Accueil du site
> Médicaments & Soins > Les Actus
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
TRUVADA en prévention du SIDA
TRUVADA en prévention du SIDA
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
23 mai 2012 | 19 commentaires
Auteur de l'article
Jean-Marie Habar, 19 articles (Médecin retraité)

Jean-Marie Habar

Médecin retraité
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
19
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

TRUVADA en prévention du SIDA

TRUVADA en prévention du SIDA

 

Le Truvada est une combinaison de deux antirétroviraux qui peut désormais être utilisé pour un usage préventif du SIDA.

Le Conseil national du sida (CNS) publie des recommandations l’usage du Truvada à titre préventif en prévention du SIDA « Le CNS a souhaité rendre public cet avis aujourd’hui, au moment où l’Agence américaine des médicaments (Food and Drug Administration ou FDA) s’apprête, suite aux recommandations d’un comité d’experts rendues publiques le 10 mai 2012 à délivrer une première autorisation de mise sur le marché pour l’usage préventif d’un traitement antirétroviral (Truvada produit par Gilead Sciences) ».

Le CNS souligne le fort consensus qui existe aujourd’hui autour de « l’impérieuse nécessité, trente ans après l’identification des premiers cas de sida, de réduire drastiquement le nombre de nouvelles contaminations  » pour stabiliser puis faire régresser une pandémie « dont l’expansion, au Nord comme au Sud, n’a pas pu être contenue par les efforts de prévention menés jusqu’à présent ». Un tel enjeu justifie « qu’aucune piste nouvelle ne soit négligée », insiste le conseil.

Dans ses recommandations, le CNS indique que l’offre de traitement, dans le cadre d’une prévention post exposition au VIH devra s’inscrire dans une approche globale des moyens de prévention et de dépistage.

Ce nouvel outil ne peut être utilisé que dans une stratégie de prévention combinée aux autres moyens classiques de prévention.

Le CNS souhaite par ailleurs que l’antirétroviral utilisé dans une stratégie préventive soit « matérialisé par une présentation du médicament sous un nom commercial distinct et accompagné d’une notice spécifique à son indication préventive ». Pour le conseil, « un packaging incluant des préservatifs apparaît souhaitable ».

En l’état actuel ce traitement n’est pas « un outil de prévention universel à destination de la population générale ». Il concerne les personnes les plus fortement exposées au risque d’infection par le VIH « en raison de leur appartenance à un groupe de population particulièrement touché par l’épidémie et/ou de pratiques sexuelles à risque ».

La prise de ce traitement ne peut être envisagée que dans un contexte médicalisé.

Elle impose une prescription médicale initiale, puis lors des renouvellements, ainsi qu’un suivi médical rapproché.

L’utilisation de ce nouvel outil nécessite donc un fort investissement dans la prévention.

« L’offre de traitement post exposition (par le Truvada) doit impérativement s’organiser dans un cadre garantissant une approche globale de prévention et un accompagnement adapté », insiste le CNS qui souhaite le développement de structures de type « centre de santé sexuelle ».

En pratique pour plus d’information deux numéros de téléphone nationaux :

SIS (Sida Info Service) : 0 800 840 800 (numéro vert)

VIH info soignants : 0 801 630 515 (numéro Azur)

Centre de Santé Sexuelle à Paris : le 190

190 Bd de Charonne

75020 Paris

Tel : 01 55 25 32 72

JMH
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Mots-clés :
Médicaments Sida
Commentaires
4 votes
par Doctorix (IP:xxx.xx2.212.187) le 23 mai 2012 a 17H56
Doctorix (Visiteur)

Ça serait intéressant si le VIH, ou même un autre virus, était responsable du SIDA. Or ce n’est pas le cas. A pathologie égale, vous serez sidaïque si vous êtes VIH positif, autrement vous aurez simplement la maladie incriminée : tuberculose, sarcome, pneumocystose, etc. Il y en a 32 comme ça, toutes différentes et bien identifiées. Mais si en plus vous avez le VIH, alors vous avez le SIDA. C’est ausi simple que ça. Et si le SIDA ne vous tue pas, alors les médicaments s’en chargeront : car pour tuer un virus, il faut tuer sa cellule hôte, et c’est un vrai massacre, car aucun médicament n’est spécifique ni d’un virus ni d’une cellule. Dans NEXUS de Mars, vous aurez de nombreux détails, et dans celui de Mai vous apprendrez tout sur l’AZT, cet assassin (résumé de l’article :

La face cachée de l’ AZT : Après la maladie-concept, à savoir le sida, sur lequel NEXUS a enquêté dans son précédent numéro, voici le médicament-concept ad-hoc  : l’AZT. Promu à la fin des années 80 comme le seul traitement efficace contre l’infection au VIH, l’AZT a rapidement montré un tout autre visage… : destruction du système immunitaire et de la moelle osseuse, effet cancérigène… Aujourd’hui, cette toxicité avérée n’empêche pas l’AZT d’être toujours prescrite, dans le cadre de la lutte contre la transmission mère-enfant du VIH. Enquête sur un scandale sanitaire exemplaire.)

Et à quoi sert de détruire un virus qui ne provoque au plus qu’un rhume de cerveau ? L’arnaque continue, et les labos se gavent. C’était le but, et il est atteint.

Donc, avant de vous plonger dans ce traitement, un bon conseil : laissez les autres servir de cobayes.

PS : l’effondrement du système immunitaire n’est du qu’à la malnutrition, des conditions d’hygiènes déplorables, et l’usage de certaines drogues. C’est en tous cas l’avis de l’inventeur du virus, le Pr Montagnier lui-même. http://www.dailymotion.com/video/xb...

Pas encore convaincus ? alors faites vos propres recherches.

9 votes
par Séropo-en-Vie (IP:xxx.xx6.122.59) le 23 mai 2012 a 23H19
Séropo-en-Vie (Visiteur)

Dans les années 80, j’ai perdu pas mal d’amis du SIDA : aucun ne se droguait .

L’hygiène n’était pas déplorable : ils se lavaient, s’habillaient proprement, chez Cardin ou Hermès, avaient tous des logements très décents, certains avaient même pas mal de fric ... les logements insalubres étaient des 180 m2 avec terrasses, balcons et patios ; les plus pauvres avaient un jardin particulier avec 2 ou 3 petits arbres à eux .

Plusieurs n’ont même pas eu le bonheur d’être intoxiqué par l’AZT, celui-ci n’existant pas encore au tout début de l’épidémie . Quelques uns étaient végétariens bio, trois végétaliens consommant des algues (spiruline ...) pour remplacer le manque connu en Vit B12 et mangeaient comme moi, aujourd’hui, du pain complet La Vie Claire (délicieux) . On n’étaient absolument pas carencé : purée de noisettes ou d’amandes, blé germé, petit déjeuné façon Kousmine qu’on prenait tantôt chez Richard, tantôt chez Michel ou Eric . Riz complet et fruits tous bio . Pâtes complètes et légumes bio .

Ils sont tous morts du SIDA . Aucun n’a vécu plus de 6 ou 7 ans après leur contamination . Le dernier est mort en avril 1995 .

Morts avant 1996, date de l’arrivée des 1ères trithérapies .

Moi, j’ai eu une sexualité assez soft jusqu’ aux années 2000 . Après, un peu moins soft . Puis pas soft du tout . Je suis séropo . Je suis vivant . Je pète le feu . Je bouffe bien et je baise bien .

Grâce aux trithérapies . La trithérapie fait de moi une personne bel et bien vivante au bout de 9 années de contamination par le virus VIH, c’est-à-dire au bout d’un laps de temps qui a tué tous ces premiers amis morts .

Le virus du SIDA n’est pas une plaisanterie ni un simple rhume de cerveau : il prolifère à l’intérieur des cellules CD4, entre autre, qu’il fait éclater . Le nombre de ces cellules diminuant avec les années, le système immunitaire devient alors incapable de gérer la moindre infection banale, le moindre rhume de cerveau .

Le virus du sida ne provoque pas de rhume de cerveau : il provoque la mort du système immunitaire .

Ce n’est pas l’AZT qui tue, c’est le fait d’utiliser l’AZT tout seul . L’utiliser avec d’autres molécules fait perdre la boussole au virus qui ne sait plus où se donner la tête pour rester en vie ! J’ai pris de l’AZT avec d’autres molécules anti-VIH, simultanément, et c’est pour cela que je suis encore en vie et sans maladies .

Doctorix est un charlatan . Au pire, un illuminé gavé de lectures de magasines bio ou ésotériques ...

— -> Puisque pour toi, cher doctorix, ce virus n’est rien, je te propose de te contaminer avec un virus qui, d’après toi, ne devrait te donner qu’un rhume de cerveau ... Après tout, tu ne risques rien, n’est ce pas ?

Le virus du SIDA est une vrai merde . Tout comme tes propos irresponsables .

Signé : une personne séropo depuis 2003, soigné aux trithérapies très chimiques . Qui aime la Vie !

5 votes
par Séropo-en-Vie (IP:xxx.xx6.122.59) le 23 mai 2012 a 23H44
Séropo-en-Vie (Visiteur)

—> pour doctorix :

comment expliques-tu que des personnes atteintes de SIDA déclaré, pesant avant leur contamination entre 70 et 85 kg, et pesant durant leur stade SIDA à peine 40 tout mouillés, tellement éreintées par leur SIDA que la mort n’est plus qu’une question de semaines, reprennent GRÂCE AUX TRITHERAPIES, des forces, du poids, des couleurs, une sexualité et pour certains, ont des enfants !(grâce à la technique dite-"du lavage du sperme" rendant le sperme totalement sans virus et apte à l’utilisation de l’insémination artificielle)

Comment c’est possible avec des médicament sensés les affaiblir, comme tu dis ? Ils devraient être morts — Pourquoi des millions de personnes atteintes de SIDA déclaré sont-elles encore en vie après 10 ou 15 ans de traitements chimiques, sachant que la maladie SIDA tue dans les mois où elle se déclare chez une personne sans trithérapie . Ils devraient être morts ...

Ils sont en vie et ils ont eu le SIDA en 1996, 1998, 2002, 2005 etc ...

Grâce à la trithérapie

Signé : une personne séropo depuis 2003, soigné aux trithérapies très chimiques . Qui aime la Vie !

2 votes
par Doctorix (IP:xxx.xx2.212.187) le 24 mai 2012 a 10H11
Doctorix (Visiteur)

Vous attribuez votre survie aux médicaments, et le décès de vos amis au virus VIH : c’est votre droit, et c’est ainsi que se bâtissent des légendes et des fortunes.

Mais tous ceux qui survivent en l’absence de tout traitement, certains sans même savoir qu’ils sont VIH positifs, et tous ceux qui sont morts à cause des traitements ne sont pas là pour en parler.

Vous faites d’un cas particulier, le vôtre, un cas général.

Maintenant vous me traitez de charlatan, ce qui est dur à entendre après que j’aie 40 d’expérience de médecin généraliste sans aucun accident thérapeutique à mon passif, et des patients qui meurent vraiment très vieux.

Je pourrais, moi, dire que votre histoire est bidon, et que vous êtes un chien de garde infiltré par les laboratoires pour maintenir la légende. Sans avoir plus de crédibilité que vous ; et pourtant le doute m’en est venu, figurez-vous. D’autant que votre pseudo tombe très à point pour défendre cet article : que je sache, il est rare que les sidéens portent leur maladie en étendard... Mais bon, admettons, et profitons-en pour développer le sujet.

Sur l’origine du déficit immunitaire, il y a sans doute beaucoup à apprendre encore, d’autant qu’on ne sait presque rien après 30 ans. Mais ma certitude est que le VIH est innocent, et que donc les antiviraux ne peuvent pas vous avoir guéri : on peut juste dire que vous avez survécu à votre traitement.

Si toutefois vous êtes bien malade, et si vous êtes "bien" traité.

La caractéristique des rétrovirus est qu’ils ne tuent jamais leur cellule hôte. Ce ne sont donc pas eux qui tuent les lymphocyres T4.

Pour défendre ma thèse, il y a un nombre croissant de "charlatans" dans mon genre, et en particulier le Professeur Duesberg, le plus grand spécialiste mondial des rétrovirus, dont la pensée très claire est développée ici :

http://www.sidasante.com/journal/du...

C’est très commode pour l’industrie pharmaceutique de nous traiter de charlatans, d’assassins, d’incompétents, eux qui se font des c... en or sur la terreur qu’ils ont eux-mêmes créée de toutes pièces...Mais qui tuent chaque année plusieurs dizaines de milliers de patients, même en France, en toute impunité : même Servier échappera à son procès, à coups de procédés dilatoires. Les médicaments provoquent en France 118.000 hospitalisations annuelles et tuent 8 à 32.000 personnes par an.

Maintenant, croyez ce que vous voulez, mon vieux : après tout c’est votre peau.

5 votes
par Séropo-en-Vie (IP:xxx.xx6.122.59) le 24 mai 2012 a 19H28
Séropo-en-Vie (Visiteur)

— > pour doctorix Le Pr Luc Montagnier, en personne, défend les projets de vaccins (bouuu, les vaccins ! ...)

http://www.aiderpasteur.fr/index.ph...

Le Pr Luc Montagnier, en personne, n’est pas contre les trithérapies, il en souligne le rôle inefficace pour GUERIR l’infection, il n’a jamais dit qu’il ne fallait pas les utiliser pour soigner les malades . Nuance . Ainsi :

http://www.google.fr/url?sa=t&r...

De quoi dont morts les 1ers malades du sida (quelques milliers ...) entre 1981 et 1985, année de l’introduction de l’AZT : pas de l’AZT, il n’existait pas ! Ils n’ont pas pu être intoxiqué par un produit qu’ils n’ont jamais pris .

De quoi sont morts les centaines de milliers d’Africains, qui n’ont jamais pris ni AZT ni trithérapies (car trop chers pour les états mafieux présents la-bàs) ? C’est pas l’AZT qui les a tués, c’est pas les trithé qui les ont tuées : c’est l’absence de trithérapie . C’est l’absence de politique efficace de santé : les traitements coûtent au moins 900€ et il n’y a pas de sécu la-bàs . Donc personne pour en bénéficier . Voilà la vrai raison pourquoi le SIDA fait des ravages en Afrique .

Dites-voir, monsieur Doctorix, les quelques cas particuliers de malades du SIDA que vous connaissez ou traitez — si jamais vous êtes réellement médecin, permettez-moi d’en douter — ils ne prendraient AUSSI une petite trithérapie, à côté ... ? Et pour ceux qui n’en prennent pas, pourquoi ils ne vous donnent pas de nouvelles ? Ils ne seraient pas un peu morts, par hasard ... ?

Signé : une personne séropo depuis 2003, soigné aux trithérapies très chimiques . Qui aime la Vie !

5 votes
par Séropo-en-Vie (IP:xxx.xx6.122.59) le 24 mai 2012 a 20H31
Séropo-en-Vie (Visiteur)

— > pour Doctorix : Vous écrivez, aujourd’hui à 10h11 : "Mais tous ceux qui survivent en l’absence de tout traitement, certains sans même savoir qu’ils sont VIH positifs, et tous ceux qui sont morts à cause des traitements ne sont pas là pour en parler."

Ceux qui, "... sans même savoir qu’ils sont VIH positifs et qui survivent" : si personne sait s’ils sont VIH positifs comment savoir alors qu’ils sont concerné par la belle affaire ??? On ne peut se prononcer que sur les personnes DONT ON CONNAIT LE STATUT VIROLOGIQUE . Ha, ha, ha !!!

Les personnes asymptomatiques à long termes, le sont durant une dizaine d’années . C’est pas mal . Ce groupe représente 3 à 5 % des infectés . Le même groupe voit en son sein commencer à tomber malades, de plus en plus de personnes : 98 à 99 % des personnes séropositives finissent par déclencher la maladie SIDA au bout de 12 à 13 années de séropositivité, si elles n’ont pas de traitement anti-VIH . Le 1% restant fait parti de ce que la recherche médicale appelle "les contrôleurs de VIH" : sans aucun médicament, ils ne développent pas la maladie et ont une charge virale VIH sanguine inférieure à 50 copies/ml de sang : le virus est PRESENT mais en très, très faible quantité . Ces personnes ne représentent QUE 1 % . Les autres, les 99 % sans traitement, meurent . La majorité meure . Les cas particuliers, les 1% sont en vie .

"... ceux qui sont morts à cause des traitements" : ben, oui, si vous prenez le traitement quand vous êtes à quelques heures du décès, l’organisme est tellement délabré, le foie tellement en compote que la mort fait son office . Avec ou sans trithérapie . Avec ou sans médecines naturelles .

Les faits sont comme les chiffres, têtus : entre 1996 et 2010, une personne sur 2 (soit 3000 personnes en France chaque année) découvre sa séropositivité au virus du SIDA au cours de son passage aux urgences hospitalières alors même qu’elle est en train de déclencher la maladie SIDA . Ces personnes ne savaient même pas qu’elles étaient séropositives ! Elles ne prenaient donc ni AZT ni trithérapies avant .

Sans traitement aucun, car n’ayant aucune raison d’en prendre (!) elles ont déclenché la maladie SIDA .

Signé : une personne séropo depuis 2003, soigné aux trithérapies très chimiques . Qui aime la Vie !

5 votes
par Séropo-en-Vie (IP:xxx.xx6.122.59) le 24 mai 2012 a 18H05
Séropo-en-Vie (Visiteur)

—> pour doctorix

Vous vous dites Médecin : aucun médecin n’utilise, comme vous, le terme de "sidaïque" . Aucun . Car le mot correct est "sidéen" . Votre mot de "sidaïque" a été forgé par le président du Front national Jean-Marie Le Pen à partir de l’acronyme français "sida" . Il voulait enfermer les malades du sida dans des "sidatorioms" . Et toc !

Vous n’avez étrangement toujours pas répondu à cette question dérangeante : comment, vous, expliquez-vous la reprise de poids et la survie, non pas de quelques cas particuliers, mais de millions de personnes qui, UNE FOIS APRES AVOIR DECLAREE CLINIQUEMENT la maladie SIDA, soient encore en vie grâce aux trithérapies prescrites dès 1996, alors que ces même personnes étaient sur la pente descendante vers une mort certaine (à pronostic vital engagé dans les 3 mois) ?

Pour ma part, avec mes 49 ans, je ne suis pas naïf et je sais très bien que les labos font leur beurre, très avantageusement avec ma propre misère ... Comme ils le faisaient tout aussi bien quand j’étais gosse avec les vaccinations, les sirops, les anti-rhumes qu’on se giclait dans le nez (vous savez avec le capuchon bleu ...) . Ben oui, c’est connu, les riches le sont grâce aux pauvres, grâce à nous .

Mais je préfère les engraisser et rester vivant que vivre bio et mourir .

J’ai été un assidu fanatique anti-médicament, végétarien bio, amis de plusieurs commerçants bio et diététiques de Paris, Strasbourg ou Lyon et je connais bien aussi le business bio qui, lui aussi fait son choux très gras sur les malheurs des personnes (une des tactique consiste à faire des rapprochements infondées entre 2 pathologies n’ayant en réalité aucun recoupement de cause à effet, puis de dire qu’un produit ou un aliment ou une méthode soignant l’une très bien, soigne très bien les 2 : le client non-averti succombe, en général à ce genre d’argument ...) .

Mon traitement actuel : - reyataz 300mg - norvir 100mg - kivexa 600mg/300mg : c’est une vrai merde qui me fout la chiasse, mais me permet d’être en vie et d’avoir repris 11 kg .

Aucun de mes amis n’a survécu au SIDA : il y en avait pourtant, qui utilisaient toute la panoplie de Raymond DEXTRET et Cie° et qui se nourrissait en bio ! On avait du fric, on le dépensait, on était propre et bien lavé et nos apparts n’étaient pas insalubres .

Maintenant, il est vrai que le Pr Montagnier prêche lui aussi pour sa propre paroisse et qu’il n’est pas interdit (heureusement) à un prix Nobel de faire un peu de commerce : ==> http://www.conua.com/article_info.p... ==> http://www.bien-et-bio.com/resultat...

Que les anti-oxydants aident les malades, j’en suis persuadé, convaincu . Qu’ils remplacent une trithérapie, c’est faux et criminel .

Signé : une personne séropo depuis 2003, soigné aux trithérapies très chimiques . Qui aime la Vie !

2 votes
par Doctorix (IP:xxx.xx2.212.187) le 24 mai 2012 a 20H49
Doctorix (Visiteur)

Je n’ai jamais utilisé le terme sidaïque, c’est dans vos rêves...Bizarre, cette envie de me diaboliser comme FN. C’est tout ce que vous avez trouvé ?

Et reprenez les termes de Montagnier :

""""La prévention, en général, ne repose pas seulement sur un vaccin. C’est aussi, voire surtout, les changements de comportement, l’alimentation, la lutte contre les co-infections, etc. Cela vaut aussi pour le sida. Sans vaccin préventif, je considère que l’on peut déjà faire beaucoup de choses pour les populations en Afrique. On pourrait empêcher beaucoup d’infections, notamment en Afrique, en faisant que le système immunitaire des individus soit en bon état, ce qui est loin d’être le cas pour l’ensemble des populations. Parce qu’elles sont soumises à nombre d’infections : parasitoses, tuberculose, paludisme, que la malnutrition est fréquente, que l’eau potable manque, que les pratiques d’hygiène, y compris l’hygiène sexuelle, sont souvent loin d’être idéales. Autant de facteurs qui favorisent une faiblesse du système immunitaire. Ce sont des faits qui expliquent notamment pourquoi le sida est aussi important en Afrique par rapport à nous où il est resté localisé à ce que l’on appelle “les groupes à risque”.

Le vaccin apparaît chez lui comme la cinquième roue de la charrette, et il insiste pour dire que l’hygiène et la nourriture saine sont capitales. Il dit aussi qu’en France seuls les groupes à risque sont en danger : et, étant sidéen, (si vous l’êtes), vous faites partie de ces groupes à risque en dépit de vos affirmations.

Une chose me gêne, c’est que vous me traitiez de charlatan, que vous doutiez de mon diplôme. Cette discourtoisie et ces calomnies sont plus que suspectes. D’autant que je soupçonne fort que vous êtes à la fois l’auteur de l’article et mon contradicteur. Cela m’incite à penser que, si je suis bien médecin, vous ’êtes pas du tout sidéen, et que vous êtes un rat de laboratoire pharmaceutique, qui vient ici défendre son bout de gras. A tel point que vos messages me paraissent hautement suspects d’être de la publicité déguisée. De plus, et entre parenthèses, si j’avais la vérole ou la chaude-pisse, je ne prendrais pas "syphilitique-en-vie" ou "blennorragique-survivant" comme pseudo. Appelez ça de la pudeur ou du bon sens. Mais rien que ce pseudo vous rend tout à ,fait suspect à mes yeux. C’est une vraie pub à soi tout-seul.

Qui peut croire qu’un laboratoire qui se permet de déposer sur Agora une véritable publicité pour un nouveau produit (sous couvert d’info), écrit par un médecin retraité qui arrondit ses fins de mois, n’a pas disposé ici même pour protéger son article un garde-chiourme ou un chien de garde, pour éviter qu’un médecin iconoclaste comme moi ne vienne cracher dans la soupe ?

Vous m’avez demandé ce qu’il en était des sidéens, morts ou vivants (j’explique pour les autres, vous, vous le savez bien) :

Les premiers sidéens sont morts du délabrement de leur système immunitaire par la drogue (en Afrique par la malnutrition). Les suivants sont morts de l’AZT, un anti-cancéreux très toxique (et éliminé pour cette raison) sorti du placard fort à propos, qui tue les lymphocites T4, mais aussi de nombreuses cellules utiles à l’immunité et à la vie. Les autres sidéens, du moins ceux qu’on qualifie ainsi avec de coûteux tests complètement bidon (et dont les résultats sont fonction des frontières !!!), ne sont tout simplement atteints d’aucune autre maladie que leur séropositivité, qui n’en est pas une, et donc les traitements sont forcément efficaces puisqu’ils ne sont pas malades.

Enfin il n’y aura jamais de vaccin contre le SIDA. Ni préventif, ni curatif. Bien sûr on vous proposera un jour, comme un miracle, un vaccin très coûteux. Il arrivera, comme arrivent tous les vaccins, quand l’épidémie aura pratiquement disparu. C’est ainsi qu’en 1958, il y avait 800.000 rougeoles aux USA. En 62, quand le vaccin est arrivé, il en restait 3.000, ce qui n’a pas empêché l’industrie pharmaceutique de se prévaloir de ce succès. Toutes les épidémies suivent une courbe de Gauss, et tous les vaccins sont toujours apparus en fin de phase descendante, et se sont attribués une gloire que seule la nature méritait. Il en sera de même pour le vaccin anti-sida, si les médecins honnêtes et conscients ne s’éveillent pas, comme je l’ai fait.

5 votes
par Séropo-en-Vie (IP:xxx.xx6.122.59) le 24 mai 2012 a 20H55
Séropo-en-Vie (Visiteur)

— > pour doctorix

Si, vous l’avez utilisé, constatez-le vous même dans les 1ers mots de votre 1ère intervention : "Ça serait intéressant si le VIH, ou même un autre virus, était responsable du SIDA. Or ce n’est pas le cas. A pathologie égale, vous serez sidaïque si vous êtes VIH positif"

Signé : une personne séropo depuis 2003, soigné aux trithérapies très chimiques . Qui aime la Vie !

5 votes
par Séropo-en-Vie (IP:xxx.xx6.122.59) le 24 mai 2012 a 21H40
Séropo-en-Vie (Visiteur)

— > pour doctorix

Mes amis et moi n’avions jamais touché à aucune drogue ! C’était contraire à notre philosophie : on aimait la vie et on se nourrissait sainement . La seule drogue que l’on avait c’était l’amour . On s’aimait et ... on se le faisait . Moi, je n’ai rien attrapé parce que je ne pratiquais jamais les rapports anaux . J’étais un peu prude, on me l’a assez reproché, mais ça m’a sauvé .

Ça vous gêne mon pseudo de Séropo-en-Vie . Je suis libre d’utiliser un pseudo ou un autre . C’est qu’un pseudo . Et je ne me résume ni me réduit à mon pseudo .

Je suis homo, hiv+ depuis 2003, 49 ans, quand un certain petit Fabrice m’a joyeusement contaminé, sans préservatif (j’étais consentant) . J’ignorais qu’il était hiv+ mais lui le savait car on en avait reparlé quelques mois après .

Dès que vous perdez vos arguments, l’autre devient un suppôt des laboratoires : un peu court comme méthode .

Vous êtes aveugle devant la réalité : les morts du SIDA l’ont été sans AZT car il n’était pas indiqué pour cela (l’AZT, en effet, était connu comme un anti-cancéreux parmi des dizaines d’autres mais il a été recommandé pour soigner les personnes VIH+ qu’à partir de 1985, pas avant) . Entre 1981 et 1985 : pas d’AZT mais des malades qui meurent du SIDA, sans AZT .

Après l’AZT utilisé seul en monothérapie, vient le DDI puis le DDC . Je le sais : j’ai eu des potes qui sont morts sous DDI ou sous DDC . La monothérapie, on le sait aujourd’hui —depuis 1996— c’est l’échec assuré . La trithérapie est la seule alternative valable SUR LE LONG TERME : c’est elle qui massacre le stock de VIH . Elle qui vous permet de reprendre de la santé et du poids . Et d’être encore en vie 20 ans après .

Je n’aime pas les labos mais ma trithérapie fait que je suis en vie et une personne qui vous dérange, cher doctorix : je ne suis pas là pour vous plaire .

Jamais les infusions de plantes n’ont guérit du SIDA .

Signé : une personne séropo depuis 2003, soigné aux trithérapies très chimiques . Qui aime la Vie !

2 votes
par Doctorix (IP:xxx.xx2.212.187) le 24 mai 2012 a 22H40
Doctorix (Visiteur)

Ce "sidaïque" m’a échappé. Amende honorable. Quand à vous, puisque vous paraissez authentique, voilà ce que je pense. Vous dites ne jamais vous être drogué, et je peux le croire. Mais vous êtes en vie. Le Sida ne vous a pas tué, et j’en suis très heureux. Et je pense que si vous êtes séropositif , selon des critères de sérotests dont on sait qu’ils sont douteux, vous n’êtes absolument pas malade. Il est des séropositifs en bonne santé et des séronégatifs malades, comme je l’ai dit : et cela parce que le VIH est innocent de cette maladie. Vous vous soignez donc pour rien, j’en suis convaincu. Et c’est parce que vous n’avez rien que votre traitement "fonctionne". Par chance, il ne vous tue pas. Pas encore... Sans votre traitement, non seulement vous ne seriez pas malade, mais en plus vous seriez en bien meilleure forme, avec la peur de mourir en moins. Cette peur tue aussi, bien plus qu’on ne croit. Il en serait tout autrement si vous aviez touché à la drogue, au Krach en particulier. Le fait que vous soyez vivant va plutôt dans mon sens. Et vous ne pouvez absolument pas vous porter garant du fait que vos amis morts n’y aient pas touché. Vous parlez de la période 1981-1985, avec des gens qui meurent sans AZT. On a accusé leur homosexualité, on a même dit que cette maladie était la punition de Dieu envers les homos. Ce qui faisait bien plaisir aux bien-pensants. On a juste oublié de dire que ces homosexuels malades étaient des adeptes des pratiques extrêmes, et de la drogue dure en particulier, qui est un fléau pour le système immunitaire. Et que les homos simplex, sans drogue, n’étaient pas touchés. On s’est trompé de coupable, parce que ça arrangeait tout le monde.

Ces combats sur internet sont épuisants : on ne sait jamais contre qui on se bat, et les troll sont légion, dès qu’il s’agit de sujets sensibles, qui brassent de gros intérêts, comme les vaccins par exemple, ou l’énergie libre, qui sont mes grandes passions (avec le sida, bien sûr). Je vous demande donc pardon si je vous ai blessé, ce n’était pas mon intention. Mais ce sujet a été porteur de trop d’erreurs criminelles pour qu’on ne tente pas enfin d’aller au bout. Je ne serai sans doute jamais d’accord avec vous, mais nous aurons un peu développé les deux thèses grâce à cette joute épistolaire. Au contraire des défenseurs des drogues anti-sida, vous pouvez nous accorder que nous, les dissidents, nous n’avons aucun intérêt dans l’affaire, ce qui rend notre position assurément plus crédible. Nous n’avons rien à vendre. Et nous subissons blâmes et menaces, de l’intelligentsia comme de nos pairs. Bien plus à perdre qu’à gagner.

5 votes
par Séropo-en-Vie (IP:xxx.xx6.122.59) le 24 mai 2012 a 23H46
Séropo-en-Vie (Visiteur)

— > pour doctorix :

Vous dites, à 22h40, " ...Et vous ne pouvez absolument pas vous porter garant du fait que vos amis morts n’y aient pas touché." Je m’en porte garant : c’est moi qui les connaissait, pas vous .

A ces saletés de drogues, nous, mes amis à moi, on n’y touchait pas . Comment faut-il vous le dire ?

Dans la même intervention, plus loin, vous affirmez comme çà : "vous n’êtes absolument pas malade" Tiens donc ? Et ma charge virale à plus de 700 000 copies/ml de sang (j’ai avec moi mes analyses de sang, je vous les montre quand vous voulez) ? Et les diarrhées cataclysmiques que j’ai eu AVANT ma trithérapie, et mes 11kg repris APRES la trithérapie : des hallucinations, peut-être ? J’ai connu beaucoup de personne depuis 1981 : toutes ne se droguait pas, faut arrêter le délire . Mes amis et moi, NOUS NE NOUS DROGUIONS J A M A I S .

Sans drogue, ils sont morts : Richard, Michel, Eric, Patric, Fred, Thierry, Steph, Caroline et Joelle : aucune drogue ! Luc, l’autre Luc, Yohan et Irène : zéro drogue . Z é r o .

Vous avez écrit sur l’AZT que c’est "un anti-cancéreux très toxique (et éliminé pour cette raison) " = FAUX, L’AZT N’EST PAS ELIMINE MAIS TOUJOURS PRESCRIT . J’en ai moi-même bénéficié il y a quelques années (je vous montre les ordonnances quand vous voulez) sous le nom de Rétrovir ® . Visiblement vous avez une dent contre l’AZT ! Mais faut vous réveiller, mon gars, l’AZT seul, c’est du passé, c’est fini, depuis 1996 .

Vous ne répondez toujours pas à cette question : comment expliquez-vous que des malades avérés du SIDA reprennent des forces et du poids pendant une trithérapie ? Ils sont là, bien vivants pour témoigner, eux .

Si je signe, ici avec ce pseudo, c’est pour réagir en qualité de personne vih+ qui vit avec cette saleté .

Signé : une personne séropo depuis 2003, soigné aux trithérapies très chimiques . Qui aime la Vie !
— > Antoine, 49 ans, homo depuis toujours, vih+ depuis 2003 habitant aujourd’hui Paris .

5 votes
par Séropo-en-Vie (IP:xxx.xx6.122.59) le 25 mai 2012 a 03H41
Séropo-en-Vie (Visiteur)

— > pour doctorix :

Vous écrivez : "mais nous aurons un peu développé les deux thèses grâce à cette joute épistolaire"

Rectificatif : vous ne défendez pas une thèse car une thèse est un ensemble de constructions qui tiennent la route et se vérifient aisément . Vous, vous défendez poussivement une rumeur, celle que défendait aussi la fameuse ministre criminelle de la santé Sud-Africaine, Manto Tshabalala-Msimang dite-le docteur "Betterave" quand elle disait de 1999 à 2008 sous les deux gouvernements de Mr Thabo Mbeki : "qu’une alimentation saine à base de légumes, de betterave, d’ail, de citron et d’huile d’olive suffisait à combattre la maladie du sida"

Son affirmation et sa volonté politique ont privé des milliers de personnes de trithérapies, les condamnant à mort . Ses dires, au lieu d’éduquer une population en déroute, déjà atteinte par la misère, n’a fait que renforcer celle-ci : pourquoi feriez-vous attention à votre sexualité quand les autorités de santé vous disent qu’il n’y a aucun lien entre un virus sexuellement transmissible et le SIDA ? Elle est morte d’une cirrhose alcoolique, après avoir subi, en 2007, une greffe de foie : grand bien lui en fasse !

La Conférence du Durban sur le SIDA, en 2003 pour enfin clore les rumeurs tueuses concernant l’absence de lien entre le virus VIH et la maladie SIDA a démontré "qu’aucun programme contre le sida ne peut être efficace sans la thérapie par anti-rétroviraux" et que le lien de causalité directe est démontré par toutes les études médicales existantes entre le virus VIH et la maladie SIDA .

Si vous, vous avez des enfants, vous les encouragez à baiser sans capotes ? Si oui vous êtes inconscient, bête ou criminel .

Signé : une personne séropo depuis 2003, soigné aux trithérapies très chimiques . Qui aime la Vie ! — > Antoine, 49 ans, homo depuis toujours, vih+ depuis 2003 habitant aujourd’hui Paris .

2 votes
par Doctorix (IP:xxx.xx2.212.187) le 25 mai 2012 a 12H14
Doctorix (Visiteur)

Le SIDA n’est pas la seule MST( si elle l’est). Les autres justifient entièrement l’usage du préservatif. L’AZT est toujours utilisé, dans la prévention de la transmission mère-enfant : un comble !

Mais pourquoi, vous qui êtes tellement concerné, n’achetez-vous pas les deux derniers numéros de Nexus, ne serait-ce que pour les réfuter ? Je ne sais pas comment agit votre traitement, s’il agit : mais certainement pas en détruisant le VIH, qui ne possède aucune des caractéristiques correspondant aux pathologies qu’il est censé engendrer : il est introuvable chez un malade alors que les virus pathogènes sont des millions, c’est un rétrovirus qui donc ne tue pas son hôte. Il agit plus de dix ans après contact. Enfin, on est content de trouver des anticorps contre les virus dans le sang des gens après vaccination, mais on se lamente quand on en trouve contre le VIH dans le sang des sidéens : n’est-ce pas paradoxal (à la vérité, on n’en trouve pas, les test ne détectent que des particules protéiques censées représenter le virus).

Mon problème avec vous, c’est que si vous étiez un agent d’un laboratoire concerné, vous tiendriez exactement ce discours. Je n’ai aucune certitude que vous soyez malade, que vous ayez tant d’amis homos qui ne se droguent pas et qui sont morts (Paris n’est pas San Francisco en 80, tout de même !), et que vous n’appartenez pas au lobby pharmaceutique. Le mieux, pour me convaincre, est de me contacter : généraliste, charente, initiales PHB, ça doit vous suffire pour me trouver. Nous ne sommes que 342.

Chiche ? Vous me donnerez alors votre CV, afin que je puisse vérifier que vous n’avez aucun conflit d’intérêt. Ça me parait honnête, non ?

Ah oui : c’est bien une thèse que je défends, elle est extrêmement étoffée, et Nexus en présente un bon résumé. La thèse VIH=SIDA parait par contre assez légère, comme vous pourrez le lire.

4 votes
par Séropo-en-Vie (IP:xxx.xx6.122.59) le 25 mai 2012 a 15H06
Séropo-en-Vie (Visiteur)

—> pour doctorix :

Ah oui, c’est vrai, la revue Nexus, Nexus, Nexus ... Mais vous ne jurez que par elle !

Elle est le centre de votre Vie, le phare de votre existence énergétique . Vous devez certainement, vous aussi, y avoir quelques intérêts : un petit encart publicitaire pour quelques massages lumineux ou morceau de gros sel gros comme des lavabos ou bio-oligo-thérapies bio-esseniennes . Il faut bien que vous gagniez votre croûte, doctorix . Lisez plutôt picsou magasine, ça vous détendra, peut-être ... Le problème avec vous, c’est que même en vous montrant, simplement, les preuves et les évidences vous les pervertissez en affirmant que ce ne sont ni preuves, ni évidences .

Je vous parle de mes amis que j’ai perdus, que j’ai tant aimés : vous salissez leur mémoire . Vous n’avez même pas cette cette belle simplicité d’enfance qui est le respect et la décence face à nos morts . Et juste pour ça, je ne vous le pardonnerai pas .

Vous n’êtes même pas, irrévérencieux car l’irrévérence est une geste, une danse qui illumine le quotidien des esprits ouverts de celles et ceux qui ont un corps . Un vrai corps de chair qui se palpe et se laisse toucher . Avez-vous un corps, vous ? L’aimez-vous ? Le respectez-vous ? Ne cessez-vous pas de l’astreindre régulièrement à des pratiques "dépuratives" comme s’il était pour vous une chose sale et perpétuellement impure ? N’êtes vous pas de ceux qui parle de cette merveille en termes dégoûtants insistant sur ses égouts et ses émonctoires ? Vous voulez mon CV pour allez le vérifier . Mais vous allez vérifier quoi, pauvre âne ? Commencer par respecter les morts, on verra après !

J’ai vécu et je vis, j’ai aimé et j’aime : j’ai aimé cette vie comme un lion dévore sa proie et pour rien au monde je vous suivrai dans vos limbes brumeuses et humides .

La culture, cher Monsieur, cela existe et la diversification de ses sources d’information, aussi : pas besoin d’être un suppôt de laboratoire auquel vous identifiez tout contradicteur gênant .

Vous n’êtes même pas un petit charlatan : un charlatan tout court .

Signé : une personne séropo depuis 2003, soigné aux trithérapies très chimiques . Qui aime la Vie ! — > Antoine, 49 ans, homo depuis toujours, vih+ depuis 2003 habitant aujourd’hui Paris .

0 vote
par Doctorix (IP:xxx.xx2.212.187) le 25 mai 2012 a 16H16
Doctorix (Visiteur)

Bien. Je prends acte.

J’ai tendu un piège et vous y êtes tombé les quatre fers en l’air. Il était simple en effet de prendre les pages jaunes et de me contacter. Vous avez refusé, et pourquoi donc ?

Mais simplement parce que toute votre histoire à deux balles est un conte de fées pour enfant attardé. Tout est faux de A à Z (et d’ailleurs tout était tellement suspect, cette concentration de macchabées autour de vous, seul survivant du massacre, et tous ces détails propres à faire pleurer dans les chaumières !).

Au lieu de me téléphoner très simplement, ce qui aurait levé le doute, et m’aurait permis de le lever aussi pour nos lecteurs, vous avez recours à la calomnie, et maintenant à l’insulte gratuite : vous êtes tombé bien bas : mais pas de très haut.

Vous êtes donc ce que j’ai suspecté dès le départ, un aigrefin de big-pharma, venu ici simplement pour entretenir les mensonge qui dure depuis trente ans, et défendre les intérêts de votre employeur. Vous n’avez pas plus le sida que moi.

J’ai bien connu votre technique lorsque je me battais il y a trente mois contre les labos qui infiltraient tous les forums pour défendre cette cochonnerie de vaccin grippal. Je connais toutes vos astuces, et franchement, vous n’êtes pas très brillant : vous avez encore beaucoup à apprendre en matière de mensonge et de perversité : allez refaire un petit stage chez votre mentor Big Pharma, afin de mériter au moins vos émoluments.

Donc, amis lecteurs, si vous êtes encore là : prenez note. Doctorix bat le pseudo-sidéen de Big Pharma par forfait, ou par KO, au choix. Mais surtout, retenez bien que le VIH n’a rien à voir avec le SIDA. Mais que la drogue, si.

5 votes
par Séropo-en-Vie (IP:xxx.xx6.122.59) le 25 mai 2012 a 19H41
Séropo-en-Vie (Visiteur)

— > pour doctorix

Je vous ai téléphoné entre 16h30 et 17h, Mr Pierre-Henry B. et j’attends de votre part un rectificatif sur ce forum, comme vous me l’avez proposé aimablement .

Vous êtes mystérieusement absent .

Signé : une personne séropo depuis 2003, soigné aux trithérapies très chimiques . Qui aime la Vie ! — > Antoine, 49 ans, homo depuis toujours, vih+ depuis 2003 habitant aujourd’hui Paris .

0 vote
par Sacha (IP:xxx.xx3.217.214) le 3 septembre 2015 a 10H02
Sacha (Visiteur)

J’apprécie grandement votre article ! c’est super Maria

0 vote
(IP:xxx.xx4.136.78) le 24 mai 2012 a 13H28
 (Visiteur)

Si tu vas dans l’trou, prends Truvada ! Ou alors une fois qu’tu l’as dans l’cul...

Je suis une personne à risques, comme c’est triste !

Le cancer, ça touchait pas assez de jeunes, avec le ©"virus du SIDA®" Big Pharma touche le Jack-pot !

IF YOUR MEDICINE IS NOT LISTED, CLICK HERE.

8-MOP (methoxsalen) Abelcet (amphotericin b lipid complex) Abilify (aripiprazole) Abilify DISCMELT (aripiprazole) Abraxane (paclitaxel protein-bound particles for injectable suspension) Acanya (clindamycin phosphate/benzoyl peroxide) Accolate (zafirlukast) Accu-Chek (glucose test strips) Accupril (quinapril) Accuretic (hydrochlorothiazide/quinapril) Aceon (perindopril erbumine) AcipHex (rabeprazole sodium) Aciphex (rabeprazole) Aclovate (alclometasone dipropionate cream) Actemra (tocilizumab) Acthar (corticotropin (acth)) Actimmune (interferon gamma 1b) Activase (alteplase recombinant) Activella (estradiol/norethindrone acetate) ACTOplus met (metformin/pioglitazone) ACTOplus met XR (metformin/pioglitazone) ACTOS (pioglitazone) Acular (ketorolac tromethamine) Acular LS (ketorolac tromethamine) Acuvail (ketorolac tromethamine) Aczone (dapsone) Adacel (tetanus toxoid/reduced diptheria toxoid/acellular pertussis) Adagen (pegademase bovine) Adalat CC (nifedipine) Adcetris (brentuximab vedotin) Adcirca (tadalafil) Adenoscan (adenosine) Adriamycin (doxorubicin injection) Adrucil (fluorouracil) Advair Diskus (fluticasone/salmeterol) Advair HFA (fluticasone/salmeterol) Advate (factor viii) Aerobid (flunisolide inhaled) Aerochamber Plus Flow-Vu (inhaler spacer) Aerochamber Plus w/ mask Flow-Vu (inhaler spacer) Afinitor (everolimus) Aggrenox (aspirin/extended release dipyridamole) Alamast (pemirolast ophthalmic) Alcaine (proparacaine hydrochloride) Aldactazide (hydrochlorthiazide/spironolactone) Aldactone (spironolactone) Aldomet (methyldopa) Aldurazyme (laronidase) Alferon (interferon alfa-n3 (human leukocyte derived)) Alimta (pemetrexed) Alinia (nitazoxanide) Alkeran (melphalan) Allegra (fexofenadine) Alodox (doxycycline hyclate) Alomide (lodoxamide tromethamine) Aloxi (palonosetron) Alphagan P (brimonidine) Alphagan-P (brimonidine tartrate) Alphanate (antihemophilic factor/von willebrand factor complex(human)) AlphaNine SD (coagulation factor ix (human)) Alrex (loteprednol ophthalmic) Altabax (retapamulin topical) Altace (ramipril) Amaryl (glimepiride) Ambien (zolpidem tartrate) AmBisome (amphotericin b liposome for injection) Amen (medroxyprogesterone) Amerge (naratriptan) Aminophylline (aminophylline) Amitiza (lubiprostone) amitriptyline (amitriptyline) Amoxil (amoxicillin) Ampyra Extended Release (dalfampridine) Amturnide (aliskiren, amlodipine and hydrochlorothiazide) Anafranil (clomipramine) Analpram (hydrocortisone/pramoxine) Analpram Advanced Kit (hydrocortisone/pramoxine) Analpram E (hydrocortisone/pramoxine) Analpram HC (hydrocortisone/pramoxine) Anaprox (naproxen sodium) Anaprox DS (naproxen sodium) Ancoban (flucytosine) Androgel (testosterone topical) Androgel 1% (testosterone topical) AndroGel 1.62% (testosterone topical) Androgel 1.62% (testosterone topical) Android (methyltestosterone) Androxy (fluoxymesterone) Angeliq (drospirenone/estradiol) Angiomax (bivalirudin) Ansaid (flurbiprofen) Antara (fenofibrate) Antivert (meclizine hcl) Anucort-HC (hydrocortisone) Anusol-HC (hydrocortisone) Apidra (insulin glulisine rdna origin) coupon Apligraf (bi-layered skin substitute) Apresoline (hydralazine) Apriso (mesalamine extended release) Aptivus (tipranaivr) Aralast NP (alpha1-proteinase inhibitor (human)) Aranesp (darbepoetin alfa) Arava (leflunomide) Aravar (leflunomide) Arcapta Neohaler (indaceterol) Aricept (donepezil) Arimidex (anastrozole) Aristocort A (triamcinolone topical) Arixtra (fondaparinux) Armour Thyroid (thyroid desiccated) Aromasin (exemestane) Arranon (nelarabine) Artane (trihexyphenidyl) Arthrotec (diclofenac/nisoprostol) Arthrotec 50 (diclofenac/nisoprostol) Arthrotec 75 (diclofenac/nisoprostol) Arzerra (ofatumumab) Asmanex (mometasone) Asmanex Twisthaler (mometasone inhaled) Atacand (candesartan cilexetil) Atacand HCT (candesartan cilexetil hydrochlorothiazide) Atgam (lymphocyte immune globulin/anti-thymocyte) Ativan (lorazepam) Atralin (tretinoin) Atripla (efavirenz/emtricitabine/tenofovir disoproxil fumarate) Atrovent (ipratropium) Atrovent HFA (ipratropium bromide hfa) Avalide (irbesartan/hydrochlorothiazide) Avandamet (metaformin/rosiglitazone) Avandaryl (rosiglitazon/glimepiride) Avandia (rosiglitazon/glimepiride) Avapro (irbesartan) Avastin (bevacizumab) Avelox (moxifloxacin) Avinza (morphine sulfate) Avodart (dutasteride) Avonex (interferon beta-1a) Axert (almotriptan) Axona (caprylidene) coupon Aygestin (norethindrone acetate) Azasan (azathioprine) Azilect (rasagiline) Azopt (brinzolamide) Azor (amlodipine/olmesartan medoxmil) Azulfidine (sulfasalazine) Azulfidine EN (sulfasalazine) Azulfidine Entab EC (sulfazine ec)

etc...