Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Nos rivières se meurent à coup de médicaments
Nos rivières se meurent à coup de médicaments
note des lecteurs
date et réactions
29 janvier 2010 | 1 commentaires
Auteur de l'article
brunetisa, 73 articles (Auteur Web)

brunetisa

Auteur Web
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
73
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Nos rivières se meurent à coup de médicaments

Nos rivières se meurent à coup de médicaments

Les Français sont les champions du monde de la consommation de médicaments. Certains d’entre eux pourraient largement s’en passer. Mais, ils imaginent certainement qu’en prenant leurs petites pilules tous les jours, leur vie sera meilleure. S’ils veulent abîmer leur santé, cela les regarde.

Mais, là où je ne suis pas d’accord et où je m’insurge contre ces dévoreurs de médicaments, c’est qu’après que ces derniers aient été ingurgités, ils finissent par polluer nos rivières. En effet, les médicaments suivent un parcours des plus logiques : ils sont avalés, ils se diffusent dans le corps, leurs résidus se retrouvent dans les urines, le tout est éliminé dans les toilettes, la chasse d’eau évacue le tout et, au final, les eaux usées se retrouvent dans les égouts, dans les rivières ou dans la mer.

Pourtant, on aurait pu croire que les stations d’épuration permettraient de traiter, de purifier totalement toutes les eaux usées. Hé bien, non. Des études ont montré que ces stations n’étaient pas suffisamment performantes et laissaient passer les résidus de médicaments dans les cours d’eau de toute la France. Les prélèvements montrent la présence de paracétamol, d’ibuprofène, d’anti-inflammatoires, d’antidépresseurs, de pilules contraceptives. Les résidus des eaux usées des hôpitaux et les antibiotiques administrés aux animaux d’élevage augmentent encore les taux.

Cet état des lieux a inévitablement des conséquences néfastes sur l’environnement, sur la flore et la faune. Ainsi, on a prélevé une quantité anormale de poissons mâles et on s’est aperçu que la population des grenouilles se féminise à cause des résidus des pilules contraceptives. Autre conséquence : les microbes semblent plus résistants aux traitements qu’auparavant.

D’autres études sont en cours pour analyser de manière plus précise l’impact de ces résidus de médicaments sur l’homme et sur la nature. Le 23 novembre 2009, Roselyne Bachelot a installé le Comité National de Pilotage, chargé de l’élaboration et du suivi du futur plan national sur les résidus de médicaments dans les eaux. Il n’y a plus qu’à attendre les résultats. Espérons qu’ils soient encourageants, d’autant plus que l’on ne sait pas encore si l’eau du robinet est contaminée par ces mêmes résidus. Le taux des résidus médicamenteux dans l’eau du robinet n’étant pas encore mesuré, il y a de fortes chances que l’on fasse des découvertes alarmantes dans les années qui viennent.

Il serait bon de prendre le problème à bras le corps dès maintenant. En réformant les stations d’épuration ? Il semble qu’un système 100 % fiable soit impossible à mettre en œuvre. En les remplaçant toutes par les usines d’eau potable ? Possible si l’on met sur la table une somme astronomique. La seule solution envisageable serait que la consommation de médicaments diminue fortement. Et, là, c’est l’affaire de tous.

Alors, avant de prendre un médicament, sans en avoir réellement besoin, réfléchissez bien au parcours qu’il subit. Vous hésiterez peut-être…

Brunet Isabelle http://www.katisa-editions.com Ebooks et articles gratuits sur le développement personnel, le business et la santé au naturel
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Mots-clés :
Médicaments
Commentaires
2 votes
par Docteur David Vincent (IP:xxx.xx0.17.56) le 29 janvier 2010 a 20H01
Docteur David Vincent, 74 articles (Médecin généraliste)

J’avoue qu’en prescrivant la pilule contraceptive à toutes ces dames je pense parfois aux rivières et aux poissons qui se féminisent et je tente d’en raisonner certaines qui pourraient prendre un stérilet par exemple. Mais la facilité est ancrée de prendre un petit comprimé pour ne pas tomber enceinte, c’est tellement simple ! C’est la société de consommation. Retourner en arrière et "arrêter le train en marche" parait impensable pour le moment. Un jour peut-être...