Accueil du site
> Médicaments & Soins > Risques
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Des mesures pour favoriser les médicaments génériques
Des mesures pour favoriser les médicaments génériques
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
17 juin 2009 | 2 commentaires
Auteur de l'article
Sarah, 1 article (Rédacteur)

Sarah

Rédacteur
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
1
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Des mesures pour favoriser les médicaments génériques

Des mesures pour favoriser les médicaments génériques

La Mutualité Française a proposé une série de mesures à la Commission Européenne afin de lutter efficacement contre les entraves au développement des médicaments génériques. Les économies en vue par chaque mutuelle et chaque patient sont colossales.

Mutuelle et génériques : un marché difficile à pénétrer

Chaque semaine, les médicaments génériques gagnent du terrain par rapport aux médicaments non-génériques, au grand dam de l’industrie pharmaceutique. Pour le patient comme pour sa mutuelle, les économies engendrées par l’achat de génériques plutôt que de marques sont de l’ordre de 30%. Si aujourd’hui en Allemagne ou aux Etats-Unis, les médicaments génériques représentent près de 40% des prescriptions médicales, ils ne dépassent pas 15% dans l’ensemble de l’Union Européenne et serraient même inférieurs à 5% en France. Ces médicaments ne sont en effet pas toujours valorisés car ils font de l’ombre aux produits plus lucratifs, mais aussi plus chers pour le patient et sa mutuelle.
 

Réduire les coûts pour la mutuelle en proposant des sanctions

Les médicaments génériques sont semblables voire identiques aux médicaments de marque, mais sont distribués sous leur dénomination commune internationale. Ils sont ainsi vendus moins chers mais ont tout de même l’obligation d’être aussi efficaces que les originaux. D’où l’intérêt pour le patient et pour la mutuelle qui le rembourse de préférer les génériques. Les propositions faites à la Commission Européenne touchent tous les niveaux, de la production à la consommation de ces médicaments. Il s’agit de permettre plus de transparence pour les brevets, de mieux informer les patients et les professionnels de santé, mais aussi d’émettre des sanctions économiques. Les laboratoires désirant retarder l’arriver d’un générique sur le marché se verraient ainsi dans l’obligation de payer une forte amende. En 2006, la vente de médicaments génériques a permis d’économiser 912 millions d’euros, à la fois par la Sécurité sociale, la Mutualité Française et sociétés d’assurance mutuelle (MMA, MAAF, AGF…) et aux particuliers.
 
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Commentaires
0 vote
par dominique p (IP:xxx.xx2.37.175) le 1er janvier 2011 a 16H43
dominique p (Visiteur)

Sous le pretexte de faire faire des économies aux mutuelles c’est aux assurances privées gérées par le FRERE que se font les économies pour les actionnaires de ces grands groupes. La façon de faire arrange bien les labos malgè tout ce que l’on peut entendre et derrière ces mesures mais il ne faut pas le dire tout va bien pour le commerce.Oh bien sûr les pharmacies souffrent mais c’est pour leur bien et bientôt nous pourrons les racheter pour faire des chaines Leclerc(qui ne s’en cache pas).La sécu est en déficit on s’en moque on fait payer le peuple(il est plus nombreux) en les culpabilisant et sous la peur cela passe mieux Eh oui ma pauvre dame le monde va, à chacun de tirer les marrons du feu !!!!!!

0 vote
par Walter 2 (IP:xxx.xx2.41.128) le 19 septembre 2011 a 19H39
Walter 2 (Visiteur)

Les génériques reviennent plus chers en valeur absolue. Exemple : Neurontin 32,20 Générique 32,10€ C’est vrai le générique est moins cher mais le bénéfice pour le fabricant du générique est pharamineux !