Accueil du site
> Médicaments & Soins > Les Actus
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Plus d’1 Français sur 2 préfère les génériques
Plus d'1 Français sur 2 préfère les génériques
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
25 septembre 2012 | 3 commentaires
Auteur de l'article
Patrick Rollo, 495 articles (Rédacteur)

Patrick Rollo

Rédacteur
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
495
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Plus d’1 Français sur 2 préfère les génériques

Plus d'1 Français sur 2 préfère les génériques

55% des Français opteraient pour un générique proposé par leur pharmacien plutôt que pour un médicament original prescrit par leur médecin. Les patients préféreraient ainsi la copie à l’original pour se soigner. C’est le principal enseignement à tirer d’un sondage IFOP et publié dans le quotidien gratuit Metro.

Après l’affaire de la pharmacienne des Deux Sèvres sanctionnée pour vente insuffisante de génériques, qui a fait couler de l’encre cet été, l’enquête avait le mérite d’être attendue. Les chiffres sont donc finalement tombés. Selon un sondage réalisé par l’IFOP pour le quotidien Metro, une nette majorité de Français (55%) déclarent préférer le générique, alors que le reste des personnes interrogées (45%) indiquent choisir le princeps, le médicament prescrit par le médecin. Dans le détail, les sondés âgés de 65 ans ou plus et les professions libérales et cadres supérieurs pencheraient clairement pour le générique (pour près de deux tiers d’entre eux), alors que les jeunes âgés de 18 à 24 ans, les employés et les ouvrier se répartiraient presque équitablement entre consommateurs de génériques et consommateurs de médicaments originaux.
 
Cette tendance mise à jour par ce sondage réalisé les 19 et 20 septembre dernier auprès de 950 personnes de 18 ans et plus est confirmée par la Caisse nationale d’assurance maladie (Cnam) : L’organisme fait ainsi savoir que « les médicaments génériques, encouragés depuis 1999, se substituent de plus en plus aux médicaments originaux, et le taux de remplacement atteint 80%. L’objectif de la Cnam est de parvenir à un taux de 85%  ».

Pour Frédéric Dabi, directeur adjoint de l’Ifop, il n’y a d’ailleurs aucun mystère dans les résultats obtenus : « Aux yeux de l’opinion, le pharmacien est devenu le spécialiste incontesté du médicament, et l’idée maîtresse selon laquelle le générique est moins cher tout en présentant le même résultat qu’un médicament original est désormais ancrée dans l’inconscient collectif ». Il est à noter que depuis le mois d’août, si la mention "non substituable" n’est pas inscrite par le médecin prescripteur sur l’ordonnance, le patient qui refuse le générique ne peut plus bénéficier du tiers-payant.

Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Commentaires
0 vote
par Abou Antoun (IP:xxx.xx2.181.137) le 26 septembre 2012 a 17H40
Abou Antoun (Visiteur)

Pas dans les films en tous cas.

0 vote
par desabuse (IP:xxx.xx8.74.196) le 26 septembre 2012 a 23H10
desabuse (Visiteur)

Dites donc, pour votre article, vous supprimez ce qui ne colle pas avec le titre. Vous êtes un manipulateur comme ce sondage bidon.

1 vote
par desabuse (IP:xxx.xx8.210.96) le 27 septembre 2012 a 07H32
desabuse (Visiteur)

Je viens faire des excuses pour le commentaire ci-dessus. Je pense que j’ai fais une erreur de manip et n’ai pas envoyé le texte qui suit. Donc, je disais : Si vous ou votre médecin ne pensez pas à mettre "non substituable", eh bien, on vous colle systématiquement le générique. Les pharmacies sont dans l’obligation de le faire depuis peu. Donc, personne n’a été consulté et nous n’avons pas eu droit à la parole. Ce qu’il y de bien, surtout pour les personnes agées, le générique peut se présenter sous une forme totalement différente en forme et couleur. Je ne sais pas si le générique est aussi efficace et personne ne le saura exactement. Mais ce dont je suis sûr, c’est qu’il est aussi nocif.