Accueil du site
> Médicaments & Soins > Les Actus
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Trafic de faux médicaments : La police contre-attaque
Trafic de faux médicaments : La police contre-attaque
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
19 octobre 2010 | 2 commentaires
Auteur de l'article
La rédaction CareVox, 600 articles (Comité de rédaction)

La rédaction CareVox

Comité de rédaction
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
600
nombre de commentaires
0
nombre de votes
3

Trafic de faux médicaments : La police contre-attaque

Trafic de faux médicaments : La police contre-attaque

Interpol met les bouchées doubles. Après avoir lancé une opération spéciale dénomée Pangea III pour contrer la vente illicite de médicaments sur Internet, l’organisation policière internationale s’est investie dans une campagne télévisée pour informer les internautes des dangers potentiels que présentent les médicaments frauduleux. L’initiative est bienvenue tant il est facile de se procurer ces produits illicites.

Bien que seules les officines pharmaceutiques soient autorisées à délivrer des produits médicamenteux, le trafic du faux médicament est florissant sur la toile. Celui-ci touche particulièrement les médicaments de la vie quotidienne comme l’aspirine, les antihistaminiques, les traitements contre l’obésité ou le diabète, voire les coupe-faim, les stéroïdes ou le viagra. Selon l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), la proportion de médicaments de contrefaçon vendus sur le Net serait actuellement de 50%.

Après avoir investi Internet pour identifier les sites illégaux dans tout l’hexagone, les gendarmes et policiers du service de cyberdépendance ont par la suite procédé à un vaste coup de filet, en collaboration avec l’Agence Française de Sécurité SAnitaire des Produits de Santé (AFSSAPS). Et la série d’arrestations accompagnant la saisie de médicaments illicites qui a été effectuée leur donne bon espoir de démanteler des réseaux clandestins. Ce sont pour l’heure 164 sites illégaux qui ont été identifiés, en partie grâce au concours des fournisseurs d’accès à Internet, aux services de messagerie et aux systèmes de paiement.

A présent, c’est la bataille des médias qui est lancée par Interpol : L’organisation lance une campagne à destination des télévisions du monde entier dénommée « Don’t be your own killer ». Cette dernière est censée interpeller les internautes sur le danger, parfois mortel, que peut entraîner la prise d’un médicament contrefait. Certains indices comme l’emballage différent, la forme ou la couleur des médicaments devraient vous inciter à prendre vos distances, mais les faussaires redoublent de leur côté d’ingéniosité. Plus que jamais, soyez vigilant.
 

La rédaction CareVox
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Commentaires
1 vote
par zelectron (IP:xxx.xx0.239.79) le 20 octobre 2010 a 11H05
zelectron (Visiteur)

Il est plus que temps mais si les "labos" avaient des prix raisonnables les gens ne seraient pas aussi tentés. L’exemple de l’aspirine qu’on ne trouve plus en France qu’en tablettes-blister luxueuses ...au lieu auparavant "au kilo" en sachets kraft (j’ai connu ça dans les années 50...

1 vote
(IP:xxx.xx3.38.239) le 20 octobre 2010 a 12H43
 (Visiteur)

Ils ne veulent pas protéger la santé des citoyens mais protéger leur monopole et punir ceux qui n’y obéissent pas, les médicament comme les anti dépresseurs sont extrémement dangereux, ne servent à rien du tout, ne guérissent pas, de nombreux livres ont été écris là dessus mais les autorités n’ont jamais rien fait pour lutter contre cette arnaque :

http://alice-miller.blogspot.com/20...

http://www.lepost.fr/article/2010/0...

Et différents livres sur ce sujet.