Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Résistance aux antibiotiques : enfin des tests rapides !
Résistance aux antibiotiques : enfin des tests rapides !
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
12 octobre 2012
Auteur de l'article
Patrick Rollo, 495 articles (Rédacteur)

Patrick Rollo

Rédacteur
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
495
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Résistance aux antibiotiques : enfin des tests rapides !

Résistance aux antibiotiques : enfin des tests rapides !

Des chercheurs français de l’Inserm ont mis au point deux tests permettant de déceler la résistance des patients aux antibiotiques courants en seulement deux heures. L’intérêt de ces outils est de mieux pouvoir adapter les traitements, éviter l’usage abusif de ces médicaments et de combattre les infections nosocomiales. Car il faut savoir que la résistance de bactéries aux antibiotiques entraîne 25 000 décès par an en Europe. Les travaux des chercheurs ont été publiés dans les revues Emerging Infectious Diseases et The Journal of Clinical Microbiology.

25 000 malades porteurs d’infections multirésistantes passent chaque année de vie à trépas sur le vieux continent, et les experts du monde entier s’inquiètent de l’augmentation du nombre de bactéries résistantes. En France, la situation n’est pas aussi critique que dans des pays comme l’Italie, la Grèce, la Turquie ou ceux du Maghreb. Mais on estime que 6 à 8% des entérobactéries sont résistantes à la classe répandue des céphalosporines. Dans ce contexte, il est essentiel de pouvoir dépister rapidement les patients porteurs de la résistance. Actuellement, cependant, les tests disponibles nécessitent au moins deux jours et un matériel coûteux. C’est en passe de changer.

Une équipe de chercheurs français, coordonnée par le Docteur Patrice Nordmann, qui dirige le service bactériologie-virologie de l’hôpital Bicêtre, dans le Val-de-Marne, a développé un système de dépistage des patients porteurs d’éléments multirésistants aux antibiotiques de spectre large (pouvant être actifs sur un grand nombre de bactéries). Les deux tests mis au point par les experts permettraient d’obtenir des résultats en l’espace de deux heures. Ils devraient faire l’objet d’une commercialisation dès 2013 ou 2014, pour un prix de moins de cinq euros. L’étude, qui a été publiée dans les revues médicales Emerging Infectious Disease et The Journal of Clinical Microbiology, a fait l’objet d’un point presse le 11 octobre dernier.

Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté