Accueil du site
> Médicaments & Soins > Les Actus
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Trois médecins au tribunal pour trafic de Subutex
Trois médecins au tribunal pour trafic de Subutex
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
14 mars 2013 | 2 commentaires
Auteur de l'article
Patrick Rollo, 495 articles (Rédacteur)

Patrick Rollo

Rédacteur
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
495
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Trois médecins au tribunal pour trafic de Subutex

Trois médecins au tribunal pour trafic de Subutex

Trois médecins généralistes ont été interpellés à Metz et placés en garde à vue le 13 mars dernier. Le trio est soupçonné d’avoir prescrit complaisamment à plusieurs toxicomanes des produits de substitution à l’héroïne, lesquels auraient par la suite fait l’objet d’une revente à grande échelle. Les substituts en question seraient du Subutex et du Skénan, le second étant classé comme produit stupéfiant.

L’affaire remonte à avril 2012. Une enquête permet alors l’arrestation de quatre toxicomanes messins qui sont alors condamnés pour trafic de produits de substitution. En remontant la piste jusqu’aux sources d’approvisionnement, les enquêteurs sont étonnés : « En interrogeant des suspects, on nous expliquait que Metz était connu comme un lieu où certains médicaments étaient prescrits facilement par plusieurs médecins ». Le procureur de la ville, Pierre-Yves Couilleau, s’explique aujourd’hui : « Les fournisseurs étaient des médecins auprès desquels ils se procuraient des produits de substitution dans des quantités anormalement élevées et contraires au règlement ».

L’intéressé précise qu’«  on ne peut se voir délivrer que 96 boites par an de Subutex 8 mg pou le traitement de substitution d’un toxicomane ». Or, et selon les éléments de l’enquête, les 96 boites ont pu devenir, sur une année, pour l’un, 800 ou 1 000 boites, pour l’autre sur deux ans 1 600 boites. Trois médecins généralistes ont ainsi été incriminés. Ces derniers auraient par ailleurs délivré plusieurs ordonnances à une seule personne qui disposait de plusieurs Cartes vitales, en facturant ainsi autant de consultations que de prescriptions. Et une chaîne a vite été mise en place. Pierre-Yves Couilleau ajoute ainsi que «  les médicaments étaient revendus par les patients douteux pour le prix de 10 euros pour une boite de Subutex, et 20 euros pour une boite de Skénan, également prescrit par les trois médecins  ». Pour la Caisse primaire d’assurance maladie, le préjudice est estimé à 162 000 euros.
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Commentaires
0 vote
par arpontar (IP:xxx.xx9.110.139) le 20 mars 2013 a 10H22
arpontar (Visiteur)

enfi des inculpations

QUAND ON VOIT LA TETE DU PRESIDENT DE L AGENCE DU MEDICAMENT on se demande pourquoi il n’a pas été mis en accusation "depuis l’affaire MEDIATOR ??

parce que les club "hippocrate" agit toujours en sous main.et que 81% DES DEPUTES ET 83% DES SENATEURS SONT DES LOBBYISTES ......................ENTRE AUTRES DES LABOS PHARMAS

LES LOUPS NE SE MANGENT PAS ENTRE EUX GENRE WOERTH BACHELOT BERTRAND ET "CAHUZAC" ( sous réserve)

1 vote
par Med (IP:xxx.xx2.19.249) le 8 avril 2013 a 16H47
Med (Visiteur)

Vraiment triste cette histoire...en espérant que le gouvernement ne pratiquera pas des mesures encore plus drastique contre les usagers honnêtes utilisant ce médicament. Le subitex sauve bon nombre de personnes de la mort et permet d’avoir une vie sociale.