisait à l'hôpital
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
17 avril 2013 | 2 commentaires
Auteur de l'article
Henri de Miebenthal, 476 articles (Kinésithérapeute)

Henri de Miebenthal

Kinésithérapeute
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
476
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Un ambulancier sauvé par le malade qu’il conduisait à l’hôpital

Un ambulancier sauvé par le malade qu'il conduisait à l'hôpital

Christian Nayet, un homme de 60 ans atteint d’un cancer très avancé, était en route pour un hôpital de Lille dans une ambulance le 11 avril dernier. Quand tout à coup l’ambulancier fut victime d’une crise cardiaque. Christian Nayet se leva alors de son brancard et réussit à prendre le volant : L’ambulancier fut ainsi conduit aux urgences par le malade qu’il transportait !

Un malade transportant lui-même son ambulancier aux urgences pour le faire soigner, ça n’arrive pas tous les jours. C’est ce qui s’est produit le 11 avril dernier près de la commune de Berck, dans le Pas-de-Calais. Christian Nayet, un retraité de 60 ans atteint d’un cancer de l’estomac se rend alors à Lille en ambulance pour passer un scanner. Quand tout à coup il s’aperçoit que l’ambulancier ne va pas bien du tout : « Au bout d’une heure, je me suis rendu compte qu’il était agité. Il disait qu’il avait des fourmis dans les doigts et je lui ai demandé si ça lui montait dans le bras. J’ai pensé à une crise cardiaque. Je lui ai dit de s’arrêter. Je lui ai fait prendre deux médicaments que j’avais, une sorte d’harpégic pour fluidifier le sang et un autre pour stabiliser le rythme cardiaque ».
 
Devant cette situation critique, Christian Nayet sent pour sa part des forces revenir en lui : « Je lui ai dit : Donne moi tes clés, fais-moi confiance. Ma vie n’est pas en danger, mais la tienne, oui ! On va rouler vite. Mon scanner peut attendre. Dans 10 minutes, t’es sorti d’affaire ». Loin de paniquer, le malade endosse le costume du sauveur, et l’ambulancier prend sa place sur le brancard.

Le cancéreux, derrière le volant, file tout droit aux urgences de l’hôpital. A l’entrée des urgences, des blouses blanches déchoquent l’ambulancier, qui est opéré dans les 10 minutes. Un médecin, encore tout retourné par la situation, s’adresse alors à Christian Nayet : « Tout s’est joué à cinq minutes. Comment avez-vous fait pour conduire dans votre état ? Je pense que vous lui avez sauvé la vie ! ». Le lendemain, l’ambulancier et son sauveur se sont parlés au téléphone, le premier voulant remercier le second. Ce dernier s’était senti galvanisé malgré son cancer persistant : « L’important, c’est que tu sois sauvé. Moi, ça m’a permis cette nuit-là de dormir comme un enfant : je pensais que j’avais fait quelque chose de bien ».

Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Commentaires
0 vote
par chrissfreevoice (IP:xxx.xx3.192.185) le 18 avril 2013 a 11H44
chrissfreevoice (Visiteur)

Bjr,

El alors, l’ambulancier était donc seul à bord de son ambulance ? C’est totalement illégal. A moins que le véhicule n’était pas une ambulance mais un VSL...

A quand l’emploi de mot juste ?

0 vote
(IP:xxx.xx0.125.56) le 18 avril 2013 a 13H45
 (Visiteur)

s’il était bien sur un brancard, c’était donc une ambulance et pas un vsl.