Accueil du site
> Médicaments & Soins > Les Actus
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Psychiatrie en Serbie : des patients internés dans des ruines
Psychiatrie en Serbie : des patients internés dans des ruines
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
13 juin 2013
Auteur de l'article
Patrick Rollo, 495 articles (Rédacteur)

Patrick Rollo

Rédacteur
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
495
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Psychiatrie en Serbie : des patients internés dans des ruines

Psychiatrie en Serbie : des patients internés dans des ruines

A l’aube de sa possible adhésion à l’Union européenne, la Serbie a fort à faire pour améliorer son système de soins psychiatriques. Les hôpitaux psychiatriques y sont pour l’heure dans un état de délabrement préoccupant. Une enquête, menée par Dragoljub Petrović pour le site Danas.rs, et rapportée par le Courrier des Balkans, a fait le point sur la situation.

L’hôpital psychiatrique de Kovin, à quelques kilomètres de Belgrade, est à l’image de nombreux établissements de soins du pays. Jadis, plusieurs médecins y exerçant vivaient au cœur même du complexe, faute de logement. Željko Rodić, le directeur de l’hôpital et neuropsychiatre de profession, fait le point : « En Serbie, les malades atteints de troubles psychiatriques sont placés dans des institutions telles que la notre. Ils y bénéficient certes de soins et de traitements, mais perdent contact avec le monde extérieur. L’Union européenne souhaite que nous diminuions le nombre de patients internés afin de faire place à une approche plus humaine envers les malades. Il faudrait que les patients puissent s’intégrer à la société en y trouvant une place ».

Željko Rodić insiste sur le fait que, jusqu’à présent, « la société déplace souvent les problèmes sans les régler et enferme les gens dans des hôpitaux psychiatriques. Les raisons sont plus sociales que médicales ». Pour ce responsable, il s’agit désormais de « changer l’image de ces malades dans la société, où ils continuent d’être perçus comme des dangers ambulants ». Que dire, par ailleurs, de l’état de l’établissement : Aux dires de l’intéressé, cette « ancienne caserne construite en 1913 » tombe en ruines. Toute intimité y est impossible, et les équipements sont délabrés.

Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté