Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Tout ce que vous avez voulu savoir sur le baclofène et que vous allez enfin savoir...
Tout ce que vous avez voulu savoir sur le baclofène et que vous allez enfin savoir...
note des lecteurs
date et réactions
30 mai 2013 | 6 commentaires
Auteur de l'article
Yves Brasey, 5 articles (Informaticien)

Yves Brasey

Informaticien
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
5
nombre de commentaires
4
nombre de votes
24

Tout ce que vous avez voulu savoir sur le baclofène et que vous allez enfin savoir...

Tout ce que vous avez voulu savoir sur le baclofène et que vous allez enfin savoir...

Depuis 8 ans un médicament existe pour traiter l’alcoolo-dépendance mais ce médicament dérange...

Il avait déjà beaucoup dérangé lorsque "le Nouvel Observateur" du 24 mai 2012 avait publié "Baclofène : on a trouvé un remède contre l'alcoolisme" et 1 500 alcoolo-dépendants guéris.
Il dérange beaucoup, beaucoup, beaucoup... :
- les laboratoires qui travaillent sur d'autres médicaments moins efficaces mais bien plus lucratifs,
- les structures de soins coûteuses et inefficaces,
- les lobbies des alcooliers,
- sans oublier un énorme manque à gagner pour les caisses de l’État aux travers des taxes perçues...
 
« L’alcoolique alimente une machine rentable » constate le Dr Renaud de Beaurepaire.

 

« Le médicament anti-alcoolisme envers et contre tous » tel est le titre du remarquable article de Vanessa Boy-Landry qui vient de paraître dans le Paris-Match du 30 mai 2013.
 
Au fil de l'interview du Dr Renaud de Beaurepaire qui vient de publier « Vérités et mensonges sur le baclofène », nous apprenons :
- pourquoi les structures actuelles sont lourdes et inopérantes,
- pourquoi et comment le baclofène à 3 € la boite libère le malade de son alcoolo-dépendance,
- pourquoi les jugements (donc les décisions) des autorités de santé sont faussés. L'ANSM s’appuie sur des avis d'experts rémunérés par des laboratoires pharmaceutiques qui tentent de commercialiser des médicaments « concurrents »,
- pourquoi la France est en avance dans ce traitement grâce aux associations de malades, grâce aux médecins qui sont de plus en plus nombreux à prescrire,
- comment et pourquoi, etc...
 
C'est édifiant, avec 120 morts par jour, tous les ingrédients du plus grand scandale de santé sont réunis !
 
J'ai lu également avec grand intérêt l'interview du Dr Batel. Grand défenseur VIP et VRP du nalmefène, il déclarait fin 2009 : « Les résultats sont attendus pour décembre 2010, mais on peut déjà noter qu'après 6 mois d'étude, nous n'avons perdu de vue aucun patient. Cela est rare pour des études portant sur l'alcoolo-dépendance et atteste au moins d'une bonne tolérance. Les résultats préliminaires témoignaient d'une bonne efficacité : les patients s'arrêtaient après deux à trois verres alors qu'ils avaient l'habitude d'en boire six. »(1)
Son avis est désormais plus réservé « Il freine “l’emballement” de la consommation. Le nalméfène a un effet modeste, même si, dans les études, il permet de réduire la consommation de moitié sur six mois. Mais après ? »
 
Lors des premiers propos il était rémunéré comme investigateur principal par le laboratoire Lundbeck, il est depuis devenu investigateur chez Ethypharm pour l’essai Alpadir.
L’art et la manière de ménager la chèvre et le chou !
Je suis curieux de voir quels seront les résultats du Dr Batel pour l’essai Alpadir.
Lui qui commente ses 3/92 guérisons (2) avec un sourire que je qualifierais d'ironique ou affirme dans une interview accordée à Sophie Caillat, que 50 % de ses patients arrêtent pour causes d'effets secondaires à 90 mg (3).
Ce qui est clair est qu’en affirmant que le baclofène vise l’abstinence, il a tout compris.
Sauf rares exceptions, les alcooliques ne veulent pas de l’abstinence !
Les malades resteront donc malades et le business pourra continuer …
Il oublie une chose, le baclofène pris correctement mène des centaines de malades à l’indifférence et leur consommation d’alcool redevient strictement normale. 25% ne consomme plus du tout d’alcool, 60% le font de façon occasionnelle (voir graphe ci-dessous).
« Entendre dire que mon avis dépend de l’argent que je touche d’un laboratoire pharmaceutique est indigne et insupportable pour moi. ».
 
Ce qui est insupportable pour nous est de voir qu’il nous prend pour des idiots !
Pour lui, l’indifférence n’existe pas en tant que telle, il ne l’a d’ailleurs observée que chez une dizaine de personnes atteintes de troubles psychiatriques sévères !
Quant à ses explications concernant le fonctionnement du baclofène : attente du miracle, effet placebo ou guérison par lassitude des effets secondaires, j'espère que des Docteurs et Professeurs prescripteurs lui répondront. Dans tous les cas, ces explications trouveront bonne place dans notre bêtisier déjà très riche.
 

Yves BRASEY Vice-Président de l'Association Baclofène.
www.baclofene.org et www.baclofene.com pour le forum d'entraide.
Yves BRASEY Vice-Président Association Baclofène www.baclofene.org forum www.baclofene.com

SOURCES

  • (1) http://www.doctissimo.fr/html/dossiers/alcool/articles/14000-prise-en-charge-alcoolisme-02.htm

    (2) http://www.youtube.com/watch?v=rJPiHJhjsxc minute 4:40.

    (3) http://www.rue89.com/2013/04/22/baclofene-lespoir-guerir-lalcoolisme-rend-fous-les-docteurs-241652

Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Commentaires
1 vote
(IP:xxx.xx4.150.104) le 30 mai 2013 a 20H06
 (Visiteur)

Dommage que les premiers concernés ne se mobilisent pas, moi la premiere. Voilà c’est chose faite ! Bravo Yves pour ton combat

1 vote
par MANON2 (IP:xxx.xx8.37.102) le 31 mai 2013 a 02H13
MANON2 (Visiteur)

Merci Yves pour ta mobolisation ainsi qu’à toutes les personnes qui se battent chaque jour pour sauver des vies.

1 an de bacloféne + 5 mois ; en quelques mois, puis 1 an, puis là 5 mois, le Bacloféne m’a permi d’enrayer l’alcool ; c’est ma béquille ; je fus seule devant ce traitement, faisant confiance à une superbe médecin, me remettant au site quand j’avais des doutes ou que j’avais peur. En fait, dés le début,bizaremment, me suis pas trop posée de question !aprés le livre du Docteur Ameisen, j’y ai tout de suite cru, cela ne pouvait que fonctionner...J’étais trés positive dés le départ ;bonne intuition !Bingo ! Je vis mieux, sans envie, sans dépression ! avec mes boissons jus de fruits, eau..et par moment, 1 bon verre !avec des amis, qui n’entraine pas du tout d’autres verres comme on m’en a tant rabattu les oreilles !’ MERCIIIIIIIII

1 vote
par Informations Baclofène Nouvelle Calédonie (IP:xxx.xx6.167.131) le 31 mai 2013 a 11H07
Informations Baclofène Nouvelle Calédonie (Visiteur)

Bravo pour cette courageuse explication ! Les conflits d’intérêts gangrènent notre système de recherches et de santé. Malgré cela, les succès sont là !

Le baclofène sauve des vies.

Merci à Yves, lanceur d’alerte éveillé. Bonne Continuation à l’Association Baclofène.

1 vote
par isabelle (IP:xxx.xx8.35.179) le 5 juin 2013 a 21H37
isabelle (Visiteur)

bonjour, traitée par le baclofène depuis le 4 aout 2012 ; j’ai augmenté très lentement les doses : indifférente (donc guérie !) depuis le 23 février 2013 ; à 320 mg / jours ; aucun effet secondaire invalidant ni même gênant ; je suis heureuse dans ma nouvelle vie sans dépendanceS merci au baclo et surtout merci à l’association baclofène et à son forum baclofène.com. merci à son bureau, dont Yves

très heureuse aussi de la toute nouvelle RTU (autorisation temporaire, reconnaissance ponctuelle de l’utilisation du baclofène contre la maladie de l’alcoolisme)

bon courage à ceux qui "dégustent" encore : ceci n’est pas une secte, croyez y, le baclofène fonctionne réellement contre cette satanée maladie, à très bientôt donc !

isabelle

0 vote
par Greg (IP:xxx.xx1.85.93) le 18 mars 2014 a 23H42
Greg, 23 articles (Rédacteur)

Oui, bien sur, le fameux président de l’assos promotionné par les psuedos-journaleux de M6 qui arrive en coupé Merco la clop au bec vient nous vanter les vertus d’une molécule complétement toxique, on vous à malheureusement mentis sur les bienfaits du Bacloflène : http://www.bon-coin-sante.com/blog-...

0 vote
par Yves Brasey (IP:xxx.xx5.19.108) le 19 mars 2014 a 01H35
Yves Brasey, 5 articles (Informaticien)

Bonsoir Gerg,

Soyons précis, je ne suis pas Président, mais Vice-Président. L’association Baclofène ne perçoit aucune subvention, nous sommes tous des bénévoles, les seules ressources sont les cotisations des adhérents. Pas de promotion non plus des journalistes. Pour des professionnels qui font boulot avec sérieux et compétences, "journaleux" c’est un peu péjoratif et insultant, non ! ? Je suppose que vous préférez l’information de Jean-Pierre Alfred Xavier Pernaut ? Concernant le "magnifique" article que vous citez, il y a aussi des réponses... dont la mienne, à l’article et à votre commentaire :


Bonsoir Greg,

Merci de votre commentaire, cependant il n’y a pas d’engouement pour le baclofène, pas plus que pour Olivier Ameisen qui dès 2004 avait fait cette découverte.

Il y a simplement des malades et des médecins qui ont constatés qu’Olivier Ameisen avait raison et que le baclofène à hautes doses, comme chez les rats de laboratoire, permet à l’humain de guérir enfin de cette maladie qui est la deuxième cause de mortalité évitable au monde.

Ce n’est que politesse et respect de rendre hommage à Olivier Ameisen pour cette découverte.

Concernant la suite de vos propos, stériles, non sourcés et diffamatoires, je ne ferai pas de commentaires, j’en cite juste quelques uns :
- « Les médecins font des ordonnances qui encouragent les patients à prendre des doses potentiellement toxiques »
- « dangereuse à souhait et à la limite de l’adoration religieuse… »
- « vous oubliez de préciser combien y laissent la vie ? »
- etc … A votre disposition pour sourcer et justifier mon propos.

Quant à vous…Madame, Monsieur… j’ai peut-être mal lu mais je ne vois pas l’auteur de l’article… il y a du vrai, il y a du faux :
- effets secondaires : « VRAI » 80 % des personnes traitées en ont connus pendant la montée en puissance du traitement. (comme d’ailleurs pour beaucoup d’autres traitements efficaces).
- efficacité contestable : « FAUX » pour les moins-disants des études publiées officiellement à ce jour, 50 % de bons résultats à long terme.
- votre conclusion « le Baclofène va certes vous enlever l’envie de boire de l’alcool, mais il va également vous enlever toutes autres formes d’envies et de motivations, en quelque sorte vous n’aurez plus gout à rien. » « FAUX » un des effets secondaires du baclofène est effectivement une perte générale de la libido… j’en sais quelque chose… mais dès le malade guéri et le retour à une dose d’entretien minime ( de 0 à 50 mg), tous les effets secondaires disparaissent. D’ailleurs les personnes atteintes de SEP (sclérose en plaques) qui passent leur vie avec 70 mg de baclofène n’ont pas de problème particulier sur ce sujet.

Yves BRASEY Vice-Président de l’association Baclofène