Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Tuberculose : vers un nouveau vaccin ?
Tuberculose: vers un nouveau vaccin ?
note des lecteurs
date et réactions
26 juin 2012
Auteur de l'article
Jean-Philippe Tabut, 9 articles (Biohygiéniste)

Jean-Philippe Tabut

Biohygiéniste
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
9
nombre de commentaires
1
nombre de votes
4

Tuberculose : vers un nouveau vaccin ?

Tuberculose: vers un nouveau vaccin ?

La Tuberculose est la 2e cause de mortalité parmi les maladies infectieuses après le SIDA. Elle tue une personne dans le monde toutes les 20 secondes dont 200 enfants par jour. 10% des personnes contaminées par le bacille de Koch (Mycobacterium tuberculosis) développe la maladie. En 2010, elle a tué 1,4 million de personnes, dont l’immense majorité résidait dans un pays pauvre.

On observe que le nombre de co-infections tuberculose / HIV reste élevé. Cette co-infection est responsable de 13% des décès de personnes atteintes du SIDA.

Enfin le nombre de souches de Mycobacterium tuberculosis résistantes aux antibiotiques est potentiellement en croissance constante et fait l’objet d’une surveillance draconienne. 450 000 nouveaux cas de tuberculoses résistantes sont recensés chaque année et on distingue, dors et déjà 2 types de tuberculoses ultra-résistantes. La tuberculose-MR, est une forme résistante au moins à l’isoniazide et la rifampicine, les deux médicaments anti-tuberculeux les plus puissants. La tuberculose-UR est une TB qui est résistante à n’importe quel fluoroquinolone, et au moins un des trois médicaments injectables de deuxième-ligne (capreomycine, kanamycine, et l’amikacine), en plus de la tuberculose-MR.

Chaque cas de tuberculose résistante, oblige, lorsque c’est possible, à recourir à un traitement de “seconde ligne”. Des médicaments moins efficaces, entraînant de graves effets secondaires, qui nécessitent d’être administrés pendant près de deux ans et coûtent près de 10 000 euros par personne dans les pays en développement (tarifs négociés par les ONG), alors que le coût du traitement d’une tuberculose simple n’excède pas 15 euros.

Si le vaccin classique BCG (Bacille de Calmette et Guérin) préparé à partir d’une souche atténuée de bacille tuberculeux bovin (Mycobacterium bovis) est efficace pour protéger les enfants il l’est beaucoup moins pour les adultes d’après l’Institut Pasteur. “L’efficacité du vaccin BCG est estimée entre 75 et 85% pour les formes graves du nourrisson et du jeune enfant, notamment méningite et tuberculose disséminée”, selon le ministère de la Santé. Le niveau de protection assuré par le BCG descend entre 50% et 75% pour la tuberculose de l’adulte et est insuffisant pour empêcher la transmission de la maladie et d’enrayer l’épidémie mondiale.

Des chercheurs de l’Unité de régulation immunitaire et vaccinologie (Institut Pasteur/Inserm) ont réussi à modifier le génome du bacille responsable de la tuberculose pour en obtenir “une souche non virulente chez la souris”, selon un communiqué commun de Pasteur et de l’Inserm.

Ces équipes coordonnées par le Dr Laleh Majlessi et le Pr Claude Leclerc ont pu établir que “les souris immunisées par la souche atténuée sont protégées très efficacement contre l’infection par Mycobacterium tuberculosis“.

Cette souche mutée provoque “une réaction immunitaire plus forte que le vaccin BCG chez la souris”.

C’est donc avec un grand espoir que ce vaccin est en voie de développement.

Pour autant notons que les thérapies curatives eux aussi tentent d’évoluer afin de faire face aux résistances. En effet, une étude co-financée par la National Institute of Allergy and Infectious Diseases (NIAID-NIH) a été présentée le 26 mars 2012 lors de la réunion annuelle de l’American Chemical Society et met en avant l’espoir porté par une combinaison de 2 médicaments déjà disponibles pour le traitement de la tuberculose (TB). Ainsi, le méropénème et le clavulanate, tous deux combinés parviennent non pas à “ralentir la croissance mais parvient à tuer la bactérie en laboratoire” explique le Pr Blanchard, professeur de biochimie à l’Ecole de Médecine Albert Einstein de l’Université Yeshiva de New York.

C’est en étudiant la beta-lactamase de Mycobacterium tuberculosis, que cette équipe a trouvé l’idée de la combinaison. Le Clavulanate (Acide Clavulanique) permet ainsi d’inhiber l’enzyme produite par Mycobacterium tuberculosis afin de protéger l’action du méropénème.

http://fbhleblog.wordpress.com/2012/04/24/tuberculose-vers-un-nouveau-vaccin/

J.P TABUT Biohygiéniste
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Mots-clés :
Vaccins Tuberculose