Accueil du site
> Médicaments & Soins > Les Actus
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Pour le gouvernement, l’Afssaps est une "usine à gaz en faillite"
Pour le gouvernement, l'Afssaps est une "usine à gaz en faillite"
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
17 mars 2011
Auteur de l'article
Henri de Miebenthal, 476 articles (Kinésithérapeute)

Henri de Miebenthal

Kinésithérapeute
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
476
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Pour le gouvernement, l’Afssaps est une "usine à gaz en faillite"

Pour le gouvernement, l'Afssaps est une "usine à gaz en faillite"

C’est un rapport cinglant que Bernard Debré et Philippe Even ont remis à propos de la refonte incontournable du système français de pharmacovigilance. Sans détour, le député-médecin et le directeur de l’Institut Necker ont déclaré à Nicolas Sarkozy et Xavier Bertrand que l’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps) n’est plus aujourd’hui qu’un « meccano incompréhensible », une « usine à gaz » en « totale faillite » qui dépense 111 millions d’euros par an dans un flou absolu. En réponse, le nouveau directeur de l’Afssaps, Dominique Maraninchi, a indiqué qu’il allait « tout changer ».

Très attendu suite à la crise du Mediator, le rapport était particulièrement souhaité par l’Elysée et par le ministère de la Santé. Rédigé par l’urologue Bernard Debré et le pneumologue Philippe Even, celui-ci ne fait pas dans la langue de bois. On y apprend que « l’Agence française de sécurité sanitaire des médicaments et des produits de santé est une structure sans pilotes, encore aujourd’hui à 1000 lieues de mesurer son échec ».

Pour les deux spécialistes, « la publication précipitée d’une liste de 77 médicaments fut un terrible aveu involontaire et pathétique d’incompétence, révélateur de son inaptitude générale à gérer la sécurité sanitaire ». Pour rappel, l’Afssaps a rendu publique fin janvier une liste de 77 médicaments « sous surveillance renforcée » sans message d’accompagnement, semant ainsi la panique chez certains patients. L’Afssaps, serait-elle une communauté autiste isolée dans une vallée perdue ? On n’en est pas très loin. Le duo Debré-Even évoque « un monde clos, sans contact avec les professionnels de santé ».

Les oreilles du nouveau patron de l’agence du médicament, le professeur Dominique Maraninchi, ont bien évidemment sifflé. Accordant au quart de tour un entretien au Parisien, ce dernier a donné le ton : « Je vais tout changer ». Il a décidé d’ « en terminer avec l’opacité » en annonçant que « les propos des experts des commissions d’autorisation seront en ligne dans un délai de quelques jours seulement sur le site de l’Afssaps. Et l’efficacité des médicaments sera régulièrement réévaluée ». Pour terminer, Dominique Maraninchi estime que le rapport remis au Président de la République est « un peu exagéré », mais il se félicité qu’un projet de loi sera élaboré sur les conclusions de celui-ci avant l’été par le ministre de la Santé.

Source de l'illustration : montage réalisé par Le Post, d'après MAXPPP.
 

Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Mots-clés :
Médicaments Afssaps