Accueil du site
> Médicaments & Soins > Risques
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Primpéran : neuroleptique
Primpéran: neuroleptique
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
1er mars 2010 | 1 commentaires
Auteur de l'article
Docteur David Vincent, 74 articles (Médecin généraliste)

Docteur David Vincent

Médecin généraliste
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
74
nombre de commentaires
29
nombre de votes
25

Primpéran : neuroleptique

Primpéran: neuroleptique

Je suis toujours un peu irritée quand des parents donnent du primpéran à leur gamin avancé par la pharmacie ou donné par un médecin parce que :

Mises en garde spéciales

Seule la forme goutte buvable est adaptée au nourrisson et à l’enfant.
Primperan est un antagoniste de la dopamine. Il peut entraîner des effets indésirables neurologiques à type de syndrome extrapyramidal en particulier chez l'enfant et l'adulte jeune et/ ou lorsque la posologie maximale est dépassée.
Il est donc recommandé de respecter la posologie déterminée par le poids du patient et un intervalle d’au moins six heures entre les prises (voir rubriques 4.2 et 4.8).
Respecter un intervalle d’au moins six heures entre chaque prise, même en cas de vomissements et de rejet partiel ou total de la dose.
Ces réactions surviennent, en général, en début de traitement, entre 1 à 3 heures après la dernière prise.
Elles peuvent apparaître après une seule administration.
En cas d’apparition de ces symptômes extrapyramidaux, il convient d’arrêter le métoclopramide. Ces effets sont, en général, complètement réversibles après l'arrêt du traitement, mais peuvent nécessiter un traitement symptomatique (benzodiazépines chez l’enfant, benzodiazépines et/ou antiparkinsoniens anticholinergiques chez l’adulte).
Un syndrome malin des neuroleptiques ayant été exceptionnellement décrit, la survenue d'une hyperthermie inexpliquée ou associée à d'autres symptômes du syndrome malin (pâleur, troubles végétatifs, altération de la conscience, rigidité musculaire) doit faire arrêter immédiatement le traitement.
...
 
D'autres molécules dont le motilium comportent moins d'effets secondaires. Le primpéran peut provoquer le syndrôme malin des neuroleptiques qui peut être mortel.
Alors ce matin un patient inconnu est venu avec son fiston qui avait eu sa dose de primpéran depuis quatre jours pour une gastro résistante. 
Quand je lui ai fait part de ma méfiance concernant le primpéran il a répondu au départ :
" Mais je vous fais confiance docteur, c'est votre travail.
- Non, non, ne me faites pas confiance et lisez"
J'ai fait lire le Vidal au père en expliquant tous les mots difficiles.
Il est resté si l'on peut dire sur le derrière, il avait perdu ses repères "vous vous êtes le grand chef, vous avez fait 8 ans de médecine, moi je ne sais rien et je vous crois sur parole". 
Le reverrai-je ? Mais ç'est ça l'éducation des patients : lire les notices. D'ailleurs je le répète, mes patients les lisent maintenant trop bien et je dois me justifier souvent ( pourquoi je leur ai donné et le rapport bénéfice risque est positif). 
En urgence ou pour des vomissements graves il garde évidemment son utilité.
Docteur Vincent
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Commentaires
0 vote
(IP:xxx.xx0.33.193) le 4 décembre 2010 a 05H54
 (Visiteur)

Merci, l’information est claire et importante. Je m’apprêtais à donner du pimpéran à mon fils de 6 ans et demi qui a des nausées (il est 5 heures du matin). Je me contente de lui donner une casserole… et à me recoucher un peu plus tard… Bref, à faire mon métier de parent (fatigué).